L'utilisation de la photographie vernaculaire dans une pratique du photomontage numérique comme questionnement de l'économie de l'image dans la vie quotidienne

Da Silva, Noémie (2008). « L'utilisation de la photographie vernaculaire dans une pratique du photomontage numérique comme questionnement de l'économie de l'image dans la vie quotidienne » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en arts visuels et médiatiques.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (21MB)

Résumé

Ma pratique du photomontage m'a amené à acquérir des photographies vernaculaires afin de me constituer une banque d'images dans laquelle puiser pour mes projets. Ces images, principalement des photographies domestiques, mais aussi commerciales, sont abandonnées puis mises en vente dans des marchés de seconde main. Je les utilise comme matériaux bruts mais aussi comme pièces à conviction pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. Objets à la fois personnels et industriels, les photographies, dans leurs sujets représentés et le rejet qu'elles subissent, témoignent de la reproduction des valeurs sociales dominantes dans la vie quotidienne, soit celles du système capitaliste. En ce sens, nous pouvons parler d'une économie de l'image, puisque l'activité photographique s'inscrit dans un régime de production, de distribution, de consommation et d'utilisation de biens et de services, et fonctionne selon des critères d'offres et de demandes. Le chapitre 1 présente des pratiques artistiques du XXe siècle qui emploient des matériaux déjà produits, dont des photographies, comme point de départ à la création d'œuvres originales. Le chapitre 2 expose comment les représentations domestiques ont été influencées par les publicités pour appareil photo ainsi que les manières dont le loisir a été vendu comme bien de consommation au même titre que des bicyclettes ou la cuisine moderne. Le chapitre 3, quant à lui, s'attarde à la relation entre image et lieu, à savoir quel serait le lieu idéal pour les rebuts photographiques puisque ces images entrent à leur tour dans le système économique. Entrecoupant les chapitres, trois intermèdes proposent des notions complémentaires. Finalement, une question resurgit constamment tout au long de ce texte : pourquoi jeter des photographies domestiques alors qu'elles pourraient être archivées à l'intérieur même de la cellule familiale? Ce mémoire accompagne l'exposition Copier/Coller : récits de la petite mémoire photographique, présentée au CDEx, du 8 au 17 mai 2008. Les œuvres présentées, de même que toutes celles réalisées à partir de ma banque d'images vernaculaires lors de mon séjour à la maîtrise, sont aussi mises en relief tout au long de ce texte. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : arts visuels, banque d'images, collection, consommation, lieu, objet, photographie, photographie vernaculaire, photomontage, rebuts, récupération, recyclage, snapshot.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Ramsden, Anne
Mots-clés ou Sujets: Album de photographies / Aspect social / Photographie (Image) / Photographie numérique / Photomontage / Vie quotidienne / Mémoires et thèses de création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > École des arts visuels et médiatiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 28 mars 2019 07:22
Dernière modification: 28 mars 2019 07:22
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12395

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...