Les père-mutations du sujet : écriture totémique et enfant totem (Hervé Bouchard et Michael Delisle)

Godin-Ouimet, Louis-Daniel (2018). « Les père-mutations du sujet : écriture totémique et enfant totem (Hervé Bouchard et Michael Delisle) » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (22MB)

Résumé

La question du père et celle de l'enfance dans la littérature québécoise ont été maintes fois abordées. C'est sur fond de discours critiques que nous avons voulu inscrire notre thèse, qui reprend ces questions depuis un nouveau lieu : celui du totémisme. La manière dont la psychanalyse, après l'anthropologie, a pensé cette question – et, plus largement, la fonction symbolique du père – permet d'étudier l'enjeu de la paternité dans les poétiques d'Hervé Bouchard et de Michael Delisle au-delà d'un certain principe d'interprétation. Les œuvres de ces deux auteurs nous sont apparues comme les plus aptes à montrer ce que l'écriture littéraire peut construire à partir de la mort du père – qu'il s'agisse de la mort réelle ou de la prise en charge en soi-même de l'ordre symbolique que la psychanalyse désigne comme un « parricide ». Comment ces écritures du fils nous permettent-elles de penser le rapport du sujet au langage dans une perspective inédite, qui n'est pas celle des cas cliniques que la littérature scientifique donne à lire? Le travail qui consiste à étudier les père-mutations que fabriquent les œuvres vise justement à répondre à cette question. Les œuvres de ce corpus mettent en jeu et en acte la paternité comme une place vide à partir de laquelle les sujets se définissent et écrivent. Notre thèse met au jour la manière dont ces œuvres révèlent la fonction paternelle en élaborant des poétiques qui la montrent, la subvertissent, la déploient. Pour ce faire, nous abordons chaque auteur dans une partie distincte, et le corpus étudié recouvre pour chacun l'ensemble de leurs œuvres. La première partie de la thèse, qui se consacre essentiellement à l'œuvre d'Hervé Bouchard, effectue également une étude du mythe du père de la horde inventé par Freud dans son célèbre Totem et tabou. Le totem, c'est le père mort ; le père mort en tant qu'il est autre chose qu'un corps, soit un symbole et un nom. Étudier la notion de totem dans la pensée psychanalytique consiste ici à retracer la manière dont Freud a tenté, à partir d'une hypothèse anthropologique, de penser le « premier temps » de la symbolisation. Ce premier temps que Freud postule comme historique est surtout un premier temps « subjectif » que chaque enfant expérimente et que l'écriture littéraire rejoue. Par le truchement d'une étude sur les phobies infantiles, Lacan, relisant l'œuvre de Freud avec les registres que sont le réel, l'imaginaire et le symbolique, distingue la paternité de la « fonction paternelle » : cette distinction apparaît essentielle afin d'analyser la manière dont les œuvres littéraires interrogent la paternité au-delà des figures de père. L'œuvre de Bouchard est marquée par un désir de déclarer le leurre supposé de la loi symbolique, désir qui se repère dans une entreprise de totémisation de l'écriture dont nous dégageons la logique. La deuxième partie de la thèse aborde quant à elle la question du mythe telle que l'a pensée Lacan à la suite de Claude Lévi-Strauss, soit comme une réponse du sujet à la question de son inscription dans une histoire qui le précède. Entre le père de la constellation familiale et le père symbolique, il n'y a pour tout sujet aucune fusion, seulement des points d'attache ; le mythe s'inscrit dans cet écart pour donner un sens à l'inadéquation. L'œuvre de Delisle, qui se déploie sur près d'une quarantaine d'années au sein de romans, récits, recueils de nouvelles et de poésie, offre un terrain privilégié pour analyser dans le temps de sa construction un tel mythe. Ainsi, nous privilégions une lecture qui impose de lire les figures de père et de fils dans un réseau de signifiants qui ne renvoient pas hors de l'œuvre à une mythologie collective, mais qui renvoient dans l'œuvre à une mythologie individuelle. Dans une tentative toujours réitérée d'atteindre le père, l'écriture de Delisle le fait passer au statut de fils. C'est là une père-mutation dont nous analysons le mouvement dans l'ensemble de l'œuvre, lequel débouche sur l'invention d'un enfant totem : création poétique d'un enfant à partir des signifiants de la menace paternelle. Ce parcours permet donc de dégager pour chaque auteur un ressort poétique inédit : les pères se trouvent disséminés dans l'écriture et chaque fragment fait l'objet d'un travail d'élaboration poétique que la psychanalyse permet de recueillir et de reconnaître. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Hervé Bouchard, Michael Delisle, Enfance, Paternité, Totémisme, Mythe, Phobie, Psychanalyse, Sujet, Littérature québécoise

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Cliche, Anne Élaine
Mots-clés ou Sujets: Paternité / Pères / Enfance / Enfants / Littérature québécoise / Totémisme / Psychanalyse et littérature / Hervé Bouchard / Michael Delisle
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 19 nov. 2018 14:09
Dernière modification: 19 nov. 2018 14:09
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11852

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...