La constellation de l'idiot : méditations pour une thèse-essai en théorie de la création

Robert, Dominique (2018). « La constellation de l'idiot : méditations pour une thèse-essai en théorie de la création » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (24MB)

Résumé

Cette thèse tente de conjuguer une création littéraire et une recherche en théorie de la création. Elle ne comporte pas une partie réservée à la réflexion théorique et une autre à des textes de création, ce qui la distingue d'une thèse de création littéraire. L'objectif de cette thèse n'est pas de réfléchir, d'une part, sur le processus de la création alors que, d'autre part, s'écrit une œuvre de création. Son but est de réfléchir en théorie de la création en même temps que s'invente une forme d'écriture appropriée à la réflexion théorique en train de se développer. Ce genre d'écriture théorique a reçu le nom d'« essai comme forme ». Il a été théorisé principalement par Georg Lukács et Theodor Adorno, et mis en pratique au Québec notamment par René Lapierre. L'essai comme forme postule que la pensée ne naît pas séparément de sa forme d'expression. Lukács cite en exemple l'émergence de la raison dialectique, inséparable de l'invention de la forme du dialogue philosophique chez Platon. Ce qu'essaie de créer cette thèse est donc une forme de pensée, où la réflexion et l'expression se coalisent, au point de devenir ce que Deleuze appelle un « indiscernable». C'est pour cette raison qu'il est question de thèse-essai dans le titre, un nom individuel ne convenant pas à la nature double du genre que cette thèse explore. La présentation de la démarche réflexive reflète la nature double de la thèse-essai. La pensée ne progresse pas suivant le modèle linéaire typique de la dissertation doctorale. Elle s'effectue au moyen de méditations isolées, conçues dans une continuité thématique, occasionnant leur réunion en une constellation. Le modèle arborescent, qui prévaut jusqu'aujourd'hui en organisation de la connaissance, cède la place à un modèle rhizomatique, développé par Deleuze et Guattari. Cette constellation de méditations a deux faces : une face intérieure, tournée vers la recherche théorique, qui constitue la première partie de la thèse-essai. Cette première partie vise l'élaboration d'une poétique singulière en théorie de la création, par son inscription dans une approche constructiviste plutôt que phénoménologique et par son parti pris exclusivement immanentiste, donc son refus de toute transcendance. La deuxième face est extérieure, c'est-à-dire tournée vers la recherche clinique. Celle-ci vise l'expérimentation de la poétique mise au jour par la recherche théorique, au moyen de méditations qui entrent en dialogue avec des œuvres marquantes en tout genre (littéraires, cinématographiques, artistiques, philosophiques, musicales), tout en maintenant la continuité thématique instaurée depuis le commencement. Le principe de continuité thématique est la poétique de l 'Idiot que la thèse-essai tente de construire. C'est à Clément Rosset que cette poétique de l'Idiot renvoie pour le concept d'idiotie qu'elle met en jeu. Pour Rosset, le réel est idiot : c'est-à-dire qu'il est à la fois absolument singulier et absolument insignifiant. C'est ce point de départ nihiliste d'un nouveau genre, qu'on peut dire « idiot », que la thèse-essai tente de reterritorialiser pour la théorie de la création littéraire. Quant à la figure de l'idiot, elle est le point de départ de La constellation de l’Idiot, elle en est le « génie du lieu » (Michel Butor). Ce personnage conceptuel, rencontré pour la première fois chez Deleuze et Guattari (dans Qu'est-ce que la philosophie ?), lance toute la recherche. Cette dernière s'avère moins celle d'un temps perdu que d'une croyance perdue – au réel absolu et au meilleur monde possible qu'on peut encore y créer. ____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : idiot, constellation, essai comme forme, poétique, théorie de la création, recherche-création, immanence, constructivisme, René Lapierre, Gilles Deleuze, Clément Rosset.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Brassard, Denise
Mots-clés ou Sujets: Création (Arts) -- Philosophie / Création littéraire / Théorie littéraire / Essais (Genre littéraire) / Mémoires et thèses de création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 03 juill. 2018 15:14
Dernière modification: 03 juill. 2018 15:14
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11394

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...