Le traitement de la nuit au cinéma, deux postures épistémologiques

Poitras, Diane (2014). « Le traitement de la nuit au cinéma, deux postures épistémologiques » Thèse. Montréal, Québec, Université du Québec à Montréal, Doctorat en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB)

Résumé

Cette thèse création se propose d'étudier la présence de la nuit au cinéma et d'y déceler ce qu'elle peut nous révéler d'un rapport au monde. Le volet recherche de la thèse identifie deux grands modèles de la nuit cinématographique correspondant à deux postures épistémologiques : les relations jour/nuit et sujet/monde y sont comprises, soit dans un rapport d'opposition dualiste, soit dans un rapport de coappartenance (ou holistique). L'étude se penche sur le rôle de l'évolution des technologies, mais en prenant en compte les déterminants culturels et institutionnels qui agissent sur la perception du monde nocturne et sur le traitement qui en est fait au cinéma. Les outils conceptuels ont été tirés de la phénoménologie existentielle de Merleau-Ponty : le corps, la chair, le retour aux choses de la vie ont été convoqués pour donner des assises théoriques à des intuitions de création. Le concept de l'espace naturel et inhumain développé dans La phénoménologie de la perception a aussi été utile pour affiner ma compréhension du lien entre nuit et réalité. Par ailleurs, les concepts empruntés à la mouvance herméneutique de la philosophie analytique ont aussi permis de formuler autrement les rapports entre réalité, monde et cinéma documentaire. Le corpus étudié comprend le premier film de l'histoire du cinéma prétendument tourné en extérieur nuit, Pan American Exposition by night (Porter et Smith, 1901). L'analyse de ce film permet de poser les liens entre la modernité et le cinéma et de comprendre comment s'est instaurée une approche dualiste du rapport à la nuit. On voit ensuite que le film noir détourne certains codes de la grammaire hollywoodienne, notamment en ce qui concerne l'usage du contre-jour qui a pour effet de détacher le personnage de son environnement. En amenuisant ces effets d'éclairage, et bien qu'il demeure principalement dualiste, le film noir introduit une présence de la noirceur dans le monde quotidien et assume qu'elle ne concerne pas exclusivement les parias de la société. En fait, le film noir semble osciller entre la posture dualiste qui pose le héros en dehors du monde et des manifestations de posture de coappartenance qui, elle, tend à le mélanger aux autres êtres et aux choses du monde. Shadows, de Cassavetes (1959), constitue le prochain point d'ancrage dans l'histoire du cinéma en exemplifiant le rapport des nouvelles vagues à la nuit. Il montre en effet le début d'une habitation du monde dans son versant nocturne. Et ce qu'on pourrait identifier comme une réconciliation avec l'obscurité nocturne au cinéma montre un rapport sensoriel entre les corps à l'écran et la matérialité de la nuit. Une étude de la nuit au cinéma ne peut ignorer la révolution du numérique, qui tend à séparer les êtres, non pas par un contre-jour, mais en les découpant avec toute la précision que lui offre une profondeur de champ étendue. Enfin, Élégie de la traversée d'Alexandre Sokourov (2001) propose à la fois un modèle non dualiste du rapport à la nuit et une exploration cinématographique le situant dans le documentaire de création. Le volet création de la thèse consiste en un film documentaire, NUITS. Appartenant à une mouvance du cinéma qu'on appelle « documentaire de création », le film se refuse à expliquer le monde et cherche plutôt à en donner une expérience sensible. Il le fait en explorant divers états nocturnes à travers des lieux, mais aussi des récits, des confidences, des reconstitutions de situations vécues par des êtres qui se sont prêtés au jeu du film. Il s'agit donc, par ces états nocturnes d'exprimer divers rapports au monde nocturne dans une expérience incarnée où la subjectivité de la créatrice s'adresse à celle du public. Reliant le volet théorique et le volet création, un chapitre est consacré à la démarche concrète de production du film, aux divers problèmes rencontrés et aux manières dont la théorie s'est incarnée dans la création et inversement, à l'apport de la création à la réflexion théorique. ___________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : nuit, cinéma, états nocturnes, phénoménologie

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Coutlée, Gilles
Mots-clés ou Sujets: Nuit au cinéma / Vie nocturne au cinéma / Phénoménologie / Éclairage (Cinéma) / Mémoires et thèses de création / Documentaires
Unité d'appartenance: Faculté de communication > École des médias
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 16 mars 2018 12:19
Dernière modification: 16 mars 2018 12:19
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11046

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...