Une évaluation computationnelle de la loi généralisée de l'appariement par l'analyse des propriétés statistiques inhérentes aux situations opérantes

Caron, Pier-Olivier (2017). « Une évaluation computationnelle de la loi généralisée de l'appariement par l'analyse des propriétés statistiques inhérentes aux situations opérantes » Thèse. Montréal, Québec, Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (9MB)

Résumé

L'objectif de la présente thèse est de répondre aux deux questions de recherche suivantes : comment la loi de l'appariement obtient-elle de hautes variances expliquées lorsqu'elle est appliquée à des données représentant la prise de décision et comment évaluer si un organisme suit vraisemblablement les prédictions que le modèle engendre. Pour répondre à ces deux questions, la thèse propose l'idée selon laquelle une situation opérante possède des propriétés contraignant la fréquence d'apparition des comportements et des conséquences, corrélant conséquemment les composantes de l'équation d'appariement et augmentant simultanément la corrélation attendue entre les ratios des réponses et des renforçateurs. Ces conjectures entraîne l'élaboration d'un modèle nul (un modèle ne contenant que l'influence des contraintes) permettant d'évaluer les relations d'appariement des organismes par rapport à une hypothèse nulle à la fois flexible et orientée théoriquement, et qui implique que la variance expliquée d'une relation d'appariement attendue dans une situation opérante est élevée sans nécessité de processus comportementaux ou décisionnels. La présente thèse comporte cinq articles qui développent sa substance, défendent ses conjectures et démontrent leur portée. Le premier article synthétise les développements de la loi de l'appariement depuis sa première formulation par Herrnstein en 1961 jusqu'à aujourd'hui. Il décrit cinq versions de la loi de l'appariement, soit la loi stricte de l'appariement, la loi quantitative de l'effet, la loi généralisée de l'appariement, la loi moderne de l'appariement et la concaténation de la loi généralisée de l'appariement. L'article met l'accent sur les enjeux contemporains, les limites des modèles et leurs contributions. Il dresse le portrait vers la problématique abordée dans cette thèse : les variances expliquées élevées et l'évaluation de la loi de l'appariement. Le deuxième article présente et évalue l'idée selon laquelle les variances expliquées de la loi généralisée de l'appariement sont dues aux propriétés inhérentes aux programmes de renforcement. Il s'agit d'une première modélisation de la situation opérante proposant la contrainte selon laquelle, dans un programme de renforcement concurrent à intervalle variable, la quantité de renforçateurs ne peut surpasser la quantité de comportements émis. Par l'intermédiaire de simulations Monte-Carlo, l'article conclut que l'influence des contraintes explique en 47% de la variance de la loi généralisée de l'appariement. L'idée selon laquelle ce résultat peut être utilisé comme hypothèse nulle pour évaluer l'appariement est proposée en guise de conclusion. À la suite à l'article 2, le troisième article examine davantage l'influence des contraintes sur les relations d'appariement (plus de conditions) ainsi que l'ajout d'une contrainte supplémentaire (la dépendance réciproque entre deux comportements). Les résultats respectent les conclusions de l'article 2. De plus, l'article 3 montre que la contrainte supplémentaire permet d'expliquer en moyenne 63% de la variance. Cette conclusion tend vers les conclusions tirées des études empiriques, particulièrement celles employant un protocole de recherche descriptif avec des humains. Pour conclure, l'article soutient que les simulations montrent que la loi généralisée de l'appariement peut être partiellement expliquée par les contraintes de la situation opérante et qu'un processus comportemental n'est pas toujours nécessaire pour rendre compte des variances expliquées élevées. Le quatrième article propose un modèle nul quantifiable a priori permettant d'évaluer les relations d'appariement. L'article s'articule autour de la difficulté à évaluer la sensibilité aux renforçateurs des organismes comme évalué par la loi généralisée de l'appariement. Les fondements théoriques du modèle nul sont d'abord développés, puis sa formulation est décrite. Le modèle est une généralisation des articles 2 et 3, et peut être calculé sans avoir recours aux simulations de Monte-Carlo. La relation entre le modèle et les simulations est décrite en conclusion de la thèse. Le cinquième article présente trois outils informatiques sous les logiciels Excel, R et Matlab permettant à tout chercheur d'utiliser le modèle nul développé à l'article 4 pour évaluer les relations d'appariement à leurs propres données comportementales. Les cinq articles sont précédés d'une introduction détaillant la problématique. Par la suite, ces articles sont présentés et sont suivis d'une conclusion détaillant les contributions de la thèse, les liens entre les simulations et le modèle nul, et se concluent sur les perspectives de recherche futures. __________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : relation d'appariement, loi de l'appariement, simulation de Monte-Carlo, corrélation de ratio, conditionnement opérant, programme de renforcement

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisé telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Forget, Jacques
Mots-clés ou Sujets: Loi de l'appariement / Méthode de Monte-Carlo / Corrélation / Conditionnement opérant / Renforcement / Prise de décision / Analyse comportementale
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 23 févr. 2018 13:49
Dernière modification: 23 févr. 2018 13:49
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10935

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...