Évaluation de l'ajustement dyadique, de la communication et de la résolution de conflits chez des couples retraités ayant participé à un programme d'enrichissement de la vie conjugale et sexuelle

Villeneuve, Vanessa (2006). « Évaluation de l'ajustement dyadique, de la communication et de la résolution de conflits chez des couples retraités ayant participé à un programme d'enrichissement de la vie conjugale et sexuelle » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (17MB)

Résumé

Au Québec, l'augmentation de l'espérance de vie et la diminution de l'âge moyen de prise de la retraite favorisent l'émergence d'un phénomène nouveau : les couples de longue durée vivant de nombreuses années ensemble après la prise de la retraite. Par ailleurs, le divorce est en augmentation à cette période de la vie (Bureau de la statistique du Québec, 1986). Le programme « Vie de Couple et Bien Vieillir – Programme d'enrichissement de la vie conjugale et sexuelle à la retraite » a été implanté dans le but d'aider les couples retraités à faire face à cette réalité. La satisfaction conjugale et le fonctionnement conjugal sont les variables les plus prédictives du bien-être physique et psychologique au troisième âge (Atchley et Miller, 1983 ; Levenson, Carstensen et Gottman, 1993). De surcroît, Herman (1994) mentionne que les principales sources d'insatisfaction chez cette population sont la communication, le temps passé ensemble et les relations sexuelles. Or, aucune étude méthodologiquement valable n'a tenté d'évaluer un programme d'intervention conjugal et sexuel à cette période de la vie. La présente démarche doctorale s'inscrit dans le cadre du projet Vie de Couple et Bien Vieillir et vise à évaluer l'efficacité du programme sur trois variables conjugales : l'ajustement dyadique, la communication et la résolution de conflits. L'intervention cognitivo-comportementale s'effectue en groupes d'environ cinq couples. La durée du programme est de 12 rencontres réparties en deux volets : un volet conjugal et un volet sexuel. Les participants (N = 78 couples), âgés en moyenne de 60 ans et en couple en moyenne depuis 31 ans, sont répartis aléatoirement dans un groupe expérimental (GE) ou dans une liste d'attente (LA). L'échantillon comprend des couples dont les deux partenaires sont retraités (79%) ou dont au moins un des partenaires est retraité (100%). Les couples sont évalués à quatre reprises, soit avant d'être attribués dans les groupes, suite au traitement, à une relance de trois mois et d'un an. La liste d'attente est mesurée une seconde fois avant d'entreprendre le traitement. Les résultats à court terme (N = 78) montrent que les couples ayant suivi le programme ont un meilleur ajustement dyadique immédiatement après le programme que les couples placés en attente. Des résultats beaucoup plus mitigés ont été obtenus quant à la communication – sa fréquence (l'évaluation des habiletés de communication du partenaire) et la résolution de conflits, car, malgré une amélioration à court terme, ces gains n'ont pu être attribuables spécifiquement au traitement. Les résultats aux relances (N = 64) montrent que, lorsque tous les couples ont reçu le programme, l'ajustement dyadique subit une légère baisse mais demeure significativement supérieur un an après la fin du programme qu'au début de celui-ci. Quant à la résolution de conflits, les gains se maintiennent aux relances de trois mois et d'un an. Il est à noter que le programme semble n'avoir eu aucun impact à court et à long terme sur la variable communication – votre fréquence (l'auto-évaluation de leurs habiletés de communication). Les résultats mitigés obtenus concernant la communication et la résolution de conflits sont possiblement attribuables à l'utilisation exclusive de mesures auto-rapportées. Il est suggéré qu'une prochaine étude d'efficacité d'un programme de prévention pour les personnes retraitées utilise une combinaison de mesures auto-rapportées et de mesures observationnelles de la communication (système de codification des interactions conjugales) afin de vérifier cette hypothèse. D'une manière générale, cette démarche doctorale tend à démontrer qu'il est possible d'améliorer la relation de couple suite à un tel programme d'enrichissement. En effet, les couples se perçoivent plus ajustés – entretiennent des attitudes et des sentiments plus favorables à l'égard de leur union – et plus aptes à résoudre des conflits. La présente étude est particulièrement novatrice dans le domaine de la vie conjugale et sexuelle des personnes retraitées. Les résultats concernant l'efficacité du programme au niveau conjugal sont prometteurs et seront discutés dans une perspective de prévention des difficultés liées au vieillissement. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Couple, prévention, programme d'enrichissement, personnes retraitées, ajustement dyadique, communication, résolution de conflits.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Trudel, Gilles
Mots-clés ou Sujets: Adaptation psychologique / Communication dans le couple / Femme retraitée / Personne à la retraite / Relation de couple / Résolution de conflits / Retraite
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 02 juin 2017 12:44
Dernière modification: 02 juin 2017 12:44
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/9706

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...