Relation entre fausse croyance et changement représentationnel chez les enfants d'âge préscolaire : une analyse longitudinale

Legagneur, Sandra (2006). « Relation entre fausse croyance et changement représentationnel chez les enfants d'âge préscolaire : une analyse longitudinale » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (15MB)

Résumé

Une des questions importantes en psychologie du développement concerne le rapport entre les représentations à soi et les représentations sur autrui dans le développement. Le domaine de la « Théorie de l'esprit » (theory of mind) permet de répondre à la question du rapport entre ces deux représentations car d'un point de vue méthodologique, il est possible de comparer chez un même sujet, et ce, dans une perspective développementale, l'habileté à se rappeler sa propre croyance à l'habileté à se rappeler la croyance qu'il attribue à autrui, et ce par le biais respectif des concepts de « fausse croyance à soi », aussi appelé « changement représentationnel » (CR) (voir Gopnik et Astington, 1988) et de « fausse croyance à autrui » (FC). Par ailleurs, d'un point de vue théorique, les auteurs ont également posé le problème de la relation entre les représentations à soi et celles d'autrui en proposant quatre modèles concernant la trajectoire développementale du CR et de la FC. Brièvement, alors que la simulation (e.g., Harris, 1992) prédit l'antériorité dans le développement de la compréhension du changement représentationnel comparativement à la compréhension de la fausse croyance, la théorie-théorie (e.g., Astington, 1993; Gopnik et Weilman, 1994), l'approche nativiste, le modèle hybride de Perner (1996) ainsi que le modèle de Barresi et Moore (1996) prédisent un synchronisme de la compréhension des deux concepts. Cependant, en dépit du fait que la « théorie de l'esprit » offre un cadre heuristique pour répondre à la question du rapport entre soi et autrui, il est surprenant de constater que les modèles théoriques n'aient jamais fait directement l'objet d'une validation empirique d'où la pertinence de procéder à un tel exercice. Plus spécifiquement, cette recherche vise à déterminer la trajectoire développementale de la FC du CR chez les enfants d'âge préscolaire et ce par le biais d'une étude longitudinale. Soulignons toutefois que les deux tâches évaluant le changement représentationnel et la fausse croyance ne diffèrent pas uniquement en ce qui concerne l'aspect conceptuel (soi versus autrui) mais aussi quant à la dimension temporelle (présent versus passé). En effet, si la question test de la tâche évaluant le changement représentationnel fait appel à la représentation passée du sujet, la question test de la tâche évaluant la fausse croyance fait appel à la représentation actuelle du sujet. Dans le but comparer la compréhension qu'a l'enfant de ces deux types de fausse croyance (métareprésentationnel), nous avons contrôlé la dimension temporelle en créant une nouvelle tâche où on questionne le sujet sur la fausse croyance qu'entretenait autrui dans le passé (e.g., tâche de CR à autrui). Ainsi, dans le cadre de cette recherche nous parlerons des tâches de CR attribué à soi, CR attribué à autrui et FC attribué à autrui. Vingt-neuf enfants ont été testés au cours de leur quatrième année et ce à intervalle de 3 mois soit à 4 ans 0 mois, 4 ans 3 mois, 4 ans 6 mois et 4 ans 9 mois. Chaque sujet a reçu 3 tâches de CR à soi (i.e., tâche type de CR), 3 tâches de FC à autrui (i.e., tâche type de FC) ainsi que 3 tâches de CR à autrui (i.e., représentation passée d'autrui). Les résultats montrent qu'à 4 ans 0 mois et 4 ans 3 mois, il n'y a pas de différence entre les trois concepts. À partir de 4 ans 6 mois, les enfants réussissent mieux les tâches de CR à soi que les tâches de CR à autrui et celles de FC à autrui, ce qui suggère que la compréhension de leurs propres états mentaux émerge plus tôt dans le développement que la compréhension des états mentaux d'autrui et dans ce sens ces résultats appuient la théorie de la simulation. Puis, à 4 ans 9 mois, le sujet fait une dissociation en fonction du moment de la représentation. En effet, à cet âge, les tâches de CR à autrui sont mieux maîtrisées que celles de FC à autrui ce qui suggère que le sujet a une plus grande facilité à manipuler des représentations contradictoires dissociées dans le temps (présent vs passé) comparativement à des représentations contradictoires présentes. En bref, la présente étude, de par son caractère longitudinal, permet de faire ressortir le fait que c'est d'abord la dimension conceptuelle (soi versus autrui) qui est l'objet du développement puis la dimension temporelle. Les résultats sont discutés en fonction d'une plausibilité neurobiologique de la simulation, telle que mise en évidence par la découverte des « neurones miroirs » (Rizzolatti, Fadiga, Gallese, et Fogassi, 1996) et d'une plausibilité développementale de ce modèle théorique. Les résultats sont également discutés en fonction des limites de la simulation, limites soulignant la nécessité d'avoir recours à des modèles hybrides intégrant explications simulatoires et explications théoriques. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : théorie de l'esprit, fausse croyance, changement représentationnel, simulation, théorie-théorie.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Dumas, Claude
Mots-clés ou Sujets: Croyance / Développement de la personnalité / Différenciation du soi / Enfant d'âge préscolaire / Représentation mentale / Théorie de l'esprit
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 12 mai 2017 08:27
Dernière modification: 12 mai 2017 08:27
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/9688

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...