De l'impossibilité de régler la crise écologique dans le cadre de la chrématistique

Gagné, Gabriel (2016). « De l'impossibilité de régler la crise écologique dans le cadre de la chrématistique » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (15MB)

Résumé

Le problème des changements climatiques, qui n'est qu'une dimension de la crise écologique contemporaine, bénéficie d'une couverture médiatique soutenue depuis plusieurs décennies. Et pour cause, les effets prédits par les scientifiques en ce qui concerne les conditions de vie futures des humains sont alarmants. Et ce, car il a été déterminé que ce sont des actions humaines qui sont à l'origine du problème, c'est-à-dire principalement l'émission de gaz à effet de serre issus en majeure partie dans le cadre des pratiques économiques occidentales contemporaines. Suite à ce constat, la CCNUCC qui a donné lieu à la création du Protocole de Kyoto, est, d'une part la concrétisation politique de la reconnaissance, par l'ensemble des nations contemporaines, de l'existence du problème, et, par conséquent, la source de la mise en œuvre d'un ensemble de moyens visant à le régler. Cependant, comme le démontre une analyse de ce ceux-ci, il semble qu'ils ne garantissent en rien, ni même ne laissent présager qu'ils puissent avoir un quelconque effet significatif sur le problème pour lequel ils ont été privilégiés. Pour comprendre cet état de fait, il est nécessaire de saisir les fondements et la dynamique du système économique occidental contemporain dans lequel nous sommes intégrés et qui tend à étendre ses ramifications à l'ensemble de la planète dans le cadre de la globalisation. Ainsi, en exposant ses axiomes, ses principes, ses institutions et leurs effets concrets pour ce qu'ils sont dans la réalité, nous parvenons à mettre en lumière les causes de l'inefficacité du système économique dominant pour résoudre les problèmes d'ordre écologique dont il est lui-même la source. Partant de définitions de l'humain et de la nature fondées sur le fait que le premier a un lien essentiel avec la seconde, il s'ensuit que la survie de tous les individus constituant l'espèce humaine dépend des conditions de fonctionnement normaux des écosystèmes terrestres. Or, en observant le rapport de l'humain avec la nature dans le cadre du système chrématistique, ce dernier se révèle être fondamentalement antiécologique, et inapte à maintenir les conditions naturelles essentielles à la perpétuation de l'humanité – une conséquence normale de la logique des fondements de la Chrématistique. Suite à présentation cumulative (loin d'être exhaustive) et d'explicitation des diverses contradictions de ce système économique avec la nature de l'humain, d'après toutes les évidences, il semble que le projet sous-tendu par l'institutionnalisation révolutionnaire du système capitaliste est loin d'avoir rempli ses promesses; il ne constitue en réalité rien de plus qu'une utopie finalement inadéquate pour procurer une vie satisfaisante et riche pour l'ensemble de l'humanité. À l'inverse, le système chrématistique se révèle être l'un des pires moyens inventés pour solutionner les problèmes socioéconomiques que ses tenants prétendaient régler au départ en l'instituant. Et ce, malgré le fait, structurellement, le système a pratiquement les capacités de procurer les conditions favorables au comblement des besoins de base, et même plus, de tous les humains de la planète. Il découle de ce constat que, si la libéralisation croissante du monde n'est pas renversée, ou à tout le moins maîtrisée, les chances de régler la crise écologique sont bien minces, voire nulles. Par conséquent, la solution à la crise écologique contemporaine ne peut consister, au minimum, qu'à réduire significativement l'importance, l'influence et l'emprise de la pratique chrématistique à une fonction secondaire dans le cadre d'une économie réellement axée sur les besoins que sa nature impose à l'humain. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : capitalisme, chrématistique, écologie, changements climatiques, crise, solutions

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Mascotto, Jacques
Mots-clés ou Sujets: Capitalisme / Crise écologique -- Aspect sociologique / Climat -- Changements / Homme -- Influence sur la nature / Environnement -- Protection / Économie politique
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 07 oct. 2016 18:44
Dernière modification: 07 oct. 2016 18:44
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/8929

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...