Analyse évolutionniste de l'abus physique et de la négligence envers les enfants : contribution à une approche différentielle de ces deux formes de mauvais traitements

Lopez Fraga, Leonor (2016). « Analyse évolutionniste de l'abus physique et de la négligence envers les enfants : contribution à une approche différentielle de ces deux formes de mauvais traitements » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (17MB)

Résumé

La présente étude a comme but d'analyser les mécanismes associés à l'émergence des deux formes les plus courantes de mauvais traitements : l'abus physique et la négligence. Précisément, elle aborde le lien entre les conditions environnementales, particulièrement en ce qui a trait à la rareté et à l'instabilité des ressources matérielles et sociales, les caractéristiques des enfants et des parents et le statut parental avec la sévérité et la chronicité de ces formes de maltraitance. L'étude propose également une analyse différentielle des contextes dans lesquels l'abus physique et la négligence émergent, ainsi que de leur association avec différents problèmes d'ordre socioaffectif manifestés par les enfants selon leur sexe. À partir des processus distaux proposés par la perspective évolutionniste, deux séries d'hypothèses sont avancées : la première série concerne uniquement les cas où le responsable des mauvais traitements est un parent biologique, et la deuxième série est formulée sans égard au statut parental. Les analyses de l'étude s'appuient sur des données recueillies dans la cadre de l'Étude d'incidence québécoise (EIQ-2008), le volet québécois d'une vaste enquête pancanadienne quinquennale sur les situations évaluées par les services de protection de la jeunesse. L'EIQ-2008 est basée sur un formulaire d'enquête rempli par l'intervenant responsable de l'évaluation du signalement au moment où il réalisait l'évaluation ou l'orientation des situations échantillonnées dans la période comprise entre le 1er octobre et le 31 décembre. Parmi les 3079 cas de signalements répertoriés dans cette enquête, un échantillon de 556 cas d'enfants victimes d'abus physique (n = 241) et de négligence (n = 315) comme problématiques uniques a été sélectionné, sans égard au statut parental du responsable des mauvais traitements. Parmi ces cas, un sous-échantillon a été formé comprenant uniquement les 438 situations d'abus physique (n = 164) et de négligence (n = 274) perpétrées par un parent biologique. Les résultats révèlent, d'abord, l'association différentielle attendue des variables environnementales sur le type de mauvais traitement. Les variables indicatrices de rareté de ressources matérielles et sociales dans le contexte familial prédisent davantage la négligence que l'abus physique, tandis que la variable violence domestique, témoignant de la dangerosité et de la présence de conflits dans l'environnement familial, prédit davantage l'abus physique que la négligence vécus par les enfants de notre échantillon. L'analyse des interactions entre les caractéristiques du parent et les variables environnementales permet de préciser davantage les effets principaux dans les cas où le responsable des mauvais traitements est un parent biologique. Cette analyse suggère que les pères perpètrent davantage de mauvais traitements envers leurs enfants que les mères dans des conditions de rareté des ressources ou de dangerosité dans le contexte familial. De plus, l'accumulation de facteurs de risque dans l'environnement familial prédit une chronicité accentuée des mauvais traitements chez les pères, plutôt que chez les mères. En outre, les résultats suggèrent des différences sexuelles chez les figures parentales par rapport à la sévérité des mauvais traitements selon leur statut parental : pour les parents biologiques, la sévérité des mauvais traitements est plus importante chez les pères, tandis que pour les parents non biologiques, la sévérité est plus importante pour les figures parentales féminines. Les résultats témoignent également de différences entre les filles et les garçons par rapport à la nature des problèmes d'ordre socioaffectif reliés aux mauvais traitements. Les filles manifestent plus de problèmes de dépression et d'anxiété lorsqu'elles sont victimes d'abus physique que lorsqu'elles sont victimes de négligence, et les garçons manifestent en général plus de problèmes d'agressivité et de comportements de prise de risque. L'ensemble de ces résultats contribue à une meilleure compréhension des mécanismes associés à l'émergence des mauvais traitements. Ils mettent en évidence l'importance d'étudier séparément l'abus physique et la négligence afin de spécifier les prédicteurs qui distinguent chacun de ces types de mauvais traitements, ainsi que l'expression particulière de leur impact sur le développement socioaffectif des enfants. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : abus physique, négligence, analyse différentielle, approche évolutionniste

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Bigras, Marc
Mots-clés ou Sujets: Violence envers les enfants -- Étiologie / Violence envers les enfants -- Facteurs de risque / Enfants négligés / Enfants maltraités / Affectivité
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 07 oct. 2016 18:37
Dernière modification: 07 oct. 2016 18:37
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/8925

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...