Les minéralisations aurifères associées aux intrusions alcalines néoarchéennes de la sous-province de l'Abitibi, Canada : exemple de la mine d'or Lac Bachelor, Abitibi : modèle génétique et guides d'exploration

Fayol, Noémie (2016). « Les minéralisations aurifères associées aux intrusions alcalines néoarchéennes de la sous-province de l'Abitibi, Canada : exemple de la mine d'or Lac Bachelor, Abitibi : modèle génétique et guides d'exploration » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sciences de la Terre et de l'atmosphère.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (25MB)

Résumé

Les ceintures de roches vertes archéennes, notamment la Sous-province de l'Abitibi, renferment de très nombreux gisements d'or. Ceux-ci sont de deux types : les gisements dits « orogéniques » et les gisements magmatiques associés aux intrusions tardi-orogéniques. Bien qu'ayant une distribution semblable le long de grandes zones de failles et étant parfois superposés, ils reflètent des processus de genèse différents. Les gisements magmatiques sont de mieux en mieux identifiés et leur importance économique est croissante. En effet, les plus importantes mines d'or en production (2014) en Abitibi (Canadian Malartic) et dans le Yilgarn (Boddington) sont associées à de telles intrusions. Cependant, leur genèse est encore peu comprise ; les caractéristiques des magmas et les conditions d'emplacement doivent être mieux définies afin de comprendre leurs rôles dans le transport, la concentration et le dépôt de l'or. Deux sous-groupes d'intrusions sont définis selon la composition géochimique, reflétant des degrés d'évolution magmatique différents, la position de la minéralisation par rapport à l'intrusion et la signature aéromagnétique. D'une part, des syénites ferromagnésiennes riches en magnétite présentant une signature magnétique « positive » ; l'or est alors dans l'intrusion (ex. Beattie, QC et Young-Davidson, ON). D'autre part, les syénites et granites alcalins plus évolués et pauvres en Fe-Mg caractérisés par une signature magnétique « annulaire » ; l'or est alors concentré dans des zones très altérées au sein d'un halo magnétique affectant les roches encaissantes (ex. Lac Bachelor, QC et Canadian Arrow, ON). Une remobilisation subséquente de l'or par des structures tardives est observée, en particulier lorsque l'or est au sein de l'intrusion (ex. Beattie). Ces intrusions sont principalement associées à des failles régionales E-O, dominantes en Abitibi, mais sont également présentes à l'intersection de ces structures avec des structures N-S (ex. Lac Bachelor) ou le long de corridors NO-SE (ex. Lac Shortt) tel que le corridor Wedding-Lamarck. Celui-ci ayant été peu étudié par le passé, une caractérisation, via l'étude de levés gravimétriques et aéromagnétiques, en est proposée. Il s'agit d'un corridor de déformation précoce large d'environ 25 km et long d'au minimum 150 km séparant deux blocs crustaux. La faille Wedding-Lamarck proprement dite est quant à elle une structure plus discrète située au sein du corridor de déformation. Elle a un comportement ductile-cassant et un jeu senestre. L'étude de la mine Lac Bachelor, rouverte en 2011, permet de préciser les relations entre : (1) la mise en place d'une intrusion alcaline oxydée à faible profondeur ; (2) la transition vers des fluides hydrothermaux ; (3) la minéralisation en or située dans des zones de remplacement métasomatique caractérisées par un assemblage riche en minéraux alcalins (feldspath Na et K), fluorés (fluorine, fluoro-apatite), en hématite et pyrite. Les failles régionales permettent la migration des magmas à travers la croûte et leur mise en place passive à faible profondeur, éventuellement via des structures plus locales. Le caractère alcalin et oxydé des magmas permet une mise en solution et un transport efficace de l'or. Les fluides hydrothermaux, souvent riches en fluor, sont issus de la séparation d'une phase fluide lors de la cristallisation du magma et circulent dans les roches encaissantes via des discontinuités préexistantes. La précipitation des sulfures et de l'or est provoquée par la déstabilisation des fluides hydrothermaux oxydés au contact des roches encaissantes. Ce modèle génétique issu de l'étude du gisement Lac Bachelor peut être appliqué à d'autres gisements en Abitibi voire à d'autres terrains archéens tels que le craton du Yilgarn. Du point de vue de l'exploration, les levées aéromagnétiques régionaux permettent une bonne distinction des intrusions selon quelles ont une signature magnétique « annulaire » ou « positive ». Dans les deux cas, les intrusions de petites tailles, moins de 3 km2, proches de structures crustales ont le meilleur potentiel aurifère. Dans le cas des intrusions ayant une signature magnétique « annulaire », les zones de faibles susceptibilités au sein de l'auréole magnétique sont les plus favorables (ex. Lac Bachelor). Les intrusions ayant une signature magnétique « positive » sont elles-mêmes les cibles puisque l'or y est porté par l'intrusion, éventuellement remobilisé par des failles et/ou cisaillements tardifs (ex. Beattie). ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : gisement d'or, intrusion alcaline, porphyre, archéen, Abitibi, intrusion-related gold deposit, alkaline magmatism, magnetic signature, sanukitoid.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Jébrak, Michel
Mots-clés ou Sujets: Or -- Gisements -- Région du lac Bachelor / Intrusions (Géologie) -- Propriétés magnétiques / Magmatisme / Porphyre (Pétrologie) / Stratigraphie -- Abitibi -- Archéen
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 08 sept. 2016 14:59
Dernière modification: 08 sept. 2016 14:59
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/8819

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...