Qualité de vie chez les victimes souffrant d'état de stress post-traumatique à la suite d'un événement traumatique survenu en milieu de travail

Lacerte, Sophie (2016). « Qualité de vie chez les victimes souffrant d'état de stress post-traumatique à la suite d'un événement traumatique survenu en milieu de travail » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (33MB)

Résumé

Un intérêt grandissant semble voir le jour depuis les dernières années quant à l'étude des conséquences à l'exposition à un événement traumatique en milieu de travail. Les recherches existantes se sont davantage concentrées sur des milieux dits à haut risque d'exposition (p. ex., les militaires, les policiers). Toutefois, ceci limite nos connaissances sur le sujet, puisqu'un événement potentiellement traumatisant peut survenir dans n'importe quel milieu de travail. Une des conséquences psychologiques les plus communes associées à l'événement est le développement d'un état de stress post-traumatique (ESPT). Des études récentes montrent que ce trouble mental aurait une influence négative notable sur le niveau de qualité de vie (QV) des individus ayant un ESPT. Cependant, ces études recèlent plusieurs lacunes conceptuelles et méthodologiques qui limitent les conclusions pouvant être dégagées. Enfin, malgré l'importance d'examiner l'efficacité des interventions psychologiques auprès de cette population, très peu de recherches ont été effectuées à cet égard. Ainsi, la présente thèse a pour objectif principal d'approfondir les connaissances sur la QV vécue par des employés souffrant d'ESPT à la suite d'un événement traumatique au travail, avant et après une psychothérapie. La présente thèse se divise en cinq chapitres. Le chapitre I introduit des notions essentielles liées à la compréhension du contenu des prochains chapitres, entre autres, quant à la problématique des événements traumatiques au travail, de l'ESPT et de son traitement, ainsi que de la notion de QV. Le chapitre II vise à recenser de manière rigoureuse les études scientifiques ayant examiné la QV chez les victimes d'un trauma au travail ayant développé un ESPT. Les observations et conclusions de cette recension des écrits quant aux lacunes conceptuelles et méthodologiques des études actuelles (p. ex., l'évaluation de l'ESPT et de la QV) sont considérées par la suite dans le développement de notre étude empirique. Le contenu des deux chapitres suivants concerne les résultats d'une étude empirique quasi-expérimentale (à série temporelle simple) qui s'est déroulée au Centre d'étude sur le trauma (Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal). Elle inclut 46 individus ayant vécu au moins un événement traumatique sur le lieu de travail qui désirent poursuivre une psychothérapie cognitive et comportementale pour leur ESPT. L'étude tente d'inclure une grande diversité de travailleurs ayant été exposés à un événement traumatique au travail afin d'obtenir une meilleure représentativité de cette population. Le chapitre III présente le premier volet de l'étude et vise à décrire l'expérience vécue par les employés exposés à un événement traumatique au travail, en termes de types d'événements traumatiques, de symptômes post-traumatiques et du niveau de QV. Les résultats permettent d'observer que certains types d'emplois sont associés à certains types d'événements traumatiques. Les participants rapportent globalement une intensité élevée de symptômes d'ESPT et une faible QV. De plus, l'intensité de l'ESPT apparaît comme un facteur prévisionnel du niveau de QV. Le chapitre IV présente le deuxième volet de l'étude empirique. L'évolution des symptômes et de la QV est examinée pendant et après un traitement psychologique de type cognitif et comportemental pour l'ESPT auprès du même échantillon de participants. Les résultats montrent une diminution significative des symptômes d'ESPT et une augmentation de la QV à la suite de l'application de chacune des stratégies d'intervention, ainsi qu'à la fin du traitement. Les gains thérapeutiques se maintiennent six mois plus tard. De plus, les symptômes d'ESPT semblent diminuer de façon synchrone avec l'augmentation du niveau de QV pendant le processus thérapeutique. Enfin, le chapitre V présente une synthèse des résultats obtenus dans les trois articles de la thèse et propose une discussion portant sur les principaux résultats, afin d'en dégager une conclusion générale. Par la suite, les implications cliniques découlant de ces résultats sont énoncées. Nous soulignons en terminant les forces et les faiblesses méthodologiques de notre programme de recherche. Nous proposons en outre des pistes pour les recherches futures. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : état de stress post-traumatique, qualité de vie, événement traumatique au travail, travailleurs, traitement cognitif et comportemental

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Marchand, André
Mots-clés ou Sujets: État de stress post-traumatique / Milieu de travail / Traumatisme psychique -- Patients / Qualité de la vie / Travailleurs -- Santé mentale / Thérapie cognitive
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 27 juill. 2016 15:25
Dernière modification: 27 juill. 2016 15:25
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/8717

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...