La thérapie cognitivo-comportementale et la méditation pour traiter l'insomnie avec comorbidité psychiatrique

Meilleur, Christian (2016). « La thérapie cognitivo-comportementale et la méditation pour traiter l'insomnie avec comorbidité psychiatrique » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB)

Résumé

L'objectif principal de cet essai doctoral était de cibler principalement l'utilité clinique de la mindfulness en offrant un protocole adapté et efficace contre l'insomnie à une population souffrant de comorbidité psychiatrique. Dans sa forme, il se voulait une étude exploratoire sur les utilités cliniques de l'ajout à la TCC-I de la méditation de type mindfulness et concentrative dans un contexte d'apprentissage où plusieurs concepts de base de la mindfulness étaient simplifiés pour être proposés aux participants. On visait aussi à donner une direction, voire une structure précise, au volet relaxation de la TCC-I classique. Il nous apparaissait que les avantages de la méditation étaient peu exploités, car il est de plus en plus évident que la méditation a des effets positifs sur les maladies prenant racine dans l'anxiété (Rubia, 2009) et que les notions comme l'acceptation et le lâcher-prise étaient congruentes avec la nature passive des mécanismes du sommeil (Garland, Campbell, Samuels, & Carlson, 2013). Les résultats de cette étude sont positifs et intéressants. L'apprentissage de la mindfulness, tel que mesuré par la KIMS, n'est que partiellement confirmé. Par contre, notre protocole est associé à une réduction significative de la durée de la latence d'endormissement, une diminution des éveils après l'endormissement, une diminution de l'éveil matinal et à une augmentation de l'efficacité de sommeil, mais sans augmentation du temps total de sommeil. Ces changements dans le sommeil sont rapides, car ils sont significatifs dès la fin de la thérapie et ils se maintiennent jusqu'à six mois après la fin de la thérapie. Parallèlement à l'amélioration du sommeil, le bien-être psychologique s'est amélioré de manière significative entre le début et la fin de la thérapie et ces gains se sont maintenus jusqu'à six mois après la fin de la thérapie. En somme, nous considérons avoir démontré l'intérêt clinique de l'ajout à la TCC-I d'une procédure de méditation en deux volets dans un contexte d'apprentissage aux notions de base de la mindfulness. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : insomnie, comorbidité, mindfulness, méditation, TCC-I.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: L'essai a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Forest, Geneviève
Mots-clés ou Sujets: Insomnie -- Traitement / Comorbidité / Thérapie cognitive basée sur la pleine conscience / Méditation -- Emploi en thérapeutique /
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 17 juin 2016 14:43
Dernière modification: 19 juill. 2016 12:27
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/8618

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...