Ateliers de percussions africaines offerts au Centre Jeunesse de Montréal : analyse phénoménologique de l'expérience de quatre adolescents

Dubois, Marie-Josée (2015). « Ateliers de percussions africaines offerts au Centre Jeunesse de Montréal : analyse phénoménologique de l'expérience de quatre adolescents » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB)

Résumé

Cette recherche phénoménologique s'attarde à l'expérience de quatre adolescents qui ont participé aux ateliers de percussions africaines offerts au Centre Dominique-Salvio et au Centre Mont St-Antoine du Centre jeunesse de Montréal. Depuis quelques années, des intervenants observent des bienfaits chez des jeunes qui prennent part à ces groupes : moins de timidité, meilleure estime de soi, appartenance au groupe et entraide. Ces groupes sont animés par un percussionniste professionnel qui n'est pas musicothérapeute. Pour cette recherche menant à un essai doctoral, quatre adolescents qui avaient participé aux ateliers et aux spectacles pendant au moins deux ans ont été recrutés par le biais du Centre Jeunesse de Montréal-Institut Universitaire (CJM-IM). Deux entrevues semi-dirigées individuelles de 45 minutes auprès d'adolescents (2 garçons et 2 filles), âgés de 14 à 18 ans ont permis de recueillir leur témoignage quant à leur expérience. Les données recueillies des entrevues ont été analysées selon la méthode phénoménologique utilisée par Giorgi (2009) et regroupées par thèmes. Cette analyse fait ressortir que bien que les effets de la musique soient bénéfiques pour ces adolescents lorsqu'ils jouent des percussions (diminution de l'agressivité, gestion de la colère et des émotions, détente, apaisement, faire la paix en soi, défoulement) ce sont d'autres éléments qui ressortent principalement selon leurs témoignages : lien avec l'enseignant, performance au spectacle, compliments reçus. Le lien avec l'enseignant serait un élément majeur de l'expérience des jeunes qui les a aidés à développer une meilleure confiance en soi et envers un adulte significatif. Les deux garçons qui ont participé aux ateliers de percussions africaines, ont connu une continuité relationnelle avec le même enseignant qu'ils voyaient une fois par semaine et ce, pendant 10 ans pour le plus âgé des deux. Dans un contexte où ces jeunes présentent des difficultés au plan de l'attachement, compte tenu de leur situation personnelle où ils ont été retirés de leur milieu familial, cet enseignant des ateliers de percussions africaines semble devenir un tuteur de résilience ce qui permettrait de recréer des liens. Pour les garçons, cette continuité relationnelle avec une figure masculine significative et le lien de confiance développé avec lui est ce facteur de résilience qui pourra probablement leur permettre d'aborder leur vie avec plus de confiance dans leurs relations avec les autres. Pour une des jeunes filles, cette rencontre avec son enseignant représenterait plutôt cette figure paternelle bienveillante qui semble répondre à son besoin de sécurité et de stabilité. Pour l'autre jeune fille, l'enseignant est toujours là lorsqu'elle a de la difficulté. Il utilise différents moyens (modelage, encouragement, signaux) pour lui apprendre les notions qu'elle ne comprend pas et il l'encourage beaucoup de façon verbale. Selon les quatre participants, leur estime d'eux-mêmes s'est développée à partir des encouragements du public suite à leur performance au spectacle mais trois d'entre eux parlent aussi de la façon dont leur enseignant les fait sentir importants en leur faisant confiance de différentes façons : le rôle donné dans le groupe, l'attribution d'un solo au spectacle, la demande d'aide pour du bénévolat auprès des plus jeunes et des contrats de percussions à l'extérieur des Centres jeunesse. Les performances sur scène amènent aussi du stress mais elles ont permis aux jeunes d'affronter leurs peurs, de relever le défi, ce qui leur a apporté beaucoup de fierté. Toutefois, une meilleure préparation pour mieux gérer le stress au spectacle devrait être faite avec les jeunes. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Percussions africaines, adolescents, Centre Jeunesse, expérience, spectacle

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: L'essai a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Plante, Pierre
Mots-clés ou Sujets: Jeunes difficiles -- Attitudes / Jeunes difficiles -- Modification du comportement / Musique (Loisirs) / Concerts / Instruments à percussion / Centres jeunesse / Changement (Psychologie) / Adolescents et adultes
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 avr. 2016 18:43
Dernière modification: 22 avr. 2016 18:43
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/8237

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...