L'influence de la connaissance du sens des mots sur l'apprentissage de leur décodage par les lecteurs débutants à risque

Michaud, Mélissa (2015). « L'influence de la connaissance du sens des mots sur l'apprentissage de leur décodage par les lecteurs débutants à risque » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (13MB)

Résumé

La présente thèse de doctorat en psychologie de l'éducation avait pour objectif d'examiner l'efficacité d'une stratégie novatrice d'enseignement de la lecture destinée aux élèves à risque. La stratégie combinait l'enseignement du décodage et du sens du mot, notre hypothèse étant que les élèves à risque ont plus de facilité à apprendre à décoder (c.-à-d. à lire) des mots familiers que des mots inconnus (c.-à-d. dont ils ne connaissent pas l'existence ou le sens). Nous démontrons, dans l'introduction, que cette hypothèse est appuyée par les quelques études disponibles et par les modèles théoriques sur l'apprentissage du décodage. Jusqu'à présent, la recherche s'est essentiellement attardée à examiner l'efficacité d'un enseignement explicite (c.-à-d. structuré et sans ambiguïté) portant exclusivement sur le décodage du mot, sans s'attarder au sens. Cet enseignement, bien qu'il soit souvent efficace, ne fonctionne pas pour tous les élèves. Nous avons donc élaboré une nouvelle méthode d'enseignement afin de déterminer si enseigner aussi le sens du mot favorisait l'apprentissage du décodage de ce dernier. Cette nouvelle méthode est destinée aux élèves de première année du primaire qui éprouvent des difficultés marquées sur le plan de l'apprentissage de la lecture. Afin de tester notre hypothèse, nous avons identifié un corpus de mots (n = 32) difficiles à décoder dont le sens était susceptible d'être inconnu des élèves en difficulté. Le corpus a été divisé en deux moitiés de difficulté équivalente. C'est le hasard qui a déterminé la façon dont les mots des deux moitiés étaient enseignés à l'élève (c.-à-d. si l'enseignement portait seulement sur le décodage du mot ou s'il portait à la fois sur le décodage et le sens). En d'autres termes, tous les participants ont été exposés aux deux types d'enseignement, mais pas pour les mêmes mots. L'échantillon est constitué de 53 élèves de première année (M âge = 6.9 ans) éprouvant des difficultés en lecture selon leur enseignant et selon les résultats aux évaluations de sélection. Un total de sept heures d'enseignement individuel a été offert à chaque élève. Les observations révèlent que les deux formes d'enseignement ont été implantées avec une excellente fidélité par l'assistant de recherche. La comparaison des scores au prétest et au posttest indique que les deux formes d'enseignement ont permis aux élèves de réaliser des progrès importants sur le plan du décodage. Les élèves ont aussi appris le sens de plusieurs mots lorsque ce dernier était enseigné. Cependant, en contradiction avec notre hypothèse, les progrès sur le plan du décodage n'ont pas été plus importants lorsque le sens du mot était enseigné ni lorsque l'élève avait effectivement appris ce sens. Nous concilions nos résultats avec les modèles théoriques en proposant qu'une connaissance du sens des mots est utile lorsque l'élève lit de manière autonome plutôt qu'en recevant un soutien important comme c'était le cas dans notre étude. Il est aussi possible que la combinaison de l'enseignement du décodage et du sens ait créé une surcharge cognitive dans la mesure où les élèves n'ont habituellement pas à réaliser ces deux apprentissages simultanément. En effet, les élèves qui ne sont pas à risque de difficulté en lecture (c.-à-d. la majorité de la clientèle des écoles) apprennent le plus souvent à lire des mots dont ils connaissaient le sens depuis déjà un certain temps. Lorsqu'un élève entre à l'école après avoir reçu une stimulation appropriée, il découvre à l'écrit des mots qu'il connaît déjà à l'oral. Il semble difficile de reproduire cet avantage dans un contexte d'enseignement. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : décodage du mot, sens du mot, enseignement explicite, difficultés en lecture.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Dion, Éric
Mots-clés ou Sujets: Lecture (Enseignement primaire) / Jeunes en difficulté d'apprentissage / Difficultés en lecture / Mot (Linguistique) / Signifiance / Décodage des mots / Lecture -- Approche fondée sur l'enseignement direct
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 avr. 2016 15:13
Dernière modification: 22 avr. 2016 15:13
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/8192

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...