Jugement et prise de décision : validation d'un test de jugement et étude des biais cognitifs

Escudier, Frédérique (2015). « Jugement et prise de décision : validation d'un test de jugement et étude des biais cognitifs » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

Nos décisions peuvent être prises par deux systèmes de traitement. Le premier système est un système intuitif qui permet de prendre des décisions rapidement grâce à des heuristiques. Ces heuristiques correspondent à des raccourcis de raisonnement et permettent d'accélérer la prise de décision mais elles sont aussi susceptibles de causer de nombreux biais altérant une prise de décision rationnelle. Le deuxième système est un système analytique qui permet de choisir la solution la plus adaptée à un problème après avoir généré et évalué différentes solutions. Malgré l'importance manifeste des capacités de jugement et de résistance aux biais cognitifs pour prendre des décisions dans la vie quotidienne, il n'existe pas de test pour les mesurer ayant de bonnes qualités psychométriques et ces capacités demeurent peu connues sur le plan neuropsychologique autant par rapport à leurs corrélats cognitifs que par rapport à l'effet des variables démographiques. Le but de ce projet de recherche était d'abord de valider un nouveau test de jugement basé sur les modèles théoriques du processus de jugement. Nous avons donc développé un test, le Judgment Assessment Tool (JAT), qui contient deux sections, la génération de solutions et l'évaluation de solutions, soit les deux étapes du jugement selon les modèles de prise de décision. La version préliminaire du test a été évaluée par 14 experts et testée auprès de 30 participants. Les meilleurs items ont ensuite été sélectionnés pour constituer la version finale du test. Cette version finale a été validée auprès de 120 participants âgés de 20 à 84 ans avec neuf à 21 ans de scolarité. Les résultats de l'évaluation des qualités psychométriques ont montré que le test possédait une bonne cohérence interne, une bonne fidélité test-retest et un excellent accord inter-juge. L'étude de la validité de construit du JAT a montré que le test corrélait avec des mesures liées au raisonnement (raisonnement abstrait et mémoire de travail) ainsi qu'à une mesure de la fluidité verbale, ce qui est cohérent avec la littérature. Afin que ce test puisse être utilisable en pratique clinique, nous avons également développé des normes basées sur une régression prenant en compte les variables d'âge et de scolarité. Nous avons vérifié la sensibilité de ces normes en évaluant les capacités de jugement de 24 participants avec une DTA légère, et ces normes ont effectivement permis de caractériser le caractère anormal des capacités de jugement de ces participants. Ce test peut donc être utilisé par les neuropsychologues pour évaluer les habiletés de jugement de tout patient adulte dans leur pratique clinique. La deuxième étude a exploré la présence de biais cognitifs dans la population générale et dans la DTA légère avec les mêmes participants que l'étude 1. Cette étude a montré que les habiletés de raisonnement et de vitesse de traitement permettaient d'expliquer une partie de la variance de la résistance aux biais des participants sans atteinte cognitive et que les participants ayant une DTA légère étaient davantage victimes de biais cognitifs en raison de difficultés de raisonnement et d'inhibition. Enfin l'étude des variables démographiques a montré que la scolarité était corrélée positivement aux habiletés de jugement et à la résistance aux biais tandis que l'âge était corrélé négativement à ces deux capacités, avec des effets de taille modérée. En somme, le résultat de nos deux études montre tout d'abord que le JAT est un test valide et fidèle pour évaluer le jugement et qu'il permet de caractériser le caractère normal ou anormal d'habiletés de jugement grâce à des normes basées sur une régression prenant en compte les effets des variables démographiques. Nos études montrent également que le raisonnement est la fonction clé au jugement et à la prise de décision puisqu'il explique le plus de variance à la fois dans la tâche de jugement et dans la résistance aux biais. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Jugement, prise de décision, biais cognitifs, fonctions exécutives, démence de type Alzheimer.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Scherzer, Peter B.
Mots-clés ou Sujets: Prise de décision / Jugement (Logique) -- Tests / Judgment Assessment Tool (Test) / Biais dans les réponses / Fonctions exécutives (Neuropsychologie) / Maladie d'Alzheimer
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 21 avr. 2016 17:28
Dernière modification: 21 avr. 2016 17:28
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/8187

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...