Le changement représentationnel affectif chez soi et autrui à l'âge de 4 ans

Tourangeau, Caroline (2015). « Le changement représentationnel affectif chez soi et autrui à l'âge de 4 ans » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB)

Résumé

L'émergence de la capacité à attribuer des états mentaux à autrui et à prédire le comportement sur cette base, qui correspond à la théorie de l'esprit, constitue une pierre angulaire du développement. Une question fondamentale dans ce domaine consiste à se demander si la compréhension de ses propres états mentaux se développe ou non de façon synchrone avec celle des états mentaux d'autrui. Différentes interprétations théoriques ont été proposées afin de rendre compte de la théorie de l'esprit, dont celles de la théorie-théorie et de la simulation. Or, ces deux théories ont des prédictions différentes en ce qui concerne la question soulevée. Selon la théorie-théorie, la compréhension des états mentaux d'autrui et la compréhension de nos propres états mentaux devraient se développer au même moment chez l'enfant alors que, selon la simulation, la compréhension de nos propres états mentaux devrait se développer avant la compréhension de ceux d'autrui. Peu d'études (Davis, 2001; Dumas & Lebeau, 1998) ont été consacrées à cette question dans le domaine affectif. La tâche de changement représentationnel, qui réfère à la capacité de comprendre qu'une personne, soi ou autrui, peut avoir eu, dans le passé, une croyance qui était fausse par rapport à la réalité, permet de répondre à la question soulevée. Deux expériences ont été menées afin de répondre à cette question dans le domaine affectif. Dans l'Expérience 1, 32 enfants âgés de 4 ans ont reçu une tâche de changement représentationnel dans laquelle deux émotions antagonistes étaient induites successivement. La moitié des sujets ont reçu une tâche expérimentale dans laquelle une séquence émotionnelle positive-négative était induite et l'autre moitié une séquence inverse. Une séquence émotionnelle était aussi induite chez une marionnette (i.e., autrui) mais inverse de celle induite chez le sujet. Une tâche contrôle dans laquelle une séquence émotionnelle était induite uniquement chez autrui a aussi été administrée. Le sujet devait par la suite identifier les émotions passées et présentes vécues par soi-même et autrui. Les résultats ont révélé que les sujets ont correctement rapporté uniquement les émotions ressenties par autrui et principalement pour la séquence émotionnelle positive-négative. Le fait que la tâche par rapport à autrui ait été mieux réussie que celle par rapport à soi, ne concordant pas avec les prédictions découlant de la théorie-théorie ou de la simulation, a soulevé des questions en ce qui concerne la méthode utilisée afin d'induire des émotions chez les participants. L'Expérience 2 visait donc à vérifier si le fait de modifier la méthode d'induction d'émotions pourrait favoriser la réussite de la tâche de changement représentationnel affectif par rapport à soi. Deux conditions ont été administrées chez 24 participants âgés de 4 ans. Pour la moitié des participants, la durée d'induction de chacune des deux émotions a été augmentée à 30 secondes alors que pour la deuxième moitié des participants, le délai entre l'induction des deux émotions a été augmenté à une minute, sans toutefois augmenter la durée d'induction. Les résultats indiquent que la tâche de changement représentationnel affectif a été réussie, appuyant conséquemment les prédictions découlant de la simulation. Cette interprétation reste cependant limitée étant donné le petit échantillon de participants et puisque la réussite à la tâche par rapport à soi n'a pas été directement comparée à celle à la tâche par rapport à autrui dans cette deuxième expérience. Les résultats sont discutés en fonction de la méthode utilisée dans la présente recherche comparativement à celles utilisées dans d'autres études et de l'importance de choisir une méthode d'induction appropriée afin d'induire des émotions chez le participants lors de l'évaluation de la compréhension des états mentaux dans le domaine affectif. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : théorie de la pensée, changement représentationnel, émotions, simulation, théorie-théorie

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: L'essai a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Dumas, Claude
Mots-clés ou Sujets: Théorie de l'esprit chez l'enfant / Cognition chez l'enfant / Représentation mentale chez l'enfant / Émotions chez l'enfant / Enfants d'âge préscolaire / Théorie-théorie / Théorie-simulation
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 15 avr. 2016 17:18
Dernière modification: 15 avr. 2016 17:18
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/8134

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...