L'évolution du système urbain du Mexique central entre 1500 et 1650 : rencontre des mondes mésoaméricain et européen

Lagarde-Bernier, Alexandre (2015). « L'évolution du système urbain du Mexique central entre 1500 et 1650 : rencontre des mondes mésoaméricain et européen » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en études urbaines.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (55MB)
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (28MB)

Résumé

Notre thèse porte sur l'évolution du système urbain du Mexique central entre 1500 et 1650. Nous décrivons premièrement l'organisation du système urbain aztèque et faisons ressortir ses principales villes, ses principaux marchés et les interconnexions régionales existantes. La suite du travail couvre la Conquête, la création de la Nouvelle-Espagne et l'émergence de nouvelles villes coloniales qui transforment profondément le système urbain antérieur. À partir d'une échelle de valeurs multidimensionnelle et multiscalaire, nous analysons l'évolution de 92 centres entre 1515, 1570 et 1640 afin de mesurer l'ampleur des changements politiques, économiques, démographiques et culturels liés à la Conquête. À partir des théories des systèmes-monde, des lieux centraux et des systèmes réticulaires, nous analysons l'organisation du paysage urbain aux échelles locale, régionale et systémique. Vers 1515, nous constatons que le système urbain du Mexique central s'articule autour d'une région dominante fortement urbanisée et de plusieurs régions centres et semi-périphériques intégrées verticalement au bassin de Mexico et horizontalement, entre elles. Ce système est dominé par Tenochtitlan et par quelques villes de taille moyenne et les régions éloignées du centre névralgique sont encadrées par plusieurs lieux centraux spécialisés. Entre 1515 et 1640, ce monde urbain s'effondre, remplacé par un système urbain réticulaire polarisé autour de deux villes : Mexico et Puebla. Quinze centres secondaires et tertiaires (sur les 92 de notre échantillon) s'intègrent relativement bien à la transition et encadrent des territoires périphériques hautement colonisés. La mise en place d'un système réticulaire liant Mexico et Puebla aux deux ports de Veracruz et d'Acapulco ainsi qu'aux régions minières et de la cochenille implique une réorganisation spatiale du reste du système. Ainsi, en 1640, l'immense majorité (14 sur 15) des centres secondaires et tertiaires se situent à moins de 120 km des villes espagnoles et à proximité de Caminos Reales. Ces constats se reflètent aussi au niveau des centres mineurs : ceux situés dans les régions à proximité de Mexico, de Puebla ou d'Antequera connaissent un moins fort déclin que les autres. Notre thèse permet de démontrer qu'il y a aussi une logique économique au changement : les lieux centraux spécialisés sont, en général, désavantagés suite à la Conquête. Ces centres aux productions hétéroclites et à haute valeur sont surtout victimes du cataclysme démographique mais aussi de la dévalorisation des biens de luxe et de leur éloignement des principaux axes économiques. À l'échelle locale, les Espagnols calquent leur système administratif sur l'ancien et le changement se perçoit surtout aux niveaux démographique, économique et culturel.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Tellier, Luc-Normand
Mots-clés ou Sujets: Urbanisation -- Mexique / Histoire / 16e siècle / 17e siècle / Paysage urbain / Mexique -- Histoire -- 1519-1540 (Conquête) / Civilisations précolombiennes
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion > Département d'études urbaines et touristiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 mars 2016 19:00
Dernière modification: 18 mars 2016 19:00
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/7975

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...