L'influence des institutions sur les pratiques managériales de transfert intergénérationnel des connaissances dans les entreprises de haute-technologie : une comparaison Québec-Allemagne

Kuyken, Kerstin (2015). « L'influence des institutions sur les pratiques managériales de transfert intergénérationnel des connaissances dans les entreprises de haute-technologie : une comparaison Québec-Allemagne » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en administration.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (126MB)

Résumé

Dans un monde de plus en plus interconnecté internationalement et marqué par des crises et des insécurités, la gestion des entreprises devient de plus en plus complexe. Actuellement, une des préoccupations principales des entreprises est d'assurer leur pérennité, ce qui passe entre autres par le transfert des connaissances entre générations : un enjeu traité dans le cadre de cette thèse. En effet, les changements démographiques importants des dernières années dans plusieurs pays occidentaux et asiatiques font en sorte qu'un nombre signifiant de travailleurs seniors partent à la retraite. De plus, en raison d'un taux de naissance très faible, les jeunes travailleurs qualifiés sont beaucoup moins nombreux, ce qui génère une pénurie de main d'œuvre pour les organisations. S'ajoute aux tendances susmentionnées que le savoir des employés est devenu crucial pour les entreprises. Plusieurs pays peuvent être caractérisés comme des sociétés du savoir, car la valeur économique repose plutôt sur le savoir des employées que sur le travail manuel. Une forme d'expression du passage à l'ère de l'économie du savoir est l'apparition progressive d'entreprises de haute-technologie durant les dernières décennies. Ces entreprises regroupent des personnes hautement spécialisées qui disposent des connaissances déterminantes pour les entreprises. En raison de la valeur du savoir des employés pour ces entreprises, il est d'autant plus primordial de pouvoir y assurer un transfert des connaissances entre les générations. Cette thèse s'intéresse donc à la question préoccupante d'assurer le transfert des connaissances entre générations dans les entreprises de haute-technologie. Pour examiner une telle problématique, une perspective comparée est proposée. Compte tenu des connexions mondiales et des complexités émergeantes en gestion, la comparaison de deux contextes est particulièrement pertinente. En effet, elle permet de fournir des inspirations provenant d'autres pays par rapport aux pratiques managériales. Dans le cadre de cette recherche, la comparaison est fondée sur une perspective macro-institutionnelle qui tient compte des grandes institutions dans une société et de leur influence sur les entreprises (ici : le système d'éducation, le rapport salarial, la protection sociale et le système financier). Dans la perspective de la théorie de la régulation qui est adoptée dans cette thèse, ces institutions sont considérées comme complémentaires et elles forment une architecture. Par le biais d'une comparaison des firmes québécoises et allemandes, cette étude vise à répondre à la question de recherche suivante : Comment l'architecture institutionnelle façonne-t-elle les pratiques de transfert des connaissances entre générations (dans les entreprises de haute-technologie au Québec et en Allemagne)? La comparaison des deux contextes est basée sur des études de cas de huit entreprises allemandes et québécoises (quatre entreprises québécoises et quatre entreprises allemandes, dont quatre grandes entreprises et quatre PME). L'étude des cas implique la collecte des données qualitatives (entrevues semi-dirigées, entrevues en tandem, focus groupes, observation participante, documents). Cette approche méthodologique permet d'apporter une attention particulière aux facteurs contextuels qui déterminent les spécificités des pratiques managériales dans les firmes québécoises et allemandes. Cette recherche implique 83 entrevues semi-dirigées, deux entrevues en tandem et deux focus groups. Dans l'ensemble, 90 interlocuteurs ont été rencontrés. De plus, la recherche implique de l'observation participante dans l'ensemble des entreprises (en moyenne une semaine dans les grandes entreprises et trois jours dans les PME). Les résultats de cette étude sont présentés sur trois volets : 1) le cadre institutionnel, 2) les générations en entreprise et 3) les pratiques de transfert des connaissances entre générations. Volet l - L'analyse à partir du cadre institutionnel basée sur le système d'éducation, le rapport salarial, la protection sociale et le système financier fait émerger trois variables de comparaison. Les entreprises québécoises et allemandes peuvent ainsi être contrastées par : la longueur des cycles temporels dans les entreprises, la nature de la prise en charge de la trajectoire professionnelle et la représentation des employés et le mode de développement des connaissances qui est dominant dans la société. Volet 2 - En faisant le lien entre les institutions et les générations, il appert que les variables institutionnelles sont déterminantes pour les rapports entre générations qui existent au sein des entreprises. Pour ce qui est des entreprises faisant partie de cette étude, six rapports entre générations peuvent être identifiés : un rapport circonstanciel, un rapport continu, un rapport de responsabilité organisationnelle, un rapport de responsabilité individuelle, un rapport basé sur la séniorité et un rapport basé sur la spécialité. Il existe donc une multitude de rapports intergénérationnels qui façonnent les pratiques de transfert des connaissances entre générations. Volet 3 - À partir des variables institutionnelles et des liens générationnels, deux paradigmes différents de transfert des connaissances entre générations peuvent être désignés. À partir du contexte québécois émerge le paradigme de « la professionnalité flexi-sécurisante » (je-connectant). Ce paradigme décrit un transfert des connaissances entre générations qui est orienté vers un horizon temporel immédiat, vers une émancipation de l'individu et vers l'employabilité des salariés (impliquant l'acquisition d'une multitude des connaissances). À partir du contexte allemand émerge le paradigme de la « professionnalité communau-sécurisante » (nous-individualisant). Ce paradigme décrit un transfert intergénérationnel des connaissances qui tient compte du passé et vise de perdurer dans l'avenir. De plus, la transmission des connaissances vise surtout l'enrichissement de la collectivité dans l'organisation (l'acquisition des connaissances est souvent orientée vers une spécialité au sein de l'entreprise). Ces paradigmes servent de base pour présenter un portrait nuancé des pratiques de transfert intergénérationnel des connaissances dans les entreprises québécoises et allemandes. En effet, en croisant les variables institutionnelles (volet 1) et les rapports intergénérationnels (volet 2), l'analyse débouche sur une typologie des pratiques de transfert intergénérationnel des connaissances. Cette typologie contient huit types de pratiques, chacune impliquant des possibilités et des limites différentes par rapport au transfert des connaissances entre générations. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : management comparé, institutions, sociétés du savoir, changements démographiques, générations, transfert des connaissances, haute-technologie

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Ebrahimi, Mehran
Mots-clés ou Sujets: Gestion des connaissances / Transfert d'apprentissage / Transmission intergénérationnelle / Industries de pointe / Québec (Province) / Allemagne / Société informatisée
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 19 févr. 2016 17:04
Dernière modification: 19 févr. 2016 17:04
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/7859

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...