Le monde de l'art public montréalais des années cinquante : le discours critique tenu sur la production de l'oeuvre murale, 1950-mai 1961

Doucet, Danielle (2011). « Le monde de l'art public montréalais des années cinquante : le discours critique tenu sur la production de l'oeuvre murale, 1950-mai 1961 » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en histoire de l'art.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (97MB)

Résumé

L'œuvre murale publique créée à Montréal dans les années cinquante s'avère une production artistique significative à plus d'un titres au regard du discours critique, mais méconnue. Vivement colorée et savamment texturée ou unie, aux formes géométriques ou aux figures modernes ou traditionnelles, réalisée dans des médiums et des matériaux variés, nouveaux ou anciens, cette murale est issue d'un processus collectif de production d'une commande publique. L'étude des commentaires tenus sur la murale entre 1950 et le 8 mai 1961, une forte période constructive d'après-guerre au cours de laquelle aucune politique d'art public n'existait encore, montre que sa production a émergé grâce aux interactions entre de nombreux acteurs de réseaux de collaboration issus de mondes divers. Ils formaient un monde de l'art public, dont les acteurs principaux sont l'artiste, l'architecte et le commanditaire. Les écrits révèlent qu'ils partageaient des conventions régissant la procédure de sa commande et des conventions esthétiques, techniques, langagières et symboliques qui leur ont permis de collaborer afin de produire cette murale décorant ou s'intégrant à l'édifice moderne, et qu'ils en ont remis certaines en question au profit d'innovations redéfinissant sa production. Cette étude se fonde sur l'analyse du discours afin de reconstituer les représentations qu'il véhicule des réseaux de collaboration en interaction lors de la production de la murale d'une part, et celles des rapports qu'elle entretient avec l'édifice moderne d'autre part. L'analyse s'appuie sur l'approche génétique du sociologue Howard Becker visant à établir étape par étape le processus de production d'une œuvre issue d'un monde de l'art; un concept adapté au corpus en monde de l'art public. L'identification des acteurs des réseaux, des mondes desquels ils proviennent, de leur faisceau de tâches, des conventions qu'ils partagent et des innovations qu'ils instaurent sont autant d'aspects à noter. Nous retenons son intérêt porté à l'examen critique du monde de l'art par le critique, car ses jugements le définissent aussi, et celui de Hans Robert Jauss pour l'horizon d'attente du critique et l'horizon d'attente social du groupe créant ses normes. L'examen du riche corpus textuel permet d'établir trois étapes du processus collectif de production de l'œuvre murale ayant cours au sein des réseaux de collaboration : d'abord, sa programmation à l'initiative coutumière de l'architecte, suivie de la sélection régulière de l'artiste par l'architecte, le commanditaire ou leur comité; puis, l'imposition de contraintes récurrentes : le thème, les contraintes physiques – médium, matériau, localisation, dimensions – et la contrainte financière, lors de la commande de la murale à l'artiste tant par l'architecte que le commanditaire; enfin, l'organisation du travail artistique lors de sa réalisation par l'artiste collaborant étroitement avec l'architecte, à l'occasion avec un autre artiste et souvent avec son personnel de soutien. La notion de collaboration est le leitmotiv de la décennie. Celle de l'artiste avec l'architecte s'avère conventionnelle, étant répétitive, plurielle et basée sur une connaissance, voire une confiance mutuelles. L'analyse du discours permet aussi de reconstituer les représentations que les acteurs du monde de l'art public se faisaient des rapports de l'œuvre murale à l'édifice moderne, qui ont conditionné sa production. Des conventions esthétiques, techniques, langagières et symboliques les sous-tendent. Prônant le retour de la relation murale-édifice afin d'humaniser l'édifice, après l'avoir considérée rejetée au nom du fonctionnalisme moderne, les commentateurs ont établi les rapports de hiérarchie, la primauté de l'édifice, et de complémentarité de la murale en sorte qu'elle soit visible. Les appellations décoration murale et intégration de l'art à l'architecture ont désigné couramment ces rapports. Les auteurs ont discuté des courants artistiques de la murale appropriés tant à remplir la fonction d'humanisation de l'édifice qu'à s'accorder avec son esthétique moderne. L'arrivée de l'abstraction de tendance géométrique s'avère en ce sens une innovation majeure. Elle a remis en cause tant la fonction commémorative séculaire de l'art public que sa prétendue absence sous la gouverne du premier ministre Maurice Duplessis. Des médiums et des caractéristiques de matériaux ont été considérés propices à mettre en œuvre ces critères artistiques à l'extérieur de l'édifice : la diversité des couleurs, des formes, des textures et la durabilité, de telles innovations survenant surtout en céramique, en mosaïque et en vitrail. Les acteurs ont aussi évalué des murales en fonction de rapports de modernité avec l'édifice en termes d'esthétique et d'usage. La thèse révèle la grande importance de la production de l'œuvre murale publique tant dans la définition de l'histoire de l'art public à Montréal que de l'histoire de l'art du Québec dans les années cinquante. Cela remet en question des idées reçues sur la place occupée par cette pratique artistique, encore jugée marginale en histoire de l'art. Elle en constitue au contraire un segment déterminant. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : murale, art public, Montréal, 1950-1961, discours, sociologie de l'art, Howard Becker, Harriet Senie

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Couture, Francine
Mots-clés ou Sujets: Becker, Howard / Senie, Harriet / Peinture et décoration murales / Art public / Analyse du discours / Années cinquante (Vingtième siècle) / Montréal (Québec)
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'histoire de l'art
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 09 déc. 2015 17:07
Dernière modification: 09 déc. 2015 17:07
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/7589

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...