Essays on the insurance of aging-related risks

Lavoie, Louise (2015). « Essays on the insurance of aging-related risks » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en économique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (44MB)

Résumé

Cette thèse est composée de trois chapitres étudiant, d'un point de vue théorique, les risques liés au vieillissement, et les mécanismes qui assurent ces risques. Dans les trois chapitres, un modèle simple de cycle de vie à deux périodes représente la vie active et la retraite. La survie à la deuxième période est incertaine, et sa probabilité est associée à l'espérance de vie de la personne. Dans le premier chapitre, la décision de mode de vie pendant la période active détermine, de façon endogène, la longévité de chacun, et sa distribution dans la population. Cette décision correspond à un investissement en capital santé (Grossman (1972)). La population est définie sur un continuum de richesse. Les individus les plus riches adoptent de façon endogène un mode de vie plus sain, mais cette décision est influencée par les mécanismes qui assurent le risque de longévité. Les régimes publics de pension ont été décrits comme moins performants socialement, car ils empêchent les individus d'internaliser l'effet de leur décision de mode de vie sur leur longévité (Davies et Kuhn (1992), Philipson et Becker (1998)). Nous trouvons le même problème de non-internalisation avec l'assurance privée lorsque les types de risque ne sont pas observables : les contraintes d'incitation établies par l'assureur pour contrer l'antisélection éliminent le signal qui permet à l'individu d'internaliser son risque de longévité. Elles causent aussi une externalité d'information des individus riches, et donc à risque élevé, envers ceux à faible risque qui sont moins riches ; la couverture est complète pour les premiers et réduite pour les seconds. Nous démontrons aussi que les individus riches bénéficient d'une longévité supérieure à celle observée sous information parfaite, alors que la longévité des plus pauvres peut être inférieure. Ce chapitre compare aussi les couvertures publique et privée du risque de longévité en conservant les mêmes contraintes d'information. Un régime public simple, qui offre les mêmes conditions à tous, augmente les inégalités dans la longévité. Il est aussi régressif puisque les gens pauvres subventionnent les riches de par la corrélation entre richesse et longévité. Dans un système de pension avec un menu de contrats incitatifs, la rente d'information payée aux rentiers à plus haut risque crée le même genre de subvention des pauvres vers les riches, mais dans une moindre mesure, et la distorsion dans les montants de rente est atténuée par rapport à celle imposée par un assureur privé. Le second chapitre considère deux imperfections, l'antisélection et les marchés incomplets, dans un marché assurant deux risques corrélés, soit le risque de longévité, et le risque de recours aux soins de longue durée (SLD). Un individu en bonne santé a une plus grande espérance de vie (risque élevé de longévité), mais il est un risque plus faible pour les SLD. Le recours aux SLD étant conditionnel à la survie, l'absence d'assurance pour un des deux risques, sous information parfaite, cause une distorsion dans la couverture de l'autre risque, comme démontré par Doherty et Schlesinger (1983). Sous antisélection, cette distorsion atténue, et peut même éliminer, l'externalité d'information : ce résultat se produit par l'absence de contrainte d'aléa moral que permet la nature du risque de SLD. Notre modèle de rente reflète aussi le fait que ce marché ne respecte pas la propriété d'exclusivité, soit la possibilité qu'ont les assureurs d'observer le montant d'assurance. Afin de bâtir un contrat incitatif à deux dimensions, l'assureur peut alors remplacer le montant de rente par l'option de paiement au décès. Cependant, en l'absence de motif de legs, cette option n'incite pas à l'autosélection : l'équilibre doit être mélangeant, avec subvention du rentier en mauvaise santé envers celui en bonne santé. Cet équilibre mélangeant tient autant lorsque la rente est vendue seule que dans un marché complet où les contrats sont vendus séparément. Dans ce marché complet, l'allocation pour la couverture de SLD n'est pas celle du marché incomplet, car la présence d'une rente, même imparfaite, modifie la distorsion. En comparaison, Fluet et Pannequin (1997) et Webb (2009) ont répliqué les résultats d'une analyse à un seul risque. Ces auteurs trouvent aussi qu'un contrat unique multirisque améliore le bien-être de tous en exploitant la corrélation négative entre les individus. Nous trouvons une contradiction à ce résultat, car la combinaison de la rente non exclusive avec une couverture SLD exclusive permet de séparer la tarification de la rente. La personne en bonne santé perd alors l'avantage d'une rente subventionnée, lequel n'est pas toujours compensé par le relâchement de la contrainte incitative sur sa couverture SLD : cette personne peut préférer s'assurer sur deux marchés séparés. Le troisième chapitre compare une rente qui serait exclusive, comme souvent modélisée dans la littérature théorique, et la rente non exclusive introduite au chapitre deux. Sous information parfaite, cette distinction ne modifie en rien l'allocation. Sous antisélection, la présence ou non de motif de legs est cruciale. En l'absence de motif de legs, il y a un équilibre mélangeant avec la rente non exclusive, comme ci-dessus, alors que l'équilibre est séparateur avec le modèle exclusif : en effet, le montant de rente coïncide avec le transfert intertemporel et incite à l'autosélection. Le motif de legs permet l'équilibre séparateur avec les deux modèles. Alors qu'il s'agit d'une généralisation du cas sans motif de legs pour la rente exclusive, le paiement au décès d'une rente non exclusive a une valeur qui diminue avec la probabilité de survie, et a donc un pouvoir incitatif. La capacité du modèle non exclusif à reproduire les résultats empiriques de Finkelstein et Poterba (2004) seulement avec le motif de legs peut s'interpréter comme une évidence que les rentiers tirent une utilité du bien-être de leurs héritiers. Ainsi, les chapitres deux et trois démontrent deux circonstances pour qu'il y ait équilibre séparateur avec un contrat non exclusif : sa combinaison dans un contrat multirisque avec une seconde couverture exclusive, ou l'utilisation d'une caractéristique du contrat, autre que la quantité, à laquelle l'assuré reconnaît une valeur.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Lasserre, Pierre
Mots-clés ou Sujets: Régimes de retraite / Risque (Assurance) / Personnes âgées -- Protection, assistance, etc. / Longévité / Habitudes sanitaires / Inégalité sociale / Soins de longue durée / Vieillissement de la population
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 16 déc. 2015 16:35
Dernière modification: 16 déc. 2015 16:35
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/7570

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...