Le couple contemporain : l'"idéal égotique" comme réalisation de soi : analyse sociologique du discours de psychologie populaire

Roy, Lucie (2014). « Le couple contemporain : l'"idéal égotique" comme réalisation de soi : analyse sociologique du discours de psychologie populaire » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB)

Résumé

S'il est clair que le couple hétérosexuel du nouveau millénaire prend une multitude de formes, qui peuvent parfois sembler complexes, le but de cette thèse de doctorat se veut de mettre en évidence que la structure des liens conjugaux reste spécifique et explicite. En effet, que ce soit l'union institutionnalisée du mariage arrangé ou du mariage amoureux, l'union civile ou religieuse, que ce soit l'union libre des conjoints de fait, faisant vie commune, s'aimant chacun chez soi ou à mi-temps, la conceptualisation du couple se base toujours sur des fondements qui restent idéologiques, voire politiques et économiques. À travers l'analyse du contenu discursif de la littérature de psychologie populaire, ici nommée psycho-pop, qui couvre le sujet du couple, cette thèse relève un sens commun du concept qui se comprend et devient cohérent seulement dans le contexte sociétal dans lequel il s'inscrit. En fait, si à une certaine époque, l'homme et la femme qui formaient le couple n'avaient pas plus d'importance que les familles qu'ils unissaient, aujourd'hui la décision de former un couple ne se rapporte qu'à des intérêts affectifs, individuels, personnels, conditionnels, basés sur la performance, les choix et les droits « individualisants ». Présentement, la personne qui veut vivre une relation de couple, qu'elle soit un homme ou une femme, est devenue paradoxalement le centre de son union. Le « Nous » a cédé sa place à la puissance d'un « Je » hyperémotif. En effet, l'union hétérosexuelle contemporaine se reconnaît non plus dans une hiérarchie familiale, ni dans un rôle d'autorité parentale, mais plutôt dans un rapport à soi-même, par soi-même et pour soi-même, où le modèle se base sur l'émotion individuelle, qui doit en même temps et absolument être reconnue par le partenaire. Ce changement d'un « Nous » bâti ensemble au « Je, Me, Moi, reconnu par Toi » établi a priori, qui semble être une transformation radicale de la vie conjugale l'est-t-il vraiment? Cette symbolique du couple « individualisé » est-elle réellement nouvelle? L'intérêt individuel n'a-t-il pas toujours, plus ou moins, fait partie des fondements de la formation d'une union? Si sa représentation est nouvelle, dans quel sens l'est-elle? L'image du couple du nouveau millénaire s'entretient-elle autour de réels intérêts individuels et personnels ou, au contraire, est-elle construite au détriment du pouvoir personnel? Cette thèse de doctorat répond à ce questionnement et démontre l'« onde de choc » radicale, qui rend le couple contemporain effectivement historiquement particulier, mais le rend aussi « fragile » et « éphémère ». ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : altérité, antinomie, contradiction, culturalisation, différence sexuelle, idéal, crise, féminin, masculin, genre, identité, rapport de sexes, homme, femme, pouvoir, rapport identitaire, sexualisation, sexuation, famille, parents, amants, amour, amitié, réciprocité, complicité, ambition, autonomie, économie.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Uhl, Magali
Mots-clés ou Sujets: Couples hétérosexuels -- Histoire -- 21e siècle / Psychologie -- Ouvrages de vulgarisation / Analyse de contenu (Communication)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 09 déc. 2015 21:14
Dernière modification: 09 déc. 2015 21:14
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/7527

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...