Multicultural identity configurations : validation of concepts, links to well-being and social antecedents

Yampolsky, Maya (2014). « Multicultural identity configurations : validation of concepts, links to well-being and social antecedents » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (37MB)

Résumé

L'immigration et la mondialisation ont rendu l'expérience de l'identification à de multiples cultures commune dans nos sociétés diverses et multiculturelles (Vertovec, 2007). Avoir plus d'une identité culturelle est une expérience complexe où il faut négocier et résoudre les valeurs, les attentes et les normes différentes et potentiellement contradictoires qui proviennent de chacun des groupes culturels (Giguère, Lalonde & Lou, 2010; Tadmor et Tetlock, 2006). Ce processus de navigation nécessite la gestion cognitive de ces identités dans le soi. Selon le modèle cognitivo-développemental de l'intégration des identités sociales (CDSMII; Amiot et al., 2007), les individus négocient leurs identités multiple en ayant recours à plusieurs configurations cognitives : la catégorisation, lorsque les gens s'identifient à une seule de leurs identités culturelles; la compartimentation, qui implique que les individus maintiennent multiples identités distinctes au sein d'eux-mêmes; et l'intégration, qui a lieu lorsque les gens interconnectent leurs multiples identités culturelles. La catégorisation peut être considérée comme une gestion simplifiée des appartenances culturelles multiples, la compartimentation peut être considérée comme une organisation fragmentée des différentes identités culturelles alors que l'intégration peut être considérée comme une gestion résolue et réconciliée des identités culturelles multiples. Le programme de recherche mené dans le cadre de cette thèse doctorale portait sur l'expérience des personnes multiculturelles et les configurations catégorisées, compartimentées, et intégrées de leurs identités culturelles multiples. En outre, les études de la présente thèse ont porté sur la façon dont chacune de ces configurations identitaires prédisent de façon distincte le bien-être, et comment ces configurations sont prédites par la discrimination et le stress. L'étude 1 a adopté une approche qualitative pour explorer l'expérience de configuration des identités de l'individu multiculturel en se basant sur le CSDMII. Un autre objectif de cette étude était d'explorer la relation entre chaque configuration des identités et le bien-être. Nous nous attendions à ce que l'intégration des identités soit liée au bien-être le plus élevé, tandis que la compartimentation et la catégorisation soient associées aux plus bas niveaux de bien-être. Vingt-deux participants multiculturels ont construit le récit de leurs identités culturelles et ont été interrogés sur chaque stratégie présente dans le CDSMII. Le bien-être a été évalué en codifiant la cohérence de leur récit de vie (Baerger & McAdams, 1999). Des corrélations et des analyses de la variance ont été réalisées. Nos résultats ont confirmé nos hypothèses : les individus intégrés avaient les récits les plus cohérents, tandis que les individus compartimentés avaient les récits les moins cohérents. Contrairement à nos hypothèses, les participants catégorisés ont également démontré des niveaux plus élevés de cohérence par rapport à ceux compartimentés. Réconcilier et intégrer ses identités culturelles multiples semble faciliter la compréhension cohérente qu'un individu a de ses expériences de vie, tandis que la fragmentation de ses identités semble générer l'incohérence. Alors que l'étude 1 était qualitative, les études 2 et 3 ont vérifié les liens entre les configurations multiculturelles et le bien-être en utilisant une approche quantitative. Le premier objectif des études 2 et 3 était d'abord de construire et de valider l'échelle de l'intégration des identités multiculturelle (MULTIIS) qui mesure la catégorisation, la compartimentation et l'intégration. Le deuxième objectif de cette étude était d'examiner quantitativement la relation entre chacune de ces configurations des identités et une variété d'indicateurs de bien-être. Nous avions prédit que les sous-échelles de catégorisation, de compartimentation et d'intégration démontreraient une cohérence interne satisfaisante, ainsi qu'une validité interne adéquate et une validité convergence avec d'autres échelles pertinentes déjà établies. Nous nous attendions aussi à ce que la sous-échelle d'intégration prédirait un plus grand bien-être, tandis que la compartimentation et la catégorisation prédiraient moins de bien-être. Dans l'étude 2, 407 étudiants canadiens multiculturels ont complété la première version du MULTIIS, ainsi que les mesures déjà existantes de l'intégration des identités culturelles, de clarté identitaire et de monitorage de soi ainsi que des mesures de bien-être subjectif et psychologique. Une analyse factorielle exploratoire et l'indice de consistance interne confirment l'existence des trois sous-échelles de catégorisation, compartimentation et d'intégration, bien que les poids factoriels pour certains items mesurant la catégorisation et la compartimentation ont démontré un besoin d'être améliorés. Un sous-échantillon de 310 participants ont complété les mesures de convergence et de bien-être. Les corrélations indiquent que chaque sous-échelle converge, comme prévu, avec les mesures d'intégration identitaire déjà existantes. En outre, les corrélations et les analyses de régressions ont révélé que la sous-échelle d'intégration prédit le bien-être au-delà de ces mesures déjà existantes, tandis que la catégorisation et la compartimentation ne prédisent pas le bien-être. Pour l'étude 3, le MULTIIS a été amélioré et la validité ainsi que la cohérence internes ont été testées à nouveau. Les relations prédictives entre le MULTIIS et des mesures de bien-être plus sensibles culturellement ont également été testées. Les analyses factorielles exploratoires et confirmatoires, effectuées avec un échantillon de 338 participants multiculturels, supportent l'existence des sous-échelles de catégorisation, de compartimentation et d'intégration. Les corrélations et les analyses de régressions effectuées avec un sous-échantillon de 254 participants ont démontré que l'intégration prédit positivement le bien-être et que la compartimentation prédit négativement le bien-être. De façon inattendue, la catégorisation n'a démontré aucune relation constante avec le bien-être. Nos résultats démontrent que le MULTIIS est une mesure utile et prédictive de l'expérience complexe qu'implique l'identification à différents groupes culturels. En outre, l'intégration semble être la plus adaptative des trois configurations, tandis que la compartimentation semble être la moins adaptative. En simplifiant ses identités, la catégorisation semble permettre d'éviter les écueils au bien-être rencontrés lorsque les individus compartimentent leurs identités, mais la catégorisation ne permet pas de profiter des avantages associés à la résolution et à l'intégration de ses identités multiples. Après avoir examiné les conséquences individuelles importantes découlant des configurations des identités dans les études 1 à 3, l'étude 4 visait à évaluer le rôle du facteur social relatif à la discrimination dans la prédiction de chacune de ces configurations des identités. De plus, l'étude vise à clarifier davantage la relation entre la discrimination et ces configurations via la variable médiatrice de stress individuel. Il était attendu que la discrimination prédirait une plus grande catégorisation et une plus grande compartimentation via l'augmentation du stress, tandis que moins de discrimination prédirait une plus grande intégration via la présence de moins de stress. La même base de données qui a été utilisée pour l'étude 3 a aussi été utilisée pour l'étude 4; toutefois, seules les données du MULTIIS ont été réutilisées à travers les deux études. Les participants multiculturels (N = 194) ont complété les mesures de discrimination perçue et de stress, ainsi que le MULTIIS. Des analyses de régressions et des techniques de « bootstrapping » ont révélé que le stress joue un rôle médiateur significatif dans la relation entre la discrimination et la compartimentation et dans la relation entre la discrimination et l'intégration. Spécifiquement, une plus grande discrimination prédisait plus de stress, qui, à son tour, prédisait une plus grande compartimentation. D'autre part, vivre moins de discrimination prédisait moins de stress, qui, à son tour, prédisait une plus grande intégration. De façon inattendue, ni la discrimination, ni le niveau de stress n'étaient liés à la catégorisation. Ces résultats suggèrent que l'expérience de la discrimination draine les ressources cognitives nécessaires au processus complexe de réconciliation des identités multiples, ce qui résulte en une configuration stratégique des identités en des entités distinctes associées aux différents contextes à la fois. En contraste, lorsque les individus vivent moins de discrimination, ceci libère possiblement les ressources cognitives nécessaires à l'intégration identitaire. Ce programme de recherche met en lumière l'importance du processus intraindividuel de la configuration des identités multiculturelles chez l'individu, et démontre comment ces configurations prédisent le bien-être (études 1-3). La présente recherche prend également en compte le phénomène social important de la discrimination pour les personnes multiculturelles, et démontre comment l'expérience de stress vécue lorsqu'une personne multiculturelle est discriminée inhibe sa capacité à réconcilier et à intégrer ses identités multiples (étude 4). Ce programme de recherche confirme que le simple fait de s'identifier à plus d'un groupe culturel n'est pas suffisant pour en arriver à des conséquences adaptatives, mais que la navigation et la configuration réussies des identités sont essentielles pour le bien-être. Les résultats fournissent un support empirique au CDSMII dans le cadre de l'identification multiculturelle. Cette thèse confirme également l'importance de l'environnement social dans l'explication des configurations de nos identités multiculturelles et comment la discrimination, en particulier, peut être particulièrement néfaste et coûteuse au processus d'intégration identitaire. Les travaux de recherche futurs permettront une plus grande compréhension et l'application de ces résultats afin de faciliter la négociation des identités multiculturelles. Il sera aussi important de continuer à tester les processus sous-jacents à l'aide de méthodes expérimentales. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Identité multiculturelle, configurations des identités, intégration des identités, bien-être, discrimination, stress

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Amiot, Catherine E.
Mots-clés ou Sujets: Ethnicité / Diversité culturelle / Double appartenance (Sciences sociales) / Bien-être / Stress / Discrimination raciale
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 09 déc. 2015 18:22
Dernière modification: 09 déc. 2015 18:22
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/7512

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...