Distinctiveness based illusory correlations of social stimuli : effects on memory and time

Roy, André (2011). « Distinctiveness based illusory correlations of social stimuli : effects on memory and time » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (23MB)

Résumé

Cette étude examine les corrélations illusoires (CI) basées sur la saillance (distinctiveness) des stimuli. Nous utilisons un paradigme similaire à celui de l'étude classique de Hamilton et Guifford (1976) afin de reproduire l'effet sauf que nous avons utilisé deux individus au lieu de deux groupes. Nous avons présenté 36 phrases ou photos décrivant un acteur ayant des comportements 'favorable' ou 'défavorable' à 292 étudiants d'un CÉGEP. Immédiatement après la présentation ainsi qu'une semaine plus tard, les étudiants ont rempli un questionnaire mesurant l'attribution de chaque comportement à l'un ou l'autre des acteurs, l'estimation de la fréquence des comportements minoritaire, le rappel libre et la reconnaissance d'un sous-groupe de stimuli et de leurres. Les résultats ont été examinés selon le médium de présentation (verbal ou visuel), le type de saillance (comportements minoritaires soit défavorables ou favorables) et la tâche d'orientation (formation d'impression ou de mémorisation). Les résultats démontrent que l'effet de CI se produit pour des individus (au lieu de groupes) et ceci dans les deux modes de présentation (verbal et visuel). Contrairement à nos attentes, l'effet de CI est plus prononcé lorsque les comportements favorables sont minoritaires. De plus, il semble que les processus de formation d'impression et de mémorisation se produisent indépendamment de l'orientation donnée par les consignes. Les résultats ne confirment pas le rôle de la saillance sur l'effet de corrélation illusoire. Il serait donc nécessaire d'envisager une/des explication(s) alternative(s) pour ce phénomène. Le facteur temps, innovateur dans ce domaine, démontre que l'effet peut apparaître et même devenir plus fort après sept jours. Cette recherche tend à démontrer que l'effet de CI peut se généraliser aux cibles individuelles et que le phénomène repose sur les erreurs de la mémoire, notamment les fausses alarmes et les erreurs d'attributions, au lieu que sur la saillance des stimuli minoritaires. Finalement, nous discutons des contributions ainsi que des limites de notre étude. Nous offrons également quelques pistes pour les recherches futures.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Cowen, Paul
Mots-clés ou Sujets: Stimulus, Perception, Mémoire, Temps, Corrélation illusoire
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 13 oct. 2015 15:33
Dernière modification: 13 oct. 2015 15:33
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/7325

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...