La réussite scolaire et les compétences socio-affectives des élèves au début de l'école primaire : les méthodes d'évaluation et les facteurs associés

Hammes, Patricia Simone (2014). « La réussite scolaire et les compétences socio-affectives des élèves au début de l'école primaire : les méthodes d'évaluation et les facteurs associés » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB)

Résumé

La présente thèse s'intéresse à la réussite des élèves en début de scolarisation. Plus précisément, elle s'attarde sur les qualités psychométriques de deux mesures de la réussite scolaire des jeunes enfants; elle étudie les caractéristiques personnelles et familiales des enfants résilients sur le plan scolaire; enfin elle examine les associations possibles entre le profil socio-affectif des écoliers et le fonctionnement familial. Elle utilise un devis longitudinal s'étendant sur 18 mois – de la maternelle jusqu'à la fin de la première année du primaire. L'échantillon initial est composé de 321 enfants (154 garçons, 167 filles) ayant fréquenté des classes de maternelle dans la région de l'Estrie. Les données ont été recueillies à l'aide de tests soumis aux enfants ainsi que de questionnaires remplis par leurs parents et enseignants. Cette thèse comporte trois articles. Le premier s'intéresse aux qualités psychométriques de deux mesures portant sur le rendement scolaire des enfants, soit l'échelle d'appréciation remplie par l'enseignant (EE), et les tests de rendement scolaire standardisés en français et en mathématiques (TFM) administrés aux enfants. Notre objectif était de vérifier la validité de ces deux mesures au moyen de critères externes recueillis à la maternelle, et aussi d'évaluer la présence de possibles biais liés aux caractéristiques de la famille, de l'enfant et de l'enseignant. Les résultats indiquent que les critères externes (à savoir, la préparation scolaire des enfants et le statut socioéconomique de la famille) peuvent expliquer la variance des deux mesures étudiées. Toutefois, ces critères externes expliquent significativement plus de variance de l'EE que des TFM. De plus, en ce qui concerne la présence de biais, les résultats suggèrent que l'EE est plus sensible aux niveaux de compétences sociales des enfants, tandis que les TFM semblent plus touchés par les niveaux d'anxiété des élèves. Le deuxième article s'attarde sur la résilience scolaire dans un contexte de pauvreté. L'objectif consiste à identifier les attributs personnels et parentaux, à la maternelle, qui pourraient caractériser les enfants résilients, c'est-à-dire qui réussissent à la fin de la première année du primaire en dépit du faible statut socio-économique de leurs familles. En comparant ces enfants avec ceux provenant de milieux plus aisés, nous avons identifié la présence d'attributs personnels et parentaux spécifiques aux enfants résilients sur le plan scolaire. Les résultats indiquent que le fait d'avoir, à l'âge préscolaire, de bonnes habiletés sociales, moins de comportements agressifs et un faible niveau de stress parental, favorise particulièrement la réussite des enfants exposés à la pauvreté. Les enfants ayant réussi leur première année scolaire avaient des scores de quotient intellectuel (QI) plus élevés à la maternelle que leurs pairs non compétents sur le plan scolaire, indépendamment de leur revenu familial. En général, les attributs personnels et parentaux des enfants résilients étaient à des niveaux comparables à ceux provenant de familles aisées. Le troisième article étudie l'association entre les différents aspects du fonctionnement familial à l'âge préscolaire et les compétences socio-affectives des enfants à la fin de leur première année du primaire. Les résultats indiquent que les enfants issus de familles plus cohésives (c'est-à-dire, ayant une bonne proximité émotionnelle entre les membres) démontrent plus de compétences sociales, tandis que les enfants provenant de familles aux relations plus conflictuelles sont davantage susceptibles de présenter de comportements d'agressivité et d'irritabilité à l'école. En somme, les résultats suggèrent que certains aspects du fonctionnement familial pourraient être associés aux habiletés des enfants à réguler leurs émotions et à établir et maintenir des relations avec leurs pairs et les enseignants, au début de leur scolarisation. Pour conclure, le dernier chapitre de cette thèse propose une discussion générale sur les résultats exposés dans les trois articles, ainsi que sur les implications théoriques et cliniques pouvant en découler. Les différentes forces et limites de cette thèse, ainsi que les futures avenues qu'elle offre à la recherche, sont également abordées. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : fonctionnement familial, habiletés socio-affectives, habiletés cognitives, réussite scolaire, méthodes d'évaluation, jugement de l'enseignant, stress parental, résilience scolaire.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Bigras, Marc
Mots-clés ou Sujets: Aptitude cognitive, Aptitude sociale, Élève du primaire, Enfant d'âge préscolaire, Méthode d'évaluation, Milieu familial, Première année (Primaire), Psychologie, Rendement scolaire, Résilience (Psychologie), Réussite scolaire
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 27 mai 2015 20:12
Dernière modification: 27 mai 2015 20:12
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/6950

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...