Syncopes récurrentes : qualité de vie et influences des représentations de la maladie, du sexe et du type de syncopes

St-Jean, Karine (2007). « Syncopes récurrentes : qualité de vie et influences des représentations de la maladie, du sexe et du type de syncopes » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB)

Résumé

Les syncopes récurrentes d'origine inexpliquée ou vasovagale affectent le fonctionnement physique et psychologique des patients vivant avec cette condition. Pourtant, peu de recherches se sont intéressées à comprendre la qualité de vie (QV) générale de ces patients, soit leur capacité à atteindre leurs objectifs dans différents domaines de vie, et les facteurs qui l'influence. Conséquemment, l'influence du sexe et du type de syncope sur la QV demeure inconnue. Qui plus est, aucune recherche n'a encore évalué les perceptions entretenues par les individus concernant leurs pertes de conscience. Pourtant, des études suggèrent que ces perceptions, appelées représentations de la maladie, affectent l'adaptation physique et psychologique des patients. L'incertitude entourant les causes et traitements des syncopes récurrentes suggère aussi l'importance d'explorer les perceptions des patients pour mieux comprendre leur influence sur la QV. Objectifs,Article 1 : Examiner les représentations de la maladie chez les hommes et les femmes souffrant de pertes de conscience récurrentes d'origine vasovagale (SVV) ou inexpliquée (SI) et référés pour un test de table basculante (TTB). Article 2 : Examiner la relation entre la QV, les représentations de la maladie, le sexe et le type de syncope chez les patients souffrant de syncope récurrentes référés pour un TTB. Méthode, Cent quinze (115) patients ont été interviewés un mois avant leur TTB à l'aide d'une entrevue semi-structurée et de questionnaires. Statistiques, Article 1 : les différences entre hommes et femmes et entre patients avec SVV et SI ont été examinées à l'aide d'une MANCOVA. Les représentations de la maladie ont également été catégorisées et explorées à l'aide de khi carrés et de comparaisons binomiales. Article 2, Une ANCOVA a permis d'évaluer l'association entre la QV, le sexe, le type de syncopes et les représentations de la maladie (les comparaisons entre les groupes de représentations de la maladie ont été faites selon les contrastes de type Helmert) en contrôlant pour l'âge et le nombre de syncopes. Une série de régressions linéaires ont permis d'explorer le rôle possible de médiateur des représentations de la maladie dans la relation entre le nombre de syncope et la QV. Résultats, Article 1 : les représentations sont similaires chez les hommes et les femmes ayant des SVV et des SI (tous les p > .10). Bien qu'entre 33% et 50% des patients ne savent pas quoi penser par rapport à leur maladie, l'exploration des réponses révèle divers patrons de représentations. Les patients ont des représentations émotionnelles et des représentations concernant la chronicité de leur condition très diversifiées. La majorité est indécise concernant le contrôle qu'ils peuvent exercer sur les syncopes et la durée cyclique (perception que les syncopes surviennent selon des cycles précis) de la condition. Peu de patients croient que les syncopes ont des conséquences sévères sur leur vie et qu'aucun traitement ne sera efficace pour les guérir. Seulement 19% des patients affirment ne pas être inquiet à propos de leur syncope. Finalement, très peu de patients (15%) ont le sentiment de comprendre leur condition. Article 2 : les résultats indiquent une QV réduite chez les patients avec syncopes récurrentes, particulièrement dans les domaines suivants: affectivité, cognitions, loisirs, travail et santé. Tous les patients ne rapportent toutefois pas une QV appauvrie. Les patients avec des représentations sévères ont une QV appauvrie (p = .022) comparativement aux individus ayant des perceptions peu ou moyennement sévères de leur syncope. Les hommes avec SI rapportent, quant à eux, la QV la plus faible comparativement aux hommes avec SVV, qui présentent une QV normale (p = .007). Finalement, les résultats suggèrent l'hypothèse d'un rôle médiateur des représentations de la maladie dans l'association entre le nombre de syncope et la QV. Conclusion, les patients vivant avec des pertes de conscience récurrentes d'origine vasovagale ou inexpliquée affichent un manque de compréhension concernant leur condition et présentent des représentations variées à propos des syncopes. La QV est appauvrie, surtout chez les patients ayant des représentations plus sévères de leur condition et chez les hommes avec SI. Les résultats suggèrent donc un besoin d'éducation, ainsi que de support chez ces patients afin d'améliorer leur compréhension de leur problématique ainsi que leur QV. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR :Syncope récurrentes, Qualité de vie, Représentations de la maladie, Sexe et types de syncopes.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Dupuis, Gilles
Mots-clés ou Sujets: Malade, Qualité de vie, Recherche sexospécifique, Représentation mentale, Syncope
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 17 juin 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:04
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/689

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...