Mieux comprendre la fugue des adolescents pris en charge en milieu substitut

Karam, Rana (2013). « Mieux comprendre la fugue des adolescents pris en charge en milieu substitut » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB)

Résumé

La fugue des adolescents en milieu substitut est une problématique de grande importance, compte tenu des conséquences immédiates liées à la vie dans la rue comme l'exploitation, la prostitution et l'affiliation à des gangs, ainsi que des conséquences à long terme comme la désaffiliation sociale et l'itinérance. Le comportement de fugue contribue également à l'instabilité résidentielle et aux ruptures de placement, menaçant ainsi l'efficacité de l'intervention auprès de ces jeunes. Il existe cependant peu d'études qui tentent de comprendre ce phénomène, surtout au Québec. Notre recension des écrits scientifiques permet de relever deux grandes tendances explicatives de la fugue tant en milieu familial qu'en milieu substitut. Certains auteurs mettent l'accent sur les caractéristiques individuelles des jeunes fugueurs et relient la fugue à un trouble des conduites. Alors que d'autres accordent une importance aux facteurs environnementaux et considèrent que la fugue serait un comportement de coping face à un milieu de vie problématique. Nous remettons en question le lien parfois automatique entre le trouble des conduites et la fugue, et trouvons important de questionner le sens derrière tout comportement. C'est ainsi que la proposition de certains auteurs : considérer la fugue comme étant une stratégie de coping en réponse au milieu de vie, nous parait intéressante. Cette piste de réflexion n'a pas fait l'objet d'étude systématique jusqu'ici. En effet, nous ne savons pas si et dans quelle mesure le comportement de fugue pourrait être un comportement de coping, ni à quels besoins il répond. Notre étude explore le comportement de fugue des adolescents pris en charge par les Centres Jeunesse de l'Outaouais à la lumière du modèle transactionnel de stress et de coping tel que construit par Lazarus et Folkman (1984). Tenant compte de l'interaction entre l'individu et son environnement, ce modèle dynamique nous permet d'examiner les facteurs internes et externes en lien avec la fugue. Nous nous sommes également interrogés sur la réponse du système de protection de l'enfance face aux fugues, dans le but de mieux comprendre les orientations et les pratiques d'intervention. Cet essai doctoral a pour principaux objectifs : 1) de proposer un approfondissement théorique des explications fournies par les études répertoriées, en examinant la fugue à travers la théorie du coping et 2) d'étudier les réponses du système de protection de l'enfance face à la fugue, en dressant les trajectoires de fugues et de services reçus au cours de la vie de chaque jeune de l'échantillon. Des entrevues de recherches semi-directives ont été effectuées auprès de 10 adolescents fugueurs pris en charge par les Centres Jeunesse de l'Outaouais. L'inventaire de coping pour situations stressantes (CISS) (Rolland, 1998. adaptation française du Coping Inventory for Stressful Situations de Endler & Parker, 1989) a été utilisé afin d'évaluer les stratégies de coping, et la section du trouble des conduites (TC) du « National Institute of Mental Health - Diagnostic Interview Schedule for Children » (NIMH-DISC 2.3) nous a permis d'évaluer le trouble des conduites. L'analyse par thèmes et catégories conceptualisantes a permis d'identifier différentes dynamiques de fugue, impliquant le jeune et son milieu d'intervention. Selon nos résultats, la fugue peut être comprise comme une stratégie de coping visant à répondre à des besoins spécifiques : 1) se reconnecter avec son milieu naturel ; 2) reprendre contrôle sur sa vie et 3) extérioriser ses émotions. Ces besoins ne semblent pas être comblés par les centres. En effet, les trajectoires de fugue et celles des services offerts suggèrent que l'intervention des services de protection de l'enfance contribue aux ruptures de placement et aux fugues. Il semble alors qu'un changement au niveau de la structure et des politiques de prise en charge des jeunes en difficulté soit nécessaire dans le but d'offrir une stabilité et une continuité des soins, mais aussi afin de procurer un environnement au sein duquel les liens affectifs, le contrôle et la régulation de l'émotion sont possibles. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Fugue, Coping, Trouble des conduites, Services de protection de l'enfance, Centres de Jeunesse, Intervention adolescents, Recherche qualitative

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: L'essai a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Robert, Marie
Mots-clés ou Sujets: Adaptation psychologique, Adolescent, Centre jeunesse, Fugue, Psychologie, Recherche qualitative, Trouble du comportement
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 03 déc. 2014 20:05
Dernière modification: 03 déc. 2014 20:05
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/6354

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...