L'intimité amoureuse et sexuelle chez les agresseurs sexuels : profil des dispositions et contribution dans l'agissement de comportements sexuels délictuels

Martin, Geneviève (2014). « L'intimité amoureuse et sexuelle chez les agresseurs sexuels : profil des dispositions et contribution dans l'agissement de comportements sexuels délictuels » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (20MB)

Résumé

Cette thèse porte sur les déficits d'intimité que présentent les agresseurs sexuels avec les partenaires amoureux. Bien que les déficits d'intimité occupent une place importante dans les théories explicatives de l'agression sexuelle, ils sont mal définis et leur rôle dans l'agression sexuelle n'est pas bien explicité. Le but général de cette thèse consiste à explorer l'intimité amoureuse chez les agresseurs sexuels afin de mieux définir leurs déficits d'intimité, d'en évaluer la spécificité, et de vérifier si ces déficits ont un lien d'association avec la récidive sexuelle. Dans un premier temps, une recension des écrits sur l'intimité générale permet d'identifier les déficits d'intimité connus des agresseurs sexuels, et de définir théoriquement leur rôle dans l'agression sexuelle. La synthèse des écrits fait ressortir des dispositions négatives à l'intimité chez les agresseurs sexuels : un attachement de type insécure, une crainte de l'intimité, et un faible engagement dans des pratiques d'intimité. On relève toutefois un manque de données concernant les aptitudes à l'intimité, la qualité de l'intimité relationnelle, et la profondeur de l'engagement affectif. Quant au rôle de l'intimité dans l'étiologie de l'agression sexuelle, il paraît plus complexe qu'on ne le présume. En effet, des méta-analyses signalent que des déficits d'intimité contribuent à prédire la récidive sexuelle ainsi que d'autres formes de récidive. Cette première étude a permis de démontrer la présence de déficits d'intimité chez les agresseurs sexuels, mais leur nature, leur spécificité, et leur contribution dans les problématiques d'agression sexuelle doivent être précisées. Dans un deuxième temps, une recension de la littérature permet de procéder à l'analyse théorique des facteurs familiaux et sociaux susceptibles d'avoir influencé le développement du concept de soi sexuel, et de l'expérience de la sexualité des agresseurs sexuels. À partir des facteurs identifiés et des caractéristiques connues de l'expérience sexuelle des agresseurs sexuels, quatre profils de dispositions à la sexualité sont élaborés afin d'intégrer la notion du concept de soi sexuel. Les profils des violeurs font ressortir des failles relatives à la masculinité négative et à l'hypermasculinité, alors que les profils des agresseurs sexuels d'enfants concernent le sentiment d'inadéquation et des préoccupations sexuelles fixées. En plus de donner un nouvel angle à l'acquisition des connaissances relatives à la sexualité non déviante des agresseurs sexuels, cette étude fournit des bases conceptuelles à son exploration future. Dans un dernier temps, les dispositions à l'intimité amoureuse des agresseurs sexuels sont comparées à celles de délinquants non sexuels et de non-délinquants, afin d'évaluer la spécificité de leurs déficits, et le lien d'association entre ces déficits et leur risque de récidive sexuelle. Les résultats de l'étude signalent la présence de déficits d'intimité spécifiques chez les agresseurs sexuels : une anxiété marquée à l'abandon, une faible estime de soi sexuelle, et la dépression sexuelle. Cependant, l'identification de profils empiriques de dispositions à l'intimité suggère que l'expression et l'intensité des déficits d'intimité varient chez ceux-ci. L'analyse de la relation entre les déficits d'intimité et le risque de récidive sexuelle montre que l'anxiété d'abandon – un déficit d'intimité spécifique aux agresseurs sexuels – est associée à la propension à agir des comportements d'agression sexuelle. Cette étude confirme la présence de déficits d'intimité amoureuse chez les agresseurs sexuels, et suggère que des aspects circonscrits de l'intimité contribuent à la délinquance sexuelle. La discussion générale aborde les résultats de la thèse selon les interprétations qui peuvent en être tirées, et leur apport théorique et empirique pour le domaine de l'agression sexuelle. Les limites de la thèse sont discutées, et des pistes de recherche futures sont proposées. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : agression sexuelle, intimité, attachement, sexualité, concept de soi sexuel, récidive.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Tardif, Monique
Mots-clés ou Sujets: Délinquant sexuel, Agression sexuelle, Attachement, Intimité, Psychologie, Récidive (Criminologie), Sexualité
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 03 déc. 2014 20:03
Dernière modification: 03 déc. 2014 20:03
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/6350

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...