Dans les marges de la mauvaise foi : une histoire de la représentation du romancier dans la fiction américaine, de Herman Melville à Nathan Zuckerman

Grenier, Daniel (2014). « Dans les marges de la mauvaise foi : une histoire de la représentation du romancier dans la fiction américaine, de Herman Melville à Nathan Zuckerman » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (51MB)

Résumé

Cette thèse a pour objectif de revisiter l'histoire littéraire consacrée grâce au discours romanesque mettant en scène de façon explicite l'institution et ses acteurs, et ce à partir du point de vue particulier du personnage fictif de romancier. Ce travail se propose d'étudier le personnage comme modalité narrative et structurelle, en répertoriant ses différentes apparitions au fil des époques, et en présentant une galerie de figures significatives permettant de réévaluer l'image traditionnelle de l'écrivain américain dans l'imaginaire social contemporain. La représentation fictive de ce dernier permet, par l'analyse du discours qu'il tient sur la littérature (ce qu'il dit, ce qu'il pense, ce qu'il prétend, ce qu'il cache) et du discours tenu sur lui (qu'il soit ironique, détaché, emphatique ou parodique), de réévaluer le contexte social dans lequel il est apparu, provoquant ainsi un écho entre texte et hors-texte. Il s'agit d'une histoire littéraire s'échelonnant sur cent cinquante ans, prenant comme points de repère différentes incarnations de romanciers dans les fictions depuis Herman Melville jusqu'à Philip Roth, en passant par Edith Wharton, James Baldwin et plusieurs autres. Grâce à des analyses des textes et de leur contexte, elle éclaire les postures assumées par de nombreux écrivains des États-Unis, ainsi que leurs rapports ambigus à l'idée de vocation, à la littérature comme mode d'expression de soi et à l'institution qui l'encadre, la fait vivre et la contraint simultanément. Des questions entourant le processus créateur comme acte indépendant et souverain, aussi bien que les contraintes économiques et sociales limitant l'écrivain dans sa liberté, traversent les chapitres et sont accompagnées de réflexions ponctuelles sur certains conflits psychologiques et politiques associés à des personnages ou à des époques précises. La fiction faisant partie intégrante du discours social, les interrogations sur la constitution d'un champ littéraire, sur le développement d'une institution et d'un marché du livre florissant, bien qu'elles s'appuient sur plusieurs études sociologiques et historiographiques récentes, sont ici abordées principalement par le biais des romans et des discours qu'ils contiennent. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : États-Unis, romancier fictif, statut, posture, figure, histoire littéraire, américanité

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur
Directeur de thèse: Chassay, Jean-François
Mots-clés ou Sujets: Américanité, Art d'écrire, Histoire littéraire, Littérature américaine, Roman américain, Écrivain, Profession, Psychologie, Statut social, Thème littéraire
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 août 2014 20:14
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:28
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/6084

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...