Le raisonnement conditionnel sous une contrainte de temps

Lortie Forgues, Hugues (2013). « Le raisonnement conditionnel sous une contrainte de temps » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (8MB)

Résumé

Les deux articles présentés dans la thèse portent sur le raisonnement conditionnel. Ce type de raisonnement occupe une place importante dans la vie courante et implique de faire des inférences avec une prémisse majeure de type « Si P, alors Q » et l'une des quatre prémisses mineures possibles. Le Modus Ponens (MP : P est vrai) et le Modus Tollens (MT : Q est faux) sont deux formes logiques dites valides puisqu'elles conduisent à une seule conclusion possible. L'Affirmation du Conséquent (AC : Q est vrai) et la Négation de l'Antécédent (NA : P est faux) sont des formes logiques invalides puisque qu'elles ne conduisent pas à une seule conclusion possible. Dans le premier article (Lortie Forgues & Markovits, 2010), nous avons évalué une prédiction tirée d'un modèle théorique développé au laboratoire (Markovits & Barrouillet, 2002) selon lequel les gens doivent inhiber l'interférence induite par la récupération d'information qui met en doute les prémisses afin de répondre logiquement aux formes valides (MP et MT). Pour tester cette hypothèse, nous avons évalué 152 participants qui ont répondu à une série aléatoire de 36 problèmes de raisonnement conditionnel (comprenant les quatre formes logiques, MP, MT, AC, NA pour chaque prémisse majeure) à l'intérieur d'un temps limité, soit avant 8,5 secondes ou avant 12,5 secondes pour chaque problème. Les résultats démontrent qu'en réduisant le temps alloué pour faire une inférence, seulement la performance aux formes MP et MT est diminuée. La performance aux formes invalides AC et NA reste, quant à elle, stable. Ces résultats sont consistants avec le modèle proposé par Markovits et Barrouillet (2002), si on assume que la réduction du temps limite spécifiquement les ressources investies dans le processus d'inhibition. Dans le second article (Lortie Forgues & Markovits, 2012) nous avons utilisé une méthodologie similaire afin de valider un des postulats fondamentaux de la théorie des Modèles Mentaux (Johnson-Laird & Byrne, 1991, 2002), une des théories les plus influentes sur le raisonnement conditionnel. Selon celle-ci, les gens raisonnent d'abord selon le modèle initial, une représentation simple menant à l'acceptation du MP et de l'AC, et complexifient leur représentation s'ils disposent des ressources cognitives nécessaires. Aucune étude ne démontre directement l'existence du modèle initial. Pour tester cette hypothèse, nous avons réalisé trois expérimentations dans lesquelles nous avons présenté à 238 participants des inférences et limité la quantité de ressources cognitives disponibles en contraignant le temps et en manipulant le niveau de familiarité du contenu des prémisses. Dans une première expérimentation, les participants devaient résoudre des problèmes construits avec des prémisses arbitraires incluant des négations avec un temps limité de 9 s, 15 s, ou un temps illimité. Une analyse des patrons individuels de réponse a démontré qu'une proportion significative de raisonneurs répondait selon le modèle initial. Dans une seconde expérimentation, nous avons présenté des prémisses arbitraires sans négation avec un temps limité de 6 s ou 8 s. Nous avons observé une augmentation du nombre de modèles initiaux avec le temps. Finalement, dans une troisième expérimentation, nous avons présenté des prémisses familières avec un temps limité de 5 s, 7 s ou un temps illimité. Les résultats ont démontré un nombre limité de modèles initiaux dans les trois conditions de temps. Globalement, les résultats des trois expérimentations suggèrent que ce type de modèle est davantage présent quand le contenu des prémisses est arbitraire. ______________________________________________________________________________

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur
Directeur de thèse: Markovits, Henry
Mots-clés ou Sujets: Aspect psychologique, Conditionnel (Logique), Raisonnement conditionnel
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 12 nov. 2013 14:39
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:26
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/5633

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...