L'autorégulation de l'apprentissage comme levier à l'affiliation d'étudiants étrangers inscrits dans le système universitaire québécois

Giroux, Louise (2012). « L'autorégulation de l'apprentissage comme levier à l'affiliation d'étudiants étrangers inscrits dans le système universitaire québécois » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en éducation.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (29MB)

Résumé

Depuis les vingt dernières années, la mobilité étudiante a pris un grand essor, particulièrement dans le cadre de l'internationalisation des universités. Ainsi, partout dans le monde, les institutions d'enseignement supérieur accueillent une clientèle de pays étrangers. Le Québec n'est pas en reste, au contraire : le nombre d'étudiants étrangers fréquentant les universités québécoises est en forte croissance. Les recherches sur la clientèle étudiante internationale ont été réalisées particulièrement par des chercheurs issus de pays anglo-saxons accueillant le plus d'étudiants étrangers. Elles ont porté principalement sur les problèmes d'adaptation des étudiants aux plans psychologique, social et éducatif afin de mettre en place une prestation de services adéquats. Par ailleurs, les recherches portant sur l'adaptation des étudiants étrangers au plan éducatif ont permis de déterminer que la première session est la plus difficile pour les étudiants. Toutefois, peu de recherches ont porté sur le processus même d'adaptation ainsi que sur les problèmes particuliers reliés à l'apprentissage des étudiants. L'objectif général de la présente recherche est, par conséquent, de mieux comprendre le processus d'affiliation de l'étudiant étranger à son nouvel environnement. De plus, trois sous-objectifs visent, respectivement, à examiner le sentiment d'efficacité personnelle généralisé de l'étudiant quant à la réussite de ses études et son évolution au cours de la première session, à identifier les stratégies qu'il met en place, particulièrement les stratégies d'apprentissage autorégulé, et enfin, à vérifier si ces stratégies se transforment au cours de la première session. Pour atteindre ces objectifs, trois séries d'entretiens individuels ont été réalisés auprès de dix étudiants étrangers de différentes nationalités et ce, à trois reprises au cours de la première session. Ces trente entretiens ont permis de mieux comprendre le processus d'affiliation des étudiants à leur nouvel environnement. Le deuxième entretien, à la mi-session, a donné l'occasion d'examiner plus en détail le sentiment d'efficacité personnelle généralisé des étudiants pour la réussite de leurs études et pour certaines tâches en particulier dans divers contextes d'apprentissage. De plus, un entretien dirigé à partir du SLRIS (Self-Regulated Learning Interview Schedule) de Zimmerman et Martinez-Pons (1986) a permis d'explorer les stratégies d'apprentissage autorégulé utilisées par les étudiants. Enfin, des manifestations d'autorégulation des stratégies d'apprentissage ont été relevées au cours des trois séries d'entretiens. Le matériel a été analysé à l'aide du logiciel N'Vivo en fonction d'une approche qualitative-interprétative. Les résultats obtenus montrent que, dans l'ensemble, le processus d'affiliation des étudiants étrangers à leur nouvel environnement éducatif se réalise en quatre étapes : 1) le temps de l'étrangeté, où les étudiants vivent d'importantes pertes de repères par la découverte de façons de faire qui ne leur sont pas familières; 2) le temps du renoncement, qui correspond à une prise de conscience des étudiants qu'il leur faut s'ouvrir aux nouvelles exigences du système universitaire québécois et se départir des méthodes et des comportements de leur culture scolaire d'origine; 3) le temps de l'apprentissage, où les étudiants s'adaptent progressivement et apprennent de nouvelles stratégies plus adaptées aux apprentissages dans le contexte de leur université d'accueil; 4) le temps de l'affiliation, qui se manifeste par une transformation des étudiants vers l'atteinte de l'autonomie. Par ailleurs, le sentiment d'efficacité personnelle généralisé des étudiants, quant à la réussite de leurs études, est plutôt faible à leur arrivée dans leur nouvel environnement éducatif. Toutefois, il se transforme au fil de l'expérience de la session, et les étudiants se sentent beaucoup plus compétents à la fin du premier semestre. Les données indiquent également que les étudiants utilisent un grand nombre de stratégies d'apprentissage autorégulé, principalement la stratégie d'autoévaluation, qui leur permet de s'investir dans un processus de réflexion face à leur conduite, et d'évaluer la qualité et le progrès du travail accompli. Quant aux manifestations d'autorégulation des stratégies d'apprentissage, elles sont nombreuses à partir de la mi-session. Les étudiants sont alors en mesure d'identifier leurs faiblesses pour ce qui est des stratégies à utiliser, et de choisir des stratégies plus appropriées. Ainsi, par exemple, en contexte universitaire québécois, les étudiants doivent planifier leur travail personnel, transformer la façon de répondre aux examens et de prendre des notes et étudier à la bibliothèque pour mieux se concentrer. À la fin de la session, le processus d'affiliation se révèle être un processus dynamique où entre en jeu l'interaction d'une diversité de facteurs à la fois liés à l'étudiant et à son environnement. Ces facteurs, qui représentent des manifestations du processus d'affiliation, nous permettent de mieux comprendre ce qui favorise ou freine l'affiliation des étudiants à leur nouvel environnement. Ainsi, la fréquentation du campus, la maîtrise des outils technologiques, la passation des premiers examens, la création de liens avec les pairs québécois, l'autorégulation des stratégies d'apprentissage, le travail personnel accru et le calque des stratégies des étudiants québécois sont des leviers de l'affiliation qui amènent les étudiants étrangers à devenir autonomes et actifs face à leur apprentissage. À l'opposé, l'absence de liens avec les pairs en début de session, la planification inadéquate du travail scolaire, l'ignorance des attentes des enseignants, le manque de préparation de la part de l'institution d'attache, la méconnaissance des ressources de l'université d'accueil représentent des freins à l'affiliation. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : étudiants étrangers, mobilité étudiante, affiliation, autorégulation, stratégies d'apprentissage, système universitaire québécois

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur
Directeur de thèse: Baribeau, Colette
Mots-clés ou Sujets: Affiliation, Apprentissage, Autorégulation (Éducation), Enseignement supérieur, Étudiant étranger, Techniques d'étude, Université, Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences de l'éducation
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 11 sept. 2013 18:08
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:25
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/5473

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...