Les relations dyadiques entre pairs comme facteurs modérateurs du risque et des conséquences associés à la victimisation par les pairs

Lamarche, Véronique (2010). « Les relations dyadiques entre pairs comme facteurs modérateurs du risque et des conséquences associés à la victimisation par les pairs » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Les relations avec les pairs jouent un rôle fondamental dans le développement des enfants. Malheureusement, ces relations ne sont pas toujours bénéfiques. En effet, la recherche montre qu'une proportion importante des enfants d'âge scolaire sont victimes d'intimidation de la part des pairs et que ces expériences ont un impact négatif sur l'adaptation psychosociale concomitante et ultérieure des victimes. Face à cette problématique, il devient nécessaire d'identifier les facteurs susceptibles de modérer la probabilité que certains enfants soient victimes d'intimidation et en subissent les conséquences néfastes. La présente thèse propose d'examiner le rôle des relations dyadiques entre pairs comme facteurs modérateurs du risque et des conséquences associés à la victimisation par les pairs. Pour ce faire, deux objectifs sont poursuivis, chacun correspondant à un article empirique. Le premier objectif vise à examiner le rôle modérateur des caractéristiques prosociales des amis réciproques et des membres de la fratrie respectivement, dans le lien prédictif entre la manifestation de comportements agressifs réactifs et la victimisation par les pairs. Le second consiste à évaluer le rôle modérateur des caractéristiques comportementales agressives des amis réciproques dans le lien prédictif entre la victimisation par les pairs et la manifestation ultérieure de comportements agressifs réactifs et proactifs, respectivement. Ces questions de recherche ont été examinées à partir d'un échantillon de jumeaux provenant de la grande région de Montréal et suivis longitudinalement depuis la petite enfance dans le cadre d'un vaste projet de recherche intitulé l'Étude des jumeaux nouveau-nés du Québec (ÉJNQ). Les données présentées dans le cadre de la thèse portent sur les deux dernières vagues de cueillette des données soit, lorsque les enfants étaient âgés de 6 et 7 ans, respectivement. Les données portant sur les amitiés réciproques et la victimisation par les pairs ont été obtenues à partir d'une procédure sociométrique de dénomination par les pairs alors que celles mesurant les comportements de prosocialité et d'agressivité réactive et proactive ont été recueillies à partir de questionnaire auto-administré par les enseignants. Les résultats issus du premier article empirique suggèrent que les amis réciproques prosociaux peuvent jouer un rôle protecteur important auprès des enfants à risque de victimisation par les pairs. De manière plus spécifique, les résultats indiquent que les enfants manifestant des comportements agressifs réactifs qui ont des amis prosociaux sont moins susceptibles d'être victimisés par les pairs. En revanche, lorsque ces enfants ont des amis peu prosociaux le risque de victimisation est accru. De façon similaire au rôle modérateur des amis, les résultats montrent que les caractéristiques prosociales des membres de la fratrie peuvent également minimiser le risque de victimisation par les pairs. Les résultats issus du second article appuient d'autant plus le rôle modérateur des amis réciproques en démontrant que les enfants victimisés dont les amis manifestent des comportements d'agressivité réactive sont plus enclins à exhiber ce type de comportements à leur tour dans le futur. Par ailleurs, lorsque les enfants victimisés ont des amis peu agressifs, ils sont moins susceptibles de manifester des comportements d'agressivité réactive ultérieurement. En conclusion, les résultats de la thèse soulignent l'importance d'identifier les facteurs modérateurs du risque et des conséquences associés à la victimisation par les pairs. En effet, les résultats de la thèse montrent que les relations dyadiques entre pairs ont une influence majeure sur la probabilité que certains enfants soient victimisés par les pairs et en éprouvent des répercussions sur leur adaptation psychosociale. De plus, les résultats obtenus témoignent de la nécessité de prendre en compte la distinction entre l'agressivité réactive et l'agressivité proactive lorsque ces variables sont à l'étude. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Victimisation, Agressivité réactive et proactive, Prosocialité, Relation d'amitié, Relation fraternelle.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Brendgen, MaraRosemarie
Mots-clés ou Sujets: Agressivité, Enfant, Intimidation, Victimisation, Relation fraternelle, Relation interpersonnelle
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 05 juill. 2010 13:04
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:14
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/3063

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...