Anatomie d'un ouvrage fabriqué à l'asile (1933-1964) de la distorsion d'une correspondance à l'élaboration du récit de Jeanne

Gianotti, Alice (2008). « Anatomie d'un ouvrage fabriqué à l'asile (1933-1964) de la distorsion d'une correspondance à l'élaboration du récit de Jeanne » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (22MB)

Résumé

Parmi les centaines de productions scripturales dénichées dans le cadre d'une recherche consacrée aux manuscrits asilaires de Saint-Jean-de-Dieu (M. Nevett, 1994), un groupe de textes plus remarquable que les autres s'est offert à mon attention: ceux contenus dans le dossier 24195, celui de Jeanne R*, une femme internée de 1933 à 1974 pour paranoïa. Loin de n'être, de l'avis de ses proches puis de ses psychiatres, qu'un « [...] tissu de paroles incohérentes », l'abondante production épistolaire de Jeanne forme un récit d'une étrange familiarité. Construites autour d'une alliance subtilement menée entre faits historiquement datables et anecdotes personnelles, ces missives convient leurs lecteurs à interroger conjointement le délire et la créativité de leur auteure. Dans cette optique, j'ai commencé par rendre compte, dans le premier chapitre, du volume de la production des textes en fonction des années afin de distinguer les périodes les plus soutenues de l'activité scripturale de Jeanne. Intriguée par les divergences entre les témoignages légaux et les déclarations de la principale intéressée, j'ai cherché aussi, dans cette première partie, à proposer une lecture conséquente des annexes médicales. Cet examen a permis de faire la part entre les motifs officiels qui ont présidé à l'exclusion de Jeanne et ceux qu'elle invoque pour sa défense. Dans le deuxième et troisième chapitres, je me suis appliquée à décrire la confection de l'ensemble de l'ouvrage de Jeanne R*, constitué en majorité de lettres: les particularités de sa forme, l'évolution de son contenu. À cette occasion, j'ai décelé une certaine « perte du sens de l'épistolaire ». « Lettres », en ce qu'ils respectent d'abord en tous points les règles du genre, ces textes ont graduellement subi de profondes altérations aussi bien au niveau de leur apparence que de leur composition. Constatant la manière originale dont l'écrivante utilise la lettre, j'ai interrogé dans la dernière partie de la thèse, les motivations (conscientes ou inconscientes?) qui l'ont poussée à préférer cette écriture à tout autre type d'écriture intime. En persistant dans l'écriture de lettres, en faisant « comme si » on lui répondait, Jeanne, malgré une situation de non-communication, réussit avec énergie à réclamer jusqu'à la toute fin sa libération et la reconnaissance de ses « considérables talents ». Dans un simulacre de correspondance, elle délivre le récit de sa vie marqué du sceau de l'authenticité... selon son point de vue. Ma réflexion sur les documents poignants du dossier 24195 où, pour paraphraser Jean Starobinski, le message « [...] ne parvient pas à faire signe alors même qu'il nous impressionne », m'a portée à envisager le récit de Jeanne R* comme la mise en forme de ses affects, exutoire compulsif répondant à sa nécessité intérieure de s'ex-primer. C'est en ce sens que j'ai cru à cette oeuvre et que j'y ai ajouté foi: la Vérité-de-Jeanne telle qu'elle se déploie à travers ses textes a été la matière première de mon étude. L'élaboration de cette narration permet à l'écrivante l'aménagement d'un espace vivable, l'invention d'une scène où, malgré le rejet que marque sa séquestration à vie, elle durera. C'est par le biais d'un processus transférentiel qu'elle peut aménager le site de ses dires au sein duquel s'opère un remaniement subjectif. Le cadre épistolaire qu'elle ne lâche pas, tout en instaurant un rapport paradoxal à ses destinataires, favorise l'expression toute personnelle de sa folie: telles ont été mes hypothèses de travail. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Archives psychiatriques, Folie, Écriture, Créativité, Correspondance.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Nevert, Michèle
Mots-clés ou Sujets: Maladie mentale, Art d'écrire, Créativité, Correspondance, Malade mental
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 11 déc. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:07
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/1481

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...