Les effets du soutien social et conjugal sur les symptômes et l'efficacité d'un traitement pour le TSPT : une évaluation qualitative et quantitative

Fredette, Catherine (2021). « Les effets du soutien social et conjugal sur les symptômes et l'efficacité d'un traitement pour le TSPT : une évaluation qualitative et quantitative » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB)

Résumé

L'objectif de cette thèse était de déterminer le lien qui unit le soutien social et conjugal à la sévérité des symptômes du Trouble de stress post-traumatique (TSPT) ainsi qu'à l'efficacité d'une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour le TSPT. Puisque ce lien est bien établi dans les écrits scientifiques (Ozer, Best, Lipsey & Weiss, 2003), cette thèse visait à explorer plus spécifiquement les diverses dimensions (positif versus négatif, reçu versus perçu, source) du soutien social et conjugal et leurs liens avec le TSPT. Plus précisément, un premier article qualitatif (publié dans l’European Journal of trauma and dissociation) a permis d'explorer la qualité du soutien social observé et perçu lors d'interactions filmées entre 48 personnes avec un diagnostic de TSPT et le proche de leur choix. Des analyses thématiques et conversationnelles des données ont permis de relever plusieurs observations quant à la qualité du soutien social et conjugal. Il y avait en effet une plus grande présence de soutien social négatif selon la durée du couple ainsi que pour les couples formés avant l’apparition du TSPT. Ainsi, les dyades en couple depuis plus de cinq ans présentaient généralement plus de comportements non-soutenants. Aussi, une plus grande fréquence de comportements contre-soutenants était observée chez les femmes souffrant de TSPT. Pour ce qui est du soutien social positif, les observations n'ont pas permis de détecter de différences importantes entre les couples et les non-couples, ainsi que selon le genre de la victime. Un second article à devis quantitatif a par la suite permis d'évaluer les associations entre le soutien social et la sévérité des symptômes du TSPT à l'aide de mesures de soutien reçu, perçu, négatif et positif. La source de soutien (couple versus non-couple) était également évaluée. Les hypothèses de recherche stipulaient que le soutien social positif aurait une association négative avec la sévérité des symptômes du TSPT tandis que le soutien social négatif aurait une association positive avec la sévérité des symptômes du TSPT. Au niveau de la source du soutien, il était attendu que les couples percevraient et recevraient un plus grand niveau de soutien social négatif que les non-couples. De plus, il était attendu que les mesures de soutien reçu et perçu par les couples auraient une plus grande association avec les symptômes du TSPT que pour les non-couples. Finalement, une association positive et modérée était attendue entre les mesures de soutien perçu et reçu. Les résultats ont principalement démontré une association négative et significative entre les mesures de soutien positif et la sévérité des symptômes de TSPT. Cependant, aucune association significative n'a été décelée entre les mesures de soutien négatif et la sévérité des symptômes. Il a également été montré que les couples percevaient et recevaient plus de soutien social négatif que les non-couples. Cependant, contrairement aux hypothèses, la source du soutien (couples versus non-couples) ne semblait pas influencer la sévérité des symptômes du TSPT, malgré la présence d’une plus grande fréquence de soutien négatif chez les couples. Pour finir, aucune association significative a été trouvée entre les mesures de soutien perçu et reçu. Pour terminer, une recension systématique des écrits scientifiques (publiée dans Traumatology) a permis d'évaluer l'état des connaissances scientifiques actuel par rapport au lien qui unit le soutien social et conjugal et l'efficacité d'une TCC pour le TSPT. Il a ainsi été démontré que la présence d'un bon soutien social et conjugal au prétraitement influençait positivement l'efficacité d'une thérapie TCC. Il a aussi été démontré que la TCC pour le TSPT avait une influence positive sur la qualité du soutien conjugal, si bien que cette dernière se voyait améliorée à la fin de la thérapie. Le soutien social négatif a aussi démontré un lien négatif significatif avec l'efficacité de la thérapie. Cependant, ces résultats étaient basés sur deux études seulement, ce qui limite la portée des résultats. Finalement, le croisement des résultats des analyses qualitatives et quantitatives a également fait ressortir la présence de plus de soutien négatif chez les couples que chez les non-couples ainsi qu’un faible niveau de corrélation entre les mesures de soutien perçu et reçu. Les données recueillies dans cette thèse démontrent ainsi la pertinence d'évaluer diverses dimensions du soutien social, puisque ces dernières semblent avoir une influence divergente sur le lien qui l'unit au TSPT. _____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Trouble de stress post-traumatique, soutien social, soutien conjugal, sévérité des symptômes, thérapie cognitivo-comportementale

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: Fichier numérique reçu et enrichi en format PDF / A.
Directeur de thèse: El-Baalbaki, Ghassan
Mots-clés ou Sujets: État de stress post-traumatique / Soutien social / Relations de couple / Signes et symptômes / Thérapie cognitivo-comportementale
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 12 oct. 2021 13:17
Dernière modification: 18 oct. 2021 12:06
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/14700

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...