Différentes modalités d'évaluation de la consommation d'oxygène maximale chez des skieurs de fond élites en pas alternatif

Cobello, Patrick (2020). « Différentes modalités d'évaluation de la consommation d'oxygène maximale chez des skieurs de fond élites en pas alternatif » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en kinanthropologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Pour permettre d’évaluer le skieur sur la neige, la présente recherche avait pour but d’étudier la faisabilité d’un test en style classique sur la neige en comparant les variables étudiées avec un test de course à pied et de ski à roulettes en laboratoire. 4 skieurs masculin et d’âge variant de 17 à 23 ans ont participé à cette prise de données et à la passation des trois tests. Le premier test était exécuté de manière continue avec paliers progressifs en course à pied sur tapis roulant. La vitesse initiale du test était de 7,00 km/h et augmentait par la suite de 1,00 km/h à chaque minute. Le participant devait suivre les incrémentations en vitesse jusqu’à épuisement (arrêt volontaire). Le deuxième test était celui en ski à roulettes de style classique sur tapis roulant. Le protocole utilisé impliquait un échauffement de 10 min à une vitesse au choix du participant, puis la vitesse était fixée à 11,00km/h. La pente débutait à 7,00% pour augmenter entre 1,50 et 2,00% chaque minutes jusqu’à épuisement ou jusqu’à ce qu’il n’arrive plus à maintenir la cadence. Finalement, le test sur neige comportait 4 intervalles à intensité maximale de 394,00±71,10 m de distance et 7,25±1,06 % de pente. Plusieurs paramètres respiratoires ont été mesurés, dont la consommation d’oxygène et l’oxygénation musculaire (SmO2) des membres inférieurs pour les trois tests ainsi que les réponses subjectives à un questionnaire (échelle visuelle analogue) durant l’épreuve sur neige. Les résultats de VO2 Max en ml/kg/min et de correction allométrique (ml/kg0.5/min) étaient de 66,13±7,88 et 578,29±78,51, 71,75±8,67 et 627,29±84,70, 62,68±11,03 et 548,20±103,65, pour la course à pied, le ski à roulettes et le test sur neige, respectivement. Les résultats de SmO2 maximale exprimés en % de saturation de l’hémoglobine à l’O2 dans la microcirculation locale du vaste latéral étaient de 17,60±9,60% pour la course à pied, de 10±1% pour le ski à roulettes et de 60,31±5,93 % pour le test sur neige. Pour le biceps fémoral, les résultats en % étaient de 38,65±20,35, 25,04±0,04, 38,05±12,95 pour la course à pied, le ski à roulettes et le test sur neige, respectivement. Selon nos résultats, la course à pied demeure encore un bon outil pour évaluer le VO2 Max chez le skieur de fond, mais ne permet pas d’apprécier la qualité physique en ski de fond considérant les valeurs plus hautes du ski à roulettes en style classique en laboratoire. De plus, les résultats obtenus sur neige ne concordent pas avec ceux en laboratoire dû à des limitations techniques (ski, neige, etc.), de temps et de longueur de l’effort sur neige. _____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : VO2max, ski de fond, oxygénation musculaire, test cardiorespiratoire, ski à roulettes, course à pied, évaluation

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Fichier numérique reçu et enrichi en format PDF/A.
Directeur de thèse: Comtois, Alain Steve
Mots-clés ou Sujets: Ski de fond / Physiologie du sport / Épreuves d'effort / Puissance aérobie maximale / Skieurs
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département de kinanthropologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 10 mars 2021 16:12
Dernière modification: 12 août 2021 15:27
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/14037

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...