Porter les robes de nos grand-mères : essai documentaire sur la transmission de la féminité expérimentant le remploi cinématographique comme contre-discours féministe

Lebrun Harpin, Anne Gabrielle (2020). « Porter les robes de nos grand-mères : essai documentaire sur la transmission de la féminité expérimentant le remploi cinématographique comme contre-discours féministe » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

Ce mémoire de recherche-création vise à répondre à la problématique de la transmission de la féminité par le processus montagier et à expérimenter le remploi cinématographique dans l’élaboration d’un contre-discours féministe. Porter les robes de nos grand-mères est la trace de ce processus de recherche-création autour de cette réflexion intime qui consiste en un essai documentaire composé d’archives publiques récoltées en ligne, de films et de vidéos de famille et d’entretiens filmés. Ayant recours aux récits de vie et aux archives audiovisuelles, la recherche a pour but de faire la lumière sur le construit social de la féminité et d’en examiner la transmission à travers diverses institutions. _____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : archives, féminité, montage, remploi cinématographique, contre-discours féministe, essai documentaire

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Fichier numérique reçu dans le cadre du dépôt numérique et enrichi en format PDF / A.
Directeur de thèse: Paci, Viva
Mots-clés ou Sujets: Archives audiovisuelles / Remploi (Cinéma) / Montage / Féminité / Femmes au cinéma / Documentaires / Mémoires et thèses de création
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 30 mars 2021 10:03
Dernière modification: 11 mai 2021 13:06
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/14036

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...