Y a-t-il un bénéfice du préconditionnement ischémique à distance sur un test de marche de 6 minutes chez le patient insuffisant cardiaque?

Martin, Sarah-Maude (2020). « Y a-t-il un bénéfice du préconditionnement ischémique à distance sur un test de marche de 6 minutes chez le patient insuffisant cardiaque? » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en kinanthropologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

Il y a quelques années, des chercheurs ont décri le préconditionnement ischémique (PCI), qui consiste à créer une ischémie prolongée à l’artère coronaire à l’aide d’un manchon à pression, suivi d’une période de reperfusion (Murry et coll., 1986). Lorsque cette méthode est répétée plus d’une fois, une cascade d’événements se produit au niveau physiologique, et crée une protection cardiaque qui peut durer jusqu’à 72 heures (Baxter et coll., 1997; Marber et coll., 1993). Plus tard, d’autres chercheurs ont découvert que le préconditionnement ischémique peut se faire à distance à l’aide d’un brassard à pression pour la mesure de la pression artérielle (PCID) (Przyklenk et coll., 1993). Plus précisément, si l’ischémie se fait sur un autre tissu que le cœur, par exemple un muscle squelettique, la protection cardiaque se produira malgré tout, mais avec un mécanisme physiologique différent. Les mécanismes du PCI sont encore à l’étude, car certains résultats sont contradictoires. Le PCI commence tranquillement à piquer la curiosité des scientifiques dans les domaines de la réadaptation et de la performance. Le but de cette étude était d’améliorer à l’aide du PCID les capacités fonctionnelles et la qualité de vie des individus souffrant d’insuffisance cardiaque. L’hypothèse est que le PCID améliore la distance parcourue lors du test de marche de six minutes (TM6). Un total de quinze (n=15) participants ont été retenu pour l’étude. Chaque participant a effectué le TM6 à deux reprises à un intervalle de 4 à 7 jours. Le PCID comportait 4 cycles de 5min d’ischémie effectué à l’aide d’un brassard au niveau du membre supérieur gonflé à une pression de 20mmHg au dessus de la pression artérielle systolique suivi de 5min de reperfusion tandis que le protocole contrôle causait une pression sur le membre supérieur de seulement 10mmHg. Le choix du protocole était aléatoire avant le TM6. Les participants ne savaient pas lequel des protocoles était le PCID. En conclusion, aucune différence significative entre le PCID et le protocole contrôle a été relevé sur la distance parcourue lors du TM6. Cela semble indiqué que l’approche PCID chez les patients insuffisants cardiaques n’est pas un moyen de réadaptation convaincant en ce moment. _____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : PCI, PCID, insuffisance cardiaque, ischémie, reperfusion, TM6.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Fichier numérique reçu dans le cadre du dépôt numérique et enrichi en format PDF / A.
Directeur de thèse: Comtois, Alain Steve
Mots-clés ou Sujets: Insuffisance cardiaque / Préconditionnement ischémique / Ischémie / Reperfusion / Marche -- Tests / Cardiaques -- Réadaptation
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département de kinanthropologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 mars 2021 14:05
Dernière modification: 22 mars 2021 14:05
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/13985

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...