Le maintien en emploi de travailleurs ayant un trouble mental grave : apprendre à concilier travail et santé

Therrien, Dominique (2020). « Le maintien en emploi de travailleurs ayant un trouble mental grave : apprendre à concilier travail et santé » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en éducation.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Cette étude multicas contribue à une meilleure compréhension du processus d’apprentissage informel d’adultes qui doivent composer avec les symptômes cliniques d’un trouble mental grave (TMG) au travail. La majorité des travailleurs qui expérimentent un TMG (ex. trouble bipolaire) et qui occupent un emploi compétitif ne peuvent le conserver plus de six mois (Cook et al., 2014). L’emploi compétitif est un travail rémunéré qui pourrait être occupé par quiconque a les compétences, payé au moins au salaire minimum. L’emploi compétitif se distingue du bénévolat ou de l’emploi en milieu protégé, par exemple, un lieu de travail spécialement conçu pour des personnes ayant des limitations intellectuelles ou de santé mentale. À ce jour, la problématique du maintien en emploi de personnes ayant un TMG a été abordée sous divers angles, mais jamais sous l’angle de l’autoformation. L’autoformation réfère d’abord aux efforts personnels du travailleur dans l’apprentissage; cela, sans oublier le soutien qu’il reçoit (Carré, 2005; D'Ortun, 2011a; Tremblay, 2003b). L’autoformation considérée en tant que pratique sociale réfère au fait que l’action individuelle reste inextricablement liée, voire même déterminée, par le vécu collectif. Ainsi, les efforts personnels du travailleur sont liés de près ou de loin au soutien et aux attentes véhiculées par le groupe de travail (ex. valeurs, idées). À ce titre, l’autoformation peut être considérée comme une pratique sociale (Barton & Hamilton, 2010; Barton & Papen, 2010; Overgaard, 1994). Par exemple, on pourrait penser que le désir de travailler soit généré par l’attente collective que tous les membres d’un groupe contribuent de manière équitable au bon fonctionnement de la société. L’objectif de la recherche est de décrire la manière dont ces travailleurs ont appris à gérer les symptômes cliniques vécus au travail. Nous avons recruté cinq travailleurs adultes qui expérimentent un TMG et œuvrent sur le marché du travail compétitif depuis plus de six mois de même que six facilitateurs qui les ont aidés à s’autoformer (p. ex. conseiller en emploi, supérieur immédiat). Les participants ont été interviewés et observés pour documenter : 1) le cheminement en emploi des travailleurs de 2011 à 2018; 2) les symptômes cliniques vécus au travail et 3) les pratiques développées pour composer avec ces symptômes. Les données ont été recueillies pendant 15 mois lors d’entretiens semi-dirigés et de séances d’observation sur le terrain. Deux analyses ont été menées sur le corpus de données. La première a abordé les aspects temporels du processus d’autoformation (Mendez, 2010) et a permis de décrire quatre modes d’autoformation expérimentés par les travailleurs, soit les modes : latent, post-crise, actif et, axé sur la transmission de l’expérience. La deuxième analyse a porté sur l’usage des objets de littératie permettant d’apprendre et de gérer les symptômes cliniques d’un trouble mental au travail. Les objets de littératie sont des objets qui comportent des écritures, des chiffres ou d’autres symboles (ex. liste, journal intime). Ce type d’analyse est inspiré par l’école des New Literacy Studies et sous-tend l’idée qu’il soit possible de retracer le sens des pratiques personnelles et sociales permettant aux travailleurs de composer avec leurs symptômes cliniques par l’étude des ressources matérielles qu’ils utilisent, plus précisément en analysant l’usage et les fonctions des objets de littératie (Fenwick, Nerland, & Jensen, 2012). Il s’est avéré que l’usage des objets de littératie s’apparentait à la mise en œuvre de rituels du quotidien tels que définis par l’école d’anthropologie historique allemande (Jeffrey, Otero, Côté, Morissette, & Roberge, 2011; Wulf, 2013). Cinq rituels de conciliation travail-santé ont été recensés : préparation au travail, assertivité-affirmation, réassurance, valorisation et alternance travail-repos. Dans ces rituels, les objets de littératie agissent comme objets favorisant trois transitions : 1) de la sphère publique à la sphère privée (transition socio-spatiale); 2) de l’état de stress aigu à celui de calme (transition physiologique) et 3) d’une identité de « malade » stigmatisante, à celle de « travailleur » accompli (transition identitaire). D’autres objets de littératie agissent plutôt comme « modèles », inspirant de nouveaux savoir-faire et savoir-être; et, comme « aide-mémoires » rappelant d’en faire usage aux moments opportuns. Tout en prenant en considération les limites d’une étude multicas (ex. peu de participants), les résultats indiquent que la mise en pratique de rituels de conciliation travail-santé est une caractéristique commune de travailleurs ayant un TMG qui connaissent un maintien en emploi durable. De plus, l’autoformation repose en partie sur le repérage d’histoires inspirantes qui suggèrent d’agir autrement et sur la mise en place d’aide-mémoires rappelant aux travailleurs de faire usage des nouvelles pratiques. _____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : maintien en emploi, apprentissage informel, autoformation, troubles mentaux, littératie en santé.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: Fichier numérique reçu dans le cadre du dépôt numérique et enrichi en format PDF / A.
Directeur de thèse: Corbière, Marc
Mots-clés ou Sujets: Personnes vivant avec un trouble de santé mentale / Travail / Autoformation / Éducation non formelle / Littératie en santé
Unité d'appartenance: Faculté des sciences de l'éducation
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 17 janv. 2021 13:01
Dernière modification: 17 janv. 2021 13:01
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/13863

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...