L'effet et l'implantation d'un programme d'intervention orthopédagogique intégrant des aides technologiques sur la production de mots écrits en français d'élèves dysorthographiques âgés de 9-12 ans

Fontaine, Myriam (2019). « L'effet et l'implantation d'un programme d'intervention orthopédagogique intégrant des aides technologiques sur la production de mots écrits en français d'élèves dysorthographiques âgés de 9-12 ans » Thèse. Saint-Jérôme (Québec, Canada), Université du Québec en Outaouais, Doctorat en éducation, 502 p.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB)

Résumé

L’apprentissage de l’écriture s’inscrit comme un incontournable à la réussite scolaire et sociale de tous les élèves, dont les élèves dysorthographiques âgés de neuf-douze ans. En contexte francophone, pour relever le défi de produire des mots écrits dans une langue dont l’orthographe lexicale est parmi les plus complexes, ces élèves ont besoin d’interventions orthopédagogiques en écriture. Or, peu leur sont ou leur ont été offertes dans les écoles et peu ont été évaluées en contexte de recherche, en documentant la fidélité de l’implantation. De plus, celles-ci gagneraient à être structurées dans un programme qui prend appui sur les données issues de la recherche, qui intègre des aides technologiques ayant le potentiel de soutenir leurs difficultés spécifiques de production de mots écrits en français et qui est implanté avec fidélité. Toutefois, à notre connaissance, un tel programme n’a pas été évalué à ce jour. De cette problématique découle la question générale de recherche : Quelles sont les contributions des aides technologiques dans un programme d’intervention orthopédagogique qui prend appui sur les données issues de la recherche pour développer le processus de production de mots écrits en français d’élèves ayant une dyslexie-dysorthographie âgés de neuf-douze ans? Le cadre théorique vise à répondre à cette question. Pour ce faire, la production de mots écrits en français, la dyslexie-dysorthographie, les programmes d’intervention orthopédagogique et les aides technologiques auprès d’élèves dysorthographiques constituent les concepts dont l’analyse balise l’expérimentation. En faisant des liens entre les solutions qu’offrent les aides technologiques et les principes directeurs des interventions qui prennent appui sur les données issues de recherches auprès d’élèves dysorthographiques âgés de neuf-douze ans, deux aides technologiques qui ont le potentiel de soutenir leurs traitements déficitaires et d’optimiser leur rééducation sont identifiées. D’une part, la synthèse vocale (une voix lit les mots écrits) a le potentiel de soutenir leur traitement alphabétique en les aidant à vérifier la plausibilité phonologique des mots écrits et, d’autre part, la prédiction de mots (choix de mots à partir des premières lettres tapées), leurs traitements orthographique et morphographique en les aidant à choisir les bons graphèmes associés ou non à des phonèmes. De plus, ces outils que ces élèves utilisent généralement en classe en écrivant au traitement de texte sont susceptibles d’optimiser l’enseignement explicite, ciblé, individualisé et intensif sur une durée prolongée offert dans un programme d’intervention orthopédagogique issu de la recherche. Cet enseignement structuré en quatre étapes (explication, démonstration, pratique guidée, autonomie) les aide à utiliser les principales stratégies de production de mots écrits en bénéficiant de rétroaction, mais leurs difficultés persistent généralement. En donnant plus d’occasions d’appliquer ces stratégies (aussi à l’ordinateur) et de fournir des rétroactions sur l’orthographe lexicale (indices que le mot est bien écrit), la synthèse vocale et la prédiction de mots pourraient bonifier cet enseignement, en aidant aussi à compenser leurs difficultés spécifiques. Par ailleurs, la fidélité d’un programme offrant cet enseignement se doit d’être documentée auprès de ces élèves sensibles à la qualité et à la quantité des interventions orthopédagogiques en écriture. En tenant compte des principales composantes de la fidélité de l’implantation, elle permet d’obtenir des conclusions valides sur l’effet d’un programme novateur, de comprendre les causes de son succès ou de son échec et d’y apporter des améliorations. Ces connaissances guident l’évaluation et l’implantation d’interventions orthopédagogiques en écriture. Conséquemment, cette thèse poursuit l’objectif principal suivant : Évaluer l’effet d’un programme d’intervention orthopédagogique intégrant des aides technologiques, soit la synthèse vocale et la prédiction de mots, sur la production de mots écrits en français d’élèves dysorthographiques âgés de neuf-douze ans. À celui-ci s’ajoute un objectif secondaire : Documenter la fidélité de l’implantation de ce programme. Pour atteindre ces objectifs, la méthodologie privilégiée dans cette recherche expérimentale mixte se structure de la façon suivante. Six élèves dysorthographiques âgés de neuf-douze ans provenant de quatre écoles primaires de la grande région montréalaise ont participé à cette recherche avec un protocole à cas unique, centré sur leur progression individuelle, soutenue par un devis séquentiel transformatif. Dans cette étude, d’une durée de 20 semaines, le programme d’intervention développé et expérimenté est implanté pendant dix semaines à leur école (trois séances d’une heure par semaine) par des intervenantes en orthopédagogie formées et supervisées par la doctorante. Il offre un enseignement explicite de l’utilisation de la synthèse vocale et de la prédiction de mots pour ensuite mettre à profit ces outils dans un enseignement explicite, ciblé, individualisé et intensif sur une durée prolongée de stratégies de production de mots écrits en français. L’effet de ce programme sur ce plan est évalué avec des mesures continues une fois par semaine et avec des mesures normalisées avant et après celui-ci, alors que la fidélité de son implantation est documentée à l’aide d’un journal de bord complété par les intervenantes durant les séances d’intervention et d’une grille d’observation remplie par la doctorante durant deux de ces séances. Ensuite, en ce qui concerne l’analyse des résultats, un traitement quantitatif des effets intraindividuels des données issues des mesures continues révèle que les élèves performent significativement mieux au regard de la fluidité de la production de mots écrits en production textuelle au terme de ce programme d’intervention. De plus, l’analyse quantitative des données issues des mesures normalisées indique des améliorations au regard de la précision de la production de mots écrits en production de mots isolés et en production textuelle, tout comme l’analyse qualitative de leurs paragraphies (erreurs), qui vient préciser que leur progression concerne particulièrement les stratégies enseignées dans ce programme. Enfin, l’analyse de contenu réalisée à partir des observations issues des journaux de bord et des grilles d’observation révèlent que celui-ci a été implanté de manière très satisfaisante dans les écoles, avec des variations selon le profil de l’élève, le contexte scolaire et les intervenantes concernées. Finalement, la discussion des résultats est réalisée à la lumière des théories et de résultats de recherche dans le domaine de l’éducation et de l’orthodidactique de la lecture et de l’écriture. Elle fait voir que l’évaluation de l’effet de ce programme d’intervention orthopédagogique intégrant des aides technologiques et de la fidélité de son implantation est étroitement reliée dans cette recherche dont la méthodologie favorise la planification-régulation des interventions selon l’analyse des résultats quantitatifs et qualitatifs. Ainsi, elle identifie que, malgré les limites liées à l’utilisation de cette méthodologie mixte, cette recherche a d’importantes retombées sociales et scientifiques dans ces domaines, dont la principale est de mettre en évidence le potentiel de l’élève dysorthographique en écriture, en favorisant les liens entre l’évaluation et l’intervention orthopédagogiques dans les milieux scolaires et de recherche. Elle enchaîne avec des perspectives pratiques et de formation permettant d’optimiser l’implantation de ce programme novateur en milieu scolaire, avec une organisation des services orthopédagogiques adaptée au profil de l’élève dysorthographique et des ancrages communs avec l’enseignement général dispensé en classe. En conclusion, cette recherche s’achève sur des perspectives de recherche au regard de l’évaluation-intervention orthopédagogique, des pratiques orthopédagogiques et de la formation des intervenants, dont les modèles méthodologiques peuvent être inspirés de cette recherche.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Directeur de thèse: Moreau, André C.
Mots-clés ou Sujets: ÉCRITURE, PRODUCTION DES MOTS ÉCRITS, ORTHOPÉDAGOGIE, DYSLEXIE-DYSORTHOGRAPHIE, AIDES TECHNOLOGIQUES
Unité d'appartenance: Faculté des sciences de l'éducation > Département d'éducation et formation spécialisées
Déposé par: Myriam Fontaine
Date de dépôt: 27 août 2020 09:49
Dernière modification: 27 août 2020 09:49
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/13486

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...