Herméneutique de l'hymne homérique à Déméter : approche existentielle de la fertilité

Bertrand, Sophie (2019). « Herméneutique de l'hymne homérique à Déméter : approche existentielle de la fertilité » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (35MB)

Résumé

Partant de l'idée chère à l'herméneutique selon laquelle les œuvres de culture possèdent encore la capacité de nous rendre plus conscients du travail de l'histoire qui porte une tradition toujours à l'œuvre (Gadamer, 1960/1996), cette thèse réitère l'appartenance de la psychologie, dans son horizon théorique et clinique, au champ des sciences humaines. C'est à partir d'une interprétation de l'hymne homérique à Déméter, un poème antique qui rend hommage à la déesse de la fertilité, que vient s'illustrer la richesse des significations relatives à l'existence humaine qu'offre le mythe, et la réciprocité entre cosmos et psyché qu'il engage. Le récit de l'épreuve qu'est pour Déméter l'enlèvement de sa fille par Hadès, le dieu des Enfers, pour en faire son épouse, apparaît, à la lumière de notre interprétation, comme une allégorie de la naissance d'un type de créativité spécifique à l'existence humaine et relative à son intersubjectivité fondamentale et aux évènements qui viennent la structurer. Le mythe, de par son mouvement de retour aux origines, nous conduit à réaliser parallèlement une psychogénèse et une ontogénèse. Nous inspirant de la pensée de philosophes de l'existence et de l'herméneutique (Heidegger, Arendt, Gadamer, Lévinas, Marcel, Ricoeur et Bachelard) et de celle de psychanalystes (Freud, Winnicott, Zaltzman), notre lecture de l'hymne homérique à Déméter nous amène à décrire l'expérience humaine de la perte et de la séparation qui conduit à la naissance d'un monde humain habitable et d'une vie psychique créative, c'est-à-dire rendant l'être humain capable de se relier symboliquement au monde. S'articulant en dialectique avec la fécondité qui relève plutôt d'une capacité innée de génération, la fertilité devient, au terme de l'hymne homérique à Déméter, le synonyme de l'horizon d'espoir véhiculé par le don qui permet d'intégrer comme réalité la mort et la perte d'un être cher et de se risquer au jeu du dialogue. Le mythe, qui est aussi connu comme le récit de la naissance de la vie civilisée, permet ainsi d'explorer les conditions préalables à la fertilité, notamment, les dimensions de l'altérité et de la temporalité cyclique et de sa rythmique qui articule absence et présence, perte et retrouvailles. À partir de l'analogie entre le mythe et le jeu de la bobine (le fort-da freudien) et celle de la répétition en psychothérapie, ainsi que d'exemples de stérilité tirés de la mythologie et de la psychopathologie, l'action fondatrice de la séparation et de son intégration par le deuil pour le développement de la capacité de jouer et de créer se trouve mise de l'avant, ainsi que l'importance de la différences des sexes et des générations dans l'organisation psychique mature. Sur le plan psychique, la notion de libido est éclairée par la philosophie de la corporéité de Merleau-Ponty (1945). Il en ressort une compréhension de la sexualité comme habitation, qui est une manière de dire l'existence humaine (Jager, 2010). L'interprétation du passage de Perséphone aux Enfers et les thèmes de la-mort et du féminin qui sont abordés, dans une approche poéticoanalytique (Bachelard, 1961), comme des dimensions de la fertilité. L'accueil de l'étranger et le rythme cyclique dans les échanges s'avèrent être au fondement de la fertilité, de même que la pulsion de mort, qui œuvre à défaire les liens et délimiter des espaces. La pensée de Winnicott (1975) met en lumière l'aspect primordial de la créativité qui vient de cette tension entre ouverture et fermeture, relative à une fécondité initiale, pour la psychothérapie d'inspiration psychanalytique. C'est à partir de l'ontologie du jeu de Gadamer (1960/1996) que nous comprenons sous quelles conditions la répétition (dans la psychothérapie, tout particulièrement dans le transfert) est susceptible de fertilité. Invoquer plusieurs champs théoriques a ses limites et une richesse qui sont bien représentés dans cette thèse. L'interprétation du mythe de la fertilité nous aura néanmoins permis de tracer un chemin de pensée permettant d'aborder la créativité dans sa facture existentielle – et intersubjective – dans l'horizon de la psychologie et de l'herméneutique philosophique. _____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : fertilité, herméneutique, existence, créativité, mythologie, psychanalyse.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Thiboutot, Christian
Mots-clés ou Sujets: Fertilité / Interprétation (Philosophie) / Existence / Mythologie / Psychanalyse
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 25 juin 2020 10:17
Dernière modification: 25 juin 2020 10:17
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/13375

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...