Identification des risques pour les immeubles de grande hauteur : pourquoi il faut revoir la norme ISO 31010

Romelaer, Pierre (2014). « Identification des risques pour les immeubles de grande hauteur : pourquoi il faut revoir la norme ISO 31010 », dans Innovation et gestion des risques des grands immeubles. Actes du colloque 647 du 82e Congrès de l’ACFAS, Université Concordia, Montréal, 13 mai 2014, sous la dir. de De Serres, Andrée. Montréal, Chaire Ivanhoé Cambridge d'immobilier, ESG UQAM, coll. «Chaire Ivanhoé Cambridge d'immobilier, ESG UQAM », pp. 23-34.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF (Romelaer_Gestion_Risques_ACFAS_ch2)
Télécharger (809kB)

Résumé

Pour gérer les risques des immeubles de grande hauteur il faut les identifier, les analyser et les évaluer. Dans ce domaine il existe de nombreuses méthodes pratiques, par exemple les méthodes APR, AMDE(C), HazOp, les arbres de défaillance, arbres des causes, arbres des évènements, et diagrammes cause/conséquence23. Ces méthodes permettent d'obtenir d'énormes résultats, mais elles ont encore des progrès à faire. Dans une première section nous voyons que les méthodes classiques d'identification des risques, y compris dans le standard IEC/ISO31010, suggèrent rarement de recueillir des données sur les personnes et les organisations dont les activités peuvent être affectées par l'immeuble (on les appellera "les parties-prenantes"), et elles ne donnent pas d'indications pratiques pour le recueil et le traitement de ces données. Il y a un gros écart entre le cadrage général des méthodes, qui évoque "la bonne compréhension et prise en compte des intérêts" des partie-prenantes, et l'exposé opérationnel des méthodes pratiques, qui ne dit rien sur les actions à engager pour atteindre cet objectif. Dans la seconde section nous voyons que pour identifier les risques il faut des données sur les intérêts et les points de vue des parties-prenantes dont les comportements influencent les risques qu'on veut gérer. Puis on donne quelques indications sur les actions à engager par des experts sous le pilotage des décideurs, et on précise les exigences de qualité sur les données à recueillir. Dans la troisième section, nous voyons des exemples concrets de risques qu'on peut identifier si on tient compte des parties-prenantes.

Type: Chapitre de livre
Mots-clés ou Sujets: Gestion des risques, grands immeubles, ISO31010, parties prenantes
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion > Chaire Ivanhoé Cambridge d'immobilier
Déposé par: delegation Elia Duchesne
Date de dépôt: 31 mars 2020 08:45
Dernière modification: 31 mars 2020 08:45
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/13332

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...