Le stand-up féminin au Québec

Grenon-Morin, Julie (2019). « Le stand-up féminin au Québec » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB)

Résumé

Les femmes stand-ups se trouvent en porte-à-faux par rapport au modèle économique qui prévaut à notre époque : elles doivent faire rire, tout en ne dérangeant pas trop, sous peine de déplaire et d'échouer à la tâche. Elles cherchent à entrer en communion avec le public, alors que leur statut de femmes les contraint aux marges de la société. « Quelle lecture littéraire féministe peut-on faire des personnages des femmes stand-ups au Québec? » est la question à laquelle cette thèse souhaite répondre à partir de l'étude de six spectacles récents enregistrés sur DVD : Lise Dion (2005) de Lise Dion; Une vraie fille ... c'est moi ça? (2007) de Julie Caron; Claudine Mercier (2007) de Claudine Mercier; 100 % vache folle (2008) de Cathy Gauthier; Drôlement libre (2012) de Nabila Ben Youssef et Réconfortante (2014) de Marie-Lise Pilote. La thèse se penche sur les caractéristiques des personnages des stand-ups féminins afin d'en dresser un portrait féministe et écologique, et ce, en fonction de trois enjeux (performance, corps et occupation de l'espace). Cela se fait en suivant la logique interne et la structure des textes par le biais de l'agentivité au féminin et des féminismes. La performance permet tout d'abord de mettre en lumière l'agentivité des personnages. Le corps, au centre de cette même performance, est le vecteur du texte humoristique. Ce corps occupe et habite un espace métaphorique et raconté au fil des numéros, bien qu'il demeure souvent flou. Quel type de performance, en lien avec l'agentivité au féminin, les stand-ups livrent-elles? En quoi la notion de corps nourrit une réflexion écoféministe? Comment ces femmes occupent-elles l'espace, souvent celui de la ville? Une lecture chronologique des spectacles permet de mettre en lumière le fait que les spectacles plus récents présentent des aspects plus féministes que les plus anciens. Lorsqu'il s'agit de numéros de style stand-up, les personnages des humoristes sont souvent très proches de l'interprète, soit de la femme réelle. Ainsi, les stand-ups performent leur propre agentivité en utilisant leur corps et elles évoluent dans l'espace de manière problématique. Deux procédés humoristiques se retrouvent en abondance dans le discours des stand-ups : l'autodérision/autodénigrement ainsi que l'usage critique des stéréotypes. Ceux-ci sont à la base du monologue humoristique au féminin puisque l'autodérision et l'autodénigrement permettent de faire rire tout en se prenant comme cible, alors que les stéréotypes génèrent des images comprises de tous. _____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Québec, femmes, humour, stand-up, performance, études féministes.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Robert, Lucie
Mots-clés ou Sujets: Humour québécois / Femmes humoristes / Féminisme / Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 26 nov. 2019 14:21
Dernière modification: 26 nov. 2019 14:21
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12945

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...