Le monde de l'enfance heureuse et de l'adolescence dans Pieds nus dans l'aube de Félix Leclerc : une lecture existentielle et une réflexion à partir du roman

Lachance-Gaudet, Marc-Etienne (2019). « Le monde de l'enfance heureuse et de l'adolescence dans Pieds nus dans l'aube de Félix Leclerc : une lecture existentielle et une réflexion à partir du roman » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (8MB)

Résumé

Dans cette recherche, nous avons exploré le monde de l'enfance heureuse dans un premier temps et de l'adolescence ensuite, à partir de l'étude du roman Pieds nus dans l'aube de Félix Leclerc et de son personnage principal. Afin de mener à bien cette recherche exploratoire, nous avons en guise de préliminaires présenté le bagage théorique qui nous oriente en respect de la proposition de principe de ce dernier, c'est-à-dire en mettant de l'avant la tradition dans laquelle nous étions déjà inscrit par un travail de reconnaissance plutôt que de construction. C'est de cet éclairage qu'a pu naître la question de recherche selon laquelle il ne pouvait être question de l'enfance ou l'adolescence comme concept, mais plutôt de leur monde concret, soit ce qui apparaît dans la langue, par le truchement des médiations littéraires comme le récit, le roman ou le poème. Une fois posé le caractère essentiel du texte dans notre travail, nous avons explicité notre compréhension de l'être du texte, de sa visée, de son mode de donation dans la lecture et de ce que nous pensons être une bonne lecture. Dans la première section sur l'enfance, nous avons interprété les premières descriptions du roman où le narrateur fait le tour de sa maison natale, de sa famille, des invités qui séjournaient parfois chez lui ainsi que des moments importants, comme le conte au coucher et le souper du soir en famille, comme autant de valorisations faisant signe d'une mémoire heureuse. Les deux premiers chapitres font la part belle à la maison, révélée comme une grande image qui ouvre un temps et un espace particuliers et spécialement adaptés aux premiers moments de vie, aux origines, aux chauds enveloppements du maternel. Ainsi la maison s'est-elle vue dépeinte sous le signe des valeurs de protection (solidité et continuité), des figures de l'intimité, puis de ses situation et posture concrètes dans son entourage, à partir des images mêmes du roman. Nous avons poussé plus loin l'exploration de l'onirisme de la maison des origines en déployant les extraits soulignant la façon dont la maison était habitée. Le chapitre sur le conte de Ti-Jean le Barbu développe cette scène où la mère raconte aux enfants leurs origines en alliant histoire et fiction, mémoire et imaginaire, poésie et idéaux, identité et liberté. L'importance de la transmission et des enjeux identificatoires quant à la question de nos origines ressort ici de façon prégnante et nous oriente vers d'éventuels ponts entre le bonheur d'enfance et l'appartenance. L'élaboration de la scène du souper de famille consolide cette association, où ce moment apparaît comme un rituel symbolisant autant la finitude humaine que la transcendance du don d'amour et de bonheur. Toute l'interprétation des espaces, temps, gestes et paroles liés au repas de famille convergent vers l'acte suspensif de reconnaissance de la mère qui magnifie le bonheur en événement. Le dernier chapitre reprend les grands thèmes de la section pour les articuler dans une réflexion cohésive sur l'identité en mettant en contraste l'appartenance et la narrativité. Cette élaboration laisse la place à la section de l'adolescence, à partir de l'écart laissé entre le bonheur d'enfance, qui se veut immuable et éternel, et la mémoire heureuse du narrateur adulte qui raconte son enfance, mémoire traduisant un travail d'accès à la perte. La deuxième section relate le monde de l'adolescence de Félix, qui est évoqué dans le roman par la découverte de l'amitié et l'accès à l'aventure. L'amitié se présente à Félix comme un appel auquel il doit répondre, puis la formulation d'une promesse qui l'engage dans le temps. L'épreuve que leur amitié traverse souligne la préséance éthique de la dette à l'égard de l'autre dans ce contexte relationnel. La bataille de chien place Fidor (l'ami de Félix) comme tiers entre Félix et son père, donc comme intermédiaire permettant un déploiement d'enjeux identificatoires adolescents pour Félix face au monde adulte. Dans tous les cas, l'amitié apparaît comme possibilité d'identification et de distance à soi, permettant ainsi de se reconnaître et d'assumer son incomplétude, sa finitude, enjeux propres au devenir adulte. Le chapitre sur l'aventure s'ouvre sur une interprétation de ce thème à partir de ses sources dans l'imaginaire littéraire du Romantisme, où l'aventure se trouve déjà directement associée au voyage, à la narrativité et à l'adolescence. Deux sous-chapitres relatent et interprètent deux aventures distinctes vécues par Félix (avec Fidor pour la seconde). La nouveauté ou l'inconnu sont au coeur de l'expérience de Félix, mais s'incarnent dans son expérience décrite dans des contextes relationnels, spatiaux et temporels où l'anticipation, l'imagination et la réflexion viennent enrichir l'épreuve concrète de ce qui est à découvrir ou affronter. L'aventure suscite en ce sens chez le protagoniste de une conflictualité à propos de différentes valeurs et du monde qui lui échoit, entre les idéaux lisses de l'enfant et la réalité plus rugueuse et imparfaite de la vie adulte : les enjeux éthiques y sont au premier plan dans une discussion à propos de la responsabilité, la liberté, la finitude, la gratitude. Les aspects groupaux et sociaux des expériences de l'aventure permettent aux gestes forts ou significatifs d'être parfois portés par d'autres, tout en suscitant des apprentissages par voie identificatoire. Ils évoquent même la fonction essentielle de la présence et de l'appel d'adultes pour permettre à Félix l'incursion occasionnelle dans un monde adulte, qui est pour lui à la fois intrigant et terrifiant. Dans la conclusion, je fais un retour sur mon processus de recherche, ses errances et son sens, afin de dégager la part plus personnelle de ce travail et de permettre au lecteur de mieux comprendre certains aspects de l'essai. Pour fermer la boucle, j'interroge enfin deux sphères séparément pour voir ce qu'on peut conclure à partir de cet essai à leur égard, soit l'adolescence et la psychologie. _____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : enfance, adolescence, existence, psychologie, herméneutique, littérature, poésie, éthique, imaginaire, identité narrative

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: L'essai a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Thiboutot, Christian
Mots-clés ou Sujets: Adolescents -- Psychologie / Enfance dans la littérature / Adolescence dans la littérature / Psychologie et littérature / Félix Leclerc / Pieds nus dans l'aube
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 13 nov. 2019 11:08
Dernière modification: 13 nov. 2019 11:08
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12899

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...