L'affrication en français québécois : une étude articulatoire et acoustique du français parlé à Montréal

Brasseur, Annie (2019). « L'affrication en français québécois : une étude articulatoire et acoustique du français parlé à Montréal » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en linguistique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB)

Résumé

En français québécois, lorsque les consonnes /t/ et /d/ sont suivies par les voyelles /i/ et /y/ de même que par les semi-consonnes /j/ et /q/, un bruit de friction semblable aux fricatives alvéolaires /s/ et /z/ est perceptible entre l'explosion de la consonne et le début de la voyelle. Ce phénomène phonétique appelé affrication est reconnu comme étant déterminant pour la reconnaissance de l'accent québécois. Si plusieurs études descriptives ont relevé les différences acoustiques concernant l'affrication, les connaissances actuelles ne permettent pas d'expliquer les facteurs qui influencent sa réalisation. L'objectif de la présente thèse est de décrire les caractéristiques acoustiques et articulatoires de l'affrication en français québécois pour déterminer les paramètres prédictifs de celle-ci. Quarante locuteurs francophones de Montréal d'origines différentes (Québec, France, Algérie et Haïti) ont été enregistrés à l'aide d'un articulographe. Le corpus est constitué d'une phrase porteuse contenant un logatome d'une syllabe de type /C1V/ ou /C1VC2/ où C1=/ t d s z /, V=/i, y, e, ø/ et C2=/b/. La perception de l'affrication des séquences produites a été déterminée par accord interjuges. L'analyse acoustique montre que la durée de la transition et le temps de montée sont des prédicteurs de l'affrication. Les mesures de centre de gravité du bruit sont distinctes en fonction du mode articulatoire, de la voyelle et de l'origine du locuteur, ce qui suggère différents types d'articulation. L'analyse articulatoire révèle que différentes stratégies articulatoires sont utilisées et que l'atteinte d'une cible articulatoire pendant la transition de l'occlusive à la voyelle favorise la perception de l'affrication. La durée plus longue de la transition lors de l'affrication n'est pas un phénomène passif de coarticulation, mais une articulation ciblée qui se réalise soit par la diminution de la vitesse de déplacement de l'articulateur, soit par l'atteinte d'une cible articulatoire. La méthodologie développée pour cette étude a permis de recueillir une grande base de données du français québécois. De par la nature articulatoire et acoustique des paramètres que nous avons étudiés, nous avons jeté les bases d'une caractérisation fine du phénomène de l'affrication perçue. _____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : phonétique acoustique, phonétique articulatoire, affrication, français québécois, production, perception, prédicteur

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Ménard, Lucie
Mots-clés ou Sujets: Phonétique articulatoire / Phonétique acoustique / Français québécois (Langue) / Affrication / Prononciation / Français parlé / Montréal
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de linguistique
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 oct. 2019 07:40
Dernière modification: 22 oct. 2019 07:40
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12864

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...