Le corps absent comme sujet politique : le processus de construction des disparitions forcées au Mexique comme un problème d'action publique (1969-2018)

Pozos Barcelata, Astrid Adriana, (2018). « Le corps absent comme sujet politique : le processus de construction des disparitions forcées au Mexique comme un problème d'action publique (1969-2018) » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en science politique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (27MB)

Résumé

Quels acteurs, quels processus et quelles actions ont réussi à construire le phénomène des disparitions forcées comme problème d’action publique au Mexique, et à le placer au centre de l’agenda politique ? À partir de cette question de recherche, cette thèse analyse les processus par lesquels les associations de familles des personnes disparues, les organisations de défense des droits humains et leurs alliés et alliées ont réussi à positionner les disparitions forcées comme un problème d’action publique au cours des dernières années. En prenant l’exercice du pouvoir comme analyse transversale (Agamben, 2005 ; Foucault, 1985), cette thèse vise à comprendre, dans une première partie, ce qu’est le dispositif de la disparition forcée (Calveiro, 1998). Pour ce faire, nous reconstruisons sa généalogie afin de comprendre comment ce dispositif fonctionne au Mexique et ainsi savoir quels changements se sont produits durant les années 1970, dans le contexte de la « Guerre sale », et à partir de 2006 dans le cadre de la « Guerre contre le narcotrafic », deux périodes considérées comme clé pour les stratégies de sécurité nationale. Dans une deuxième partie, en s’appuyant sur l’appareil conceptuel de la sociologie politique de l’action publique (Hassenteufel, 2011 ; Lascoumes y Le Galès, 2012 ; Muller, 2009 ; Sabatier, 2010), l’objectif est d’analyser l’irruption du corps absent comme un problème de l’action publique. Ici, nous cherchons à savoir quels sont les éléments et les acteurs qui entrent en dispute pour le maintien de ce sujet politique dans l’agenda public. Ainsi, à partir du cas particulier de la mise en agenda des disparitions forcées, nous analysons comment se construisent les sujets politiques (Foucault, 1988 ; Retamozo, 2011b, 2011a ; Samaddar, 2014) autour de cette problématique et du processus de construction d’un problème public, ainsi que les rapports de force des acteurs et actrices en dispute. En ce qui concerne les contributions à la recherche, ces dernières se situent sur le plan théorique, méthodologique et empirique. Au niveau de la réflexion théorique, l’une des contributions de cette thèse est d’analyser la disparition forcée en tant que mécanisme qui génère de la terreur allant dans deux directions. En premier lieu, vers le sujet assujetti — la personne qui s’est fait disparaitre — en la dépouillant de tous ses droits et de son humanité. La seconde, et c’est la nouveauté de l’analyse, la terreur est adressée aussi vers ceux et celles qui observent l’action. C’est-a-dire, pour montrer le pouvoir souverain, il faut que la personne soit cachée, ce qui provoque de l’anxiété et de la confusion chez ceux et celles qui observent la scène. C’est-la que réside l’efficacité de cette technique de contrôle des populations. Au niveau méthodologique, la contribution s’inscrit dans l’analyse généalogique, qui explore, avec ses continuités et ses ruptures respectives, la trajectoire des disparitions forcées au Mexique : son arrivée, sa domestication et son appropriation par des acteurs et actrices dans le cadre des transferts de cette pédagogie de la terreur. Finalement, en ce qui concerne les contributions au niveau empirique, nous en faisons ressortir trois principales. La première est l’analyse diachronique et synchronique de la construction de ce problème d’action publique à travers l’émergence et l’interaction de sujets politiques particuliers, concentrés autour de communautés politiques ou l’axe rassembleur est la douleur. La seconde est la catégorisation des types des disparitions et des utilisations qui sont données aux corps à l’apogée de la disparition de personnes au Mexique, dans le cadre de l’altemance politique et au tournant néolibéral mexicain. Enfin, l’analyse de la coilformation d’alliances et de ruptures des forces politiques en présence, ainsi que des tensions autour de la recherche des corps : recherche dans des scénarios de vie et recherche dans des scénarios de mort. ___________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Disparitions forcées, sujets politiques, action publique, Mexique

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Thede, Nancy
Mots-clés ou Sujets: Victimes de disparition forcée -- Aspect politique / Action publique / Mexique
Unité d'appartenance: Faculté de science politique et de droit > Département de science politique
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 21 mai 2019 08:48
Dernière modification: 21 mai 2019 08:48
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12504

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...