Contraintes physiologiques associées au port d'un appareil de protection respiratoire de type P100 selon l'intensité physique et la température ambiante

Charbonneau-Rousseau, Samuel (2018). « Contraintes physiologiques associées au port d'un appareil de protection respiratoire de type P100 selon l'intensité physique et la température ambiante » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en kinanthropologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

La protection respiratoire demeure un enjeu important pour la santé des travailleurs dans le secteur de la construction. Le port d'un appareil de protection respiratoire (APR) est reconnu comme un outil essentiel pour réduire les risques d'exposition par voie respiratoire dans les milieux où le contrôle à la source s'avère insuffisant. Dans certaines situations de travail et de températures ambiantes contraignantes, on remarque que le port d'un APR semble augmenter la pénibilité des tâches. Les travailleurs retirent l'APR, alors qu'ils sont toujours exposés à certains contaminants. Afin d'expliquer le manque de motivation des travailler à porter l'APR, cette étude avait comme objectif de quantifier objectivement les contraintes physiologiques associées au port d'APR de type P100 selon l'importance de l'effort physique et de la température ambiante. Huit sujets masculins ont réalisé des tests d'effort progressifs (30% à 80% du coût cardiaque relatif) sur un tapis roulant dans une chambre à environnement contrôlé. Différentes conditions avec et sans APR et de températures ambiantes (23°, 29° et 35°C dans un environnement où l'humidité relative est constante à 50%) ont été évaluées lors des tests afin de mesurer l'importance des contraintes physiologiques associées au port de l'APR selon l'effort demandé et la température ambiante. Lors des évaluations, des tâches perceptivo-motrices ont été réalisées avant, pendant et après les tests sur le tapis roulant. Plusieurs variables physiologiques ont été mesurées : la capacité cardio-respiratoire maximale les concentrations d'oxygène et de dioxyde d'oxygène à l'intérieur de l'APR, la saturation en oxygène cérébrale, la température interne, la température à de l'air inspiré, ainsi que les fréquences cardiaque et respiratoire. Des échelles de perception psychophysique (Borg) ont été utilisées pour évaluer la perception de l'effort. L'interaction entre le port d'un APR et la température ambiante augmente la perception de l'effort lorsqu'un effort physique est réalisé. Les résultats ont démontré que la fréquence respiratoire est affectée par le port d'un APR. Comme les concentrations en O2 et en CO2 à l'intérieur de l'APR sont respectivement inférieures et supérieures aux concentrations que l'on retrouve dans l'air ambiant, une augmentation de la fréquence respiratoire permettrait d'augmenter la ventilation afin de renouveler l'air à l'intérieur de l'APR. Les valeurs obtenues lors de cette étude ne respectent pas les recommandations de l'OSHA (Occupational Safety and Health Administration) envers les concentrations en O2 et en CO2 dans l'air ambiant pour un environnement de travail (OSHA, 2004). Par contre, le temps de réaction et le compromis vitesse-précision ne semblent pas avoir été affectés par le port d'un APR. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : appareil de protection respiratoire, filtre de type P100, contraintes physiologiques.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Marchand, Denis
Mots-clés ou Sujets: Appareils de protection respiratoire / Effets physiologiques / Appareil respiratoire -- Protection / Ouvriers de la construction
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département de kinanthropologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 mars 2019 14:03
Dernière modification: 22 mars 2019 14:03
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12371

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...