Effets d'un entrainement physique intensif sur l'efficience de la marche chez des enfants avec une paralysie cérébrale

Smati, Sofia (2018). « Effets d'un entrainement physique intensif sur l'efficience de la marche chez des enfants avec une paralysie cérébrale » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en kinanthropologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (11MB)

Résumé

Introduction : L’entrainement en puissance/Power Training (PT) a récemment été soulevée comme une modalité de formation prometteuse pour améliorer les capacités fonctionnelles chez les enfants atteints de paralysie cérébrale (PC). Néanmoins, son effet sur la capacité de marche chez les enfants PC avec une faible motricité globale n’a jamais été étudié. La présente étude visait à évaluer la faisabilité de mettre en œuvre PT dans une école adaptée et son effet sur les capacités de marche. Méthode : Onze enfants atteints de paralysie cérébrale (âgés de 6 à 11 ans, niveau I-V du système de classification des fonctions motrices (GMFCS), dont 9 enfants avec le niveau III-V du GMFCS ont été inclus. Ils ont été entraînés trois fois par semaine pendant 12 semaines. Les séances d’entraînement ont eu lieu pendant les cours d’activité physique de 50 minutes et comprenaient 20 minutes d’exercice de haute intensité (marche, marche rapide avec des aides techniques appropriées, y compris un déambulateur), ainsi qu’une période d’échauffement et de récupération. La fréquence cardiaque a été enregistrée pendant trois séances d’entraînement pour chaque participant. Un kinésiologue, un physiothérapeute et le professeur de sport ont supervisé les séances d’entraînement. La vitesse de marche confortable et rapide, l’efficience de la démarche, évaluée par l’indice de dépense énergétique (EEI), ainsi que la vitesse de course ont été évaluées avant et après la période d’entraînement. Résultats : Dix enfants ont terminé toute la période de formation. Les participants ont passé respectivement 19 ± 7 minutes et 6 ± 7 minutes à une intensité supérieure à 40 % et 60 % de la réserve de fréquence cardiaque. L’indice EEI a été réduit après l’entraînement [p = 0,01]. La vitesse de marche confortable et rapide a également augmenté après l’entraînement [p <0,05]. Des améliorations plus importantes ont été observées chez les enfants ayant un niveau plus élevé de GMFCS. Conclusion : Le PT est réalisable dans un environnement scolaire adapté avec des enfants atteints de PC avec le niveau III-V du GMFCS. Ces données suggèrent que PT augmente les capacités de marche. Plus d’études sont nécessaires pour évaluer l’impact de PT chez les enfants ayant des capacités de marche faible. ___________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Paralysie cérébrale, Activité physique, Efficience de marche, Enfants, Fréquence cardiaque

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Ballaz, Laurent
Mots-clés ou Sujets: Infirmité motrice cérébrale / Enfants infirmes moteurs cérébraux / Éducation physique pour enfants handicapés / Marche chez l'enfant
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département de kinanthropologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 févr. 2019 08:48
Dernière modification: 22 févr. 2019 08:48
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12267

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...