Le juste, le brave et le matamore : représentation du duel dans la dramaturgie élisabéthaine et Stuart (1567-1642)

Plamondon, Alain Junior (2018). « Le juste, le brave et le matamore : représentation du duel dans la dramaturgie élisabéthaine et Stuart (1567-1642) » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en histoire.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (24MB)

Résumé

À partir des années 1590, le duel macule les planches des théâtres londoniens du sang de personnages risquant leur vie sur le pré. Âge d’or du théâtre anglais, les XVIe et XVIIe siècles, période à laquelle Marlowe, Shakespeare, Beaumont et Fletcher écrivent pour la scène, sont aussi l’époque à laquelle le duel atteint son paroxysme dans le royaume insulaire. La présente thèse se veut une exploration de la relation entre le duel et la scène. Plus précisément, elle a comme objet d’étude la représentation du combat singulier au sein de la littérature dramatique anglaise, l’image qui en était véhiculée sur les planches et la conception que se faisaient les dramaturges de la pratique. Interrogeant un volumineux corpus formé de plus d’une centaine de pièces composées entre l’ouverture du premier théâtre en 1567 et la fermeture des lieux de représentation par le Long Parlement en 1642, nous proposons une approche novatrice à l’étude du duel qui fut jusqu’à présent examiné principalement par l’entremise de traités de courtoisie, de manuels d’escrime et de textes de loi. Le duel fut-il perçu, sur la scène, comme un acte répréhensible ou un combat honorable ? Selon les dramaturges, dans quelles circonstances et pour quels motifs le duel était-il excusable, voire recommandable ? Quelles idéologies, opinions et valeurs la dramaturgie véhicule-t-elle sur la question ? Qui s’affronte en duel et quels sont les motifs de l’altercation ? Telles sont les questions que nous avons posées aux divers textes dramatiques qui forment notre corpus, notamment The Jew of Malta (1589) de Marlowe, Bussy d’Ambois (1604) de Chapman, The Wedding (1626) de Shirley et The Goblins (1638) de Suckling. L’analyse de ces compositions théâtrales révèle une pratique, le duel, au caractère ambigu. Preuve d’honneur et d’amour, le duel est aussi le fruit de la passion et de la jalousie. Oscillant entre admiration pour les duellistes, qui à la pointe de leur lame essuie une tâche qui souille leur honneur ou qui sur le pré venge la mort d’un proche et un dédain pour le cocu imaginaire, les dramaturges mettent en scène une pratique complexe aux rôles multiples. Combat judiciaire et affrontement nobiliaire, le duel est aussi un acte vindicatoire et un prolongement de querelle clanique. À la croisée de la justice et de l’illégalité, le duel est décrié par les monarques insulaires, mais rarement condamné par les auteurs qui les mettent en scène. ____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : duel, théâtre, honneur, Angleterre, Londres, vengeance, XVIe et XVIIe siècles

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Bastien, Pascal
Mots-clés ou Sujets: Duel dans la littérature / Théâtre anglais / Dramaturges anglais / 16e siècle / 17e siècle / Angleterre / Londres
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département d'histoire
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 janv. 2019 08:34
Dernière modification: 18 janv. 2019 08:34
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12105

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...