Du patron au "leader" : la redéfinition des formes d'exercice de l'autorité en milieu de travail dans le discours gestionnaire contemporain

Lagacé, Chantale (2006). « Du patron au "leader" : la redéfinition des formes d'exercice de l'autorité en milieu de travail dans le discours gestionnaire contemporain » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (8MB)

Résumé

Notre travail consiste à analyser le rôle patronal qui est défini par les discours de la gestion contemporaine afin d'en comprendre les caractéristiques et de les replacer dans une réflexion sur l'exercice de l'autorité en milieu de travail. Le thème du changement est omniprésent dans la réflexion sur le travail et ce tant dans la pensée gestionnaire qu'en sociologie. La documentation du changement pose pourtant des questions épistémologiques souvent négligées. Par ailleurs, la documentation empirique porte à penser que les discours véhiculant le thème du changement sont beaucoup plus diffusés que les changements eux-mêmes. On ne peut donc pas dire que le changement soit inexistant, mais il semble peu vraisemblable qu'un nouveau modèle de gestion ou d'organisation du travail soit en voie d'implantation. De plus, les évaluations positives des changements en cours supplantent largement les discours sur leurs effets délétères. Or, la littérature critique, plus spécifiquement, les analyses faites sur la base de l'observation concrète du travail, relativise fortement les bienfaits accordés à ces méthodes dites nouvelles par leurs promoteurs. Cette situation mène d'abord à la nécessité de « réduire » le discours gestionnaire. Souvent lu comme une description de la réalité des milieux de travail, on doit le rapporter à sa fonction normative, relative au contrôle et à la coordination des activités : le discours gestionnaire est un discours d'intervention. Ce discours est traversé de paradoxes : par nature discours d'autorité, il se pose constamment comme « anti-autoritaire » ; pratique qui intensifie son emprise par l'intervention sur des dimensions de l'activité relativement peu prises en compte auparavant (par exemple les affects et les opinions des travailleurs), elle développe un discours selon lequel elle serait « émancipatrice » par rapport aux pratiques du passé. Ces constats invitent le sociologue à réfléchir au rôle patronal qui est suggéré par la littérature gestionnaire contemporaine. Dans la perspective développée par Bourdieu, les discours participent aux rapports d'autorité, ils en sont non seulement l'expression, mais ils la constituent en naturalisant des caractéristiques arbitraires, en instituant des rôles sociaux, en légitimant l'autorité et en fixant les termes dans lesquels on peut interpréter la réalité et donc, discuter de l'autorité. Les discours contemporains sur le « leadership » sont un lieu privilégié d'observation de la constitution et du fonctionnement du discours gestionnaire contemporain car le thème du « leadership », classique en gestion, a refait surface depuis les années 1980 et donne lieu à une multiplication de publications et de séminaires dans le contexte d'une augmentation marquée de l'activité conseil. Le corpus, constitué d'articles d'un magazine d'affaires québécois et d'ouvrages populaires en gestion, est analysé dans la perspective de dégager les caractéristiques du rôle patronal suggéré par la gestion contemporaine, les exigences relatives à ce rôle de même que le contexte qui, dans la perspective du discours, justifie ces caractéristiques. Il en ressort l'image d'une gestion qui se présente comme un exercice anti-autoritaire de l'autorité : la hiérarchie, la subordination, le pouvoir, le commandement seraient choses du passé dans un monde où il s'agit dorénavant de gérer les émotions et de prendre soin des personnes pour que les activités s'accomplissent. L'adhésion remplace les ordres et l'obéissance, la responsabilité et l'autonomie appartiennent aux travailleurs, la relation entre le patron et les travailleurs n'est plus instrumentale mais personnelle et les moyens dits traditionnels de gestion sont systématiquement dévalorisés et, ultimement, ils seraient disparus ou appelés à disparaître. La tentation est grande alors, de poser l'hypothèse qu'il s'agirait du passage à un mode post-disciplinaire de gestion. Cette conclusion est discutable. D'abord, parce que les méthodes dites nouvelles sont une manière différente d'exercer l'autorité et d'établir la discipline, mais elles n'en sont pas des substituts. Ensuite, parce que ce discours fait l'impasse sur le maintien des formes dites traditionnelles d'exercice de l'autorité et sur les contraintes relatives au travail. Enfin, et surtout ; parce que l'hypothèse post-disciplinaire associe autorité ou discipline et répression. Or, cette dernière ne constitue pas l'essence de la discipline et de l'autorité, elle n'en est qu'une des modalités possibles. Ce n'est, justement, que parce que le discours gestionnaire fait l'impasse sur la contrainte, qu'il peut apparaître comme « anti-autoritaire » ou « émancipateur ». Quel est donc alors le sens de l'omniprésence du thème du changement dans ce discours? Il y a, certes, des changements dans les milieux de travail. Mais les diagnostics gestionnaires sont fragiles et sélectionnent pour les besoins de leur argumentation, les caractéristiques du passé et du présent qui vont dans le sens utile aux promoteurs des idées valorisées. Il semble bien que la fonction première de la notion de changement dans ce contexte ne soit pas de les décrire, mais bien de les justifier et de servir d'appui à l'exercice de l'autorité. Puisque l'on pose que tout change inéluctablement et rapidement, et puisque ces changements sont présentés comme unilatéralement positifs, il en découle que le changement est positif et qu'il doit être accepté. De ce fait, parler de changement est un bénéfice pour le locuteur. De plus, la résistance et la critique peuvent alors être assimilées à l'opposition au progrès. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : autorité, travail, gestion, changement, contrôle, discours gestionnaire, entreprise, leadership

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Otero, Marcelo
Mots-clés ou Sujets: Autorité / Changement organisationnel / Gestion / Leadership / Milieu de travail / Organisation du travail / Supervision du personnel
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 16 janv. 2019 15:56
Dernière modification: 16 janv. 2019 15:56
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12086

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...