Les statuts de travailleur et de retraité dans des cohortes de personnes âgées entre 50 et 64 ans : une approche de parcours de vie

Crespo, Stéphane (2007). « Les statuts de travailleur et de retraité dans des cohortes de personnes âgées entre 50 et 64 ans : une approche de parcours de vie » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (43MB)

Résumé

Depuis que les Trente Glorieuses (1945-1975) sont révolues, c’est-à-dire depuis le passage à l’époque postindustrielle, on assiste à un effritement de la société salariale, de ses institutions du marché du travail comme de protection sociale. Il en a résulté des transformations dans le parcours de vie des personnes. Parmi les transformations les plus fondamentales de ce parcours, qui ont abouti à une diversification des expériences, on compte celles des statuts de travailleur et de retraité des seniors. L’objet de cette thèse par articles consiste dans ces statuts, tels qu’abordés à partir des dimensions empiriques de l’activité sur le marché du travail, des sources et niveaux de revenu, et pour des cohortes de Canadiens âgés entre 50 et 64 ans. Nous convenons que l’étude de ces statuts implique en même temps l’étude de la transition travail-retraite, puisque cette transition est le phénomène par lequel ces statuts se succèdent. Cette transition s’est de plus en plus assimilée à un parcours qui se déroule dans la durée. Elle peut certes consister dans un événement par lequel le statut de retraité succède abruptement et irréversiblement au statut de travailleur, comme c’était typiquement le cas lors de l’époque industrielle (de la société salariale). Mais elle peut aussi et surtout consister dans une période de la biographie au cours de laquelle ces statuts de travailleur et de retraité peuvent être combinés ou alternés, ce que l’on observe plus fréquemment depuis l’époque postindustrielle. Un tel objet est au carrefour des transformations du marché du travail, de la protection sociale, et du parcours de vie à l’époque postindustrielle. Par ailleurs, son étude s’inscrit dans une réflexion à caractère prospectif sur les conséquences macroéconomiques et macrosociales du vieillissement, compte tenu d’éventuelles réformes de la politique sociale. En effet, dans le contexte du vieillissement, les connaissances empiriques sur les statuts de travailleur et de retraité ‒ à partir des dimensions de l’activité sur le marché du travail et du revenu ‒ sont susceptibles d’informer le processus de réforme de la politique sociale, par exemple au niveau de l’âge de la retraite (i.e. l’activité sur le marché du travail) et des régimes de retraite (i.e. les sources et les niveaux de revenu). Or, de telles connaissances sont d’autant plus informatives que l’on distingue les parcours de différentes catégories de seniors, afin de rendre compte des inégalités dans la possibilité de maintenir une activité, tout comme des inégalités du revenu de retraite. C’est dans ce cadre que cette thèse propose trois articles, qui se veulent une contribution aux connaissances empiriques sur les statuts en question, et par le fait même une contribution à l’élaboration de la politique sociale du marché du travail et de la protection sociale des seniors. Ces articles s’appuient sur une démarche inductive de statistique sociale compatible avec l’approche sociologique anglo-américaine du parcours de vie (Life course). Dans un premier article, intitulé « La composition du revenu en période de retraite anticipée : le cas des Canadiens âgés de 55 à 64 ans entre 1982 et 1997 », nous avons analysé l’évolution historique par laquelle l’incidence du statut de retraité anticipé a augmenté au détriment du statut de travailleur chez les 55 à 64 ans pendant cette période. Or, nous avons critiqué qu’une telle évolution a été peu examinée en regard de la dimension du revenu, incluant les sources et les niveaux. En l’examinant à partir de cette dimension, plutôt qu’avec la dimension courante de l’activité (taux d’activité ou taux d’emploi), nous sommes parvenus à documenter que cette évolution a été globalement plus favorable aux femmes, bien que le revenu de ces dernières soit demeuré largement inférieur à celui des hommes. Dans un second, intitulé « Les nouveaux parcours de fin de carrière : la part des nouveaux parcours de fin de carrière dans la récente reprise de l’emploi des hommes âgés de 55 à 64 ans au Québec », nous nous sommes efforcés de dépasser les analyses courantes portant sur l’évolution historique du timing de la transition travail-retraite à partir des séries chronologiques du taux d’activité ou d’emploi des 55 à 64 ans. Ces analyses ne tiennent généralement pas compte de la contribution des formes de transition travail retraite à ces taux. Les résultats ont montré que ce sont de « nouveaux parcours de fin de carrière », entendus comme des séquences par lesquelles les statuts de travailleur et de retraité se combinent ou s’alternent, qui auraient contribué principalement au relèvement du taux d’emploi des hommes âgés de 55 à 64 ans au Québec à partir du milieu des années 1990. La combinaison et l’alternance des statuts de travailleur et de retraité est définie ici respectivement par le cumul des gains et des prestations de retraite, et par l’accès à l’emploi postcarrière. Enfin, dans un troisième article, intitulé « Formes de transition travail-retraite dans une cohorte de Canadiens âgés de 50 à 64 ans », nous avons voulu complexifier l’étude des formes de transition travail-retraite, dans la mesure où l’on dispose de peu d’études, au Canada, telles que ces formes sont dégagées au moyen d’analyses de séquences, et telles qu’elles intègrent les dimensions de l’activité et du revenu. Nous avons constaté principalement une variabilité de ces formes, qui s’exprime par des différences dans la propension à maintenir un emploi dans le cadre d’une retraite partielle, à maintenir ou à reprendre une activité sur le marché du travail après la cessation d’un emploi, et enfin par une inégalité dans les sources et niveaux de revenu, dans la mesure où après une cessation d’activité, des prestations de retraite privées ne sont pas accessibles à tous, tout comme un revenu adéquat et bien maintenu au fil des années. Nous avons aussi identifié des caractéristiques personnelles et professionnelles associées aux différentes formes de transition, et telles qu’elles permettent de cerner des catégories de seniors plus ou moins avantagées en regard de l’activité sur le marché du travail et du revenu. ____________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : PARCOURS DE VIE ; SENIORS ; TRAVAIL, EMPLOI ET RETRAITE ; ACTIVITÉ ; REVENU

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Lévesque, Benoît
Mots-clés ou Sujets: Marché du travail / Personne à la retraite / Personne d'âge moyen / Retraite / Revenu / Transition / Travailleur / Canada
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 15 janv. 2019 08:54
Dernière modification: 15 janv. 2019 08:54
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/12076

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...