La mobilité dans la communauté chez les personnes âgées en bonne santé

Blamoutier, Margaux (2018). « La mobilité dans la communauté chez les personnes âgées en bonne santé » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en biologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (12MB)

Résumé

Avec l'avancée en âge, la mobilité dans la communauté diminue. Cette diminution est associée à la détérioration des indicateurs de santé et à l'augmentation des risques de sédentarité, d'isolement, d'hospitalisation et de mortalité. Dans un souci de prévention de la diminution de la mobilité dans la communauté, l'objectif de cette thèse était d'identifier les facteurs associés à la mobilité dans la communauté pour les personnes âgées en bonne santé. Les sous objectifs de cette thèse étaient : (1) de mesurer la relation entre la mobilité dans la communauté chez des personnes âgées en bonne santé et des facteurs physiques, (2) de mesurer la relation entre la mobilité dans la communauté chez les personnes âgées en bonne santé et des facteurs contextuels (personnels et environnementaux), et (3) de vérifier si la force de préhension était un indicateur de la diminution de la mobilité dans la communauté. Pour répondre aux objectifs, deux collectes de données ont été tenues. Une première collecte consistait à mesurer la mobilité dans la communauté avec des appareils Global Positioning System (GPS), chez 88 participants hommes et femmes âgées de 55 à 85 ans en bonne santé et qui ne présentaient a priori aucun problème de mobilité. Des facteurs physiques et contextuels (personnels et environnementaux) ont été mesurés lors d'une évaluation de la capacité fonctionnelle en laboratoire et avec des questionnaires. Pour répondre aux deux premiers sous-objectifs, des analyses de corrélation et des comparaisons entre groupes ont été réalisées. Pour répondre au troisième sous-objectif, une seconde collecte a été organisée, suivant les mêmes procédures, auprès d'un groupe de femmes dynapéniques. Les participantes présentaient une diminution de la force musculaire identifiée par une force de préhension en dessous d'un seuil clinique. Les comparaisons des évaluations physiques et de la mobilité dans la communauté entre le groupe dynapénique et un groupe non dynapénique ont été effectuées. Tout d'abord, nos résultats ont montré que des facteurs personnels et environnementaux pouvaient être associés à des variations de la mobilité dans la communauté pour une population de personnes âgées en bonne santé. Par contre les facteurs physiques n'étaient pas discriminants pour se déplacer dans la communauté. Ainsi, un individu pourrait être à risque de voir sa mobilité dans la communauté diminuer même s'il ne présentait pas de limitations physiques. Par ailleurs, nos résultats indiquaient que le seuil de force de préhension choisi était adapté à des performances de mobilité en laboratoire moins élevées. Cependant, ce seuil ne semblait pas approprié pour détecter une diminution de la mobilité dans la communauté. Nos résultats suggèrent un certain nombre de points. En termes de prévention de diminution de la mobilité dans la communauté, il s'agit de recommander aux personnes en bonne santé de conserver leur capital physique afin de la prévenir. Ceci dans l'idée que la dimension physique reste un support efficace aux déplacements en dehors du domicile et n'en devienne pas un obstacle. Par ailleurs, nos résultats indiquent que le seuil de force de préhension choisi est adapté à la détection des limitations de la mobilité. Cependant, ce seuil ne serait pas approprié pour détecter une diminution de la mobilité dans la communauté. On peut penser que le niveau fonctionnel des participantes, évalué en laboratoire, était encore trop élevé pour voir apparaître des changements de la mobilité dans la communauté liés à la diminution de la force musculaire. Le transfert entre les performances en laboratoire et le niveau de capacité dans l'environnement de vie mesurée par la mobilité dans la communauté n'est plus une évidence, contrairement à ce qui avait été démontré pour des populations âgées présentant des limitations fonctionnelles. Il est possible que le lien entre la mobilité dans la communauté et les capacités en laboratoire puisse être médié par un ensemble de facteurs en lien avec la diversité des individus. Celle-ci s'appréhende par une grande variabilité entre participants des mesures de la mobilité dans la communauté. En conséquence, lorsque des stratégies d'intervention sont développées, il ne s'agit pas de se limiter à des préoccupations physiques, mais bien de saisir l'ensemble des éléments qui pourraient déterminer la mobilité dans la communauté. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Mobilité dans la communauté, Prévention, Capacité fonctionnelle, GPS, Vieillissement, Déterminant physique

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Duval, Christian
Mots-clés ou Sujets: Personnes âgées -- Orientation et mobilité / Vieillissement / Capacité fonctionnelle / Condition physique des personnes âgées
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département des sciences biologiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 26 oct. 2018 07:48
Dernière modification: 26 oct. 2018 07:48
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11776

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...